Le premier meeting post-attentats de Nicolas Sarkozy

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Anne Le Gall, Alex Taylor et Alexandre Kara font le point sur l'actualité du jour.

Alexandre Kara, expert politique

Nicolas Sarkozy fera ce soir son premier meeting depuis les attentats du 13 novembre

Pour cette occasion, Nicolas Sarkozy a décidé de réendosser son costume présidentiel. Ce soir, ce n’est pas le chef des Républicains qui fera un meeting pour les régionales mais c'est bien l’ancien chef de l’État qui s’adressera à tous les Français. Ce sera dans la banlieue de Strasbourg, exactement là où Nicolas Sarkozy avait repris la parole après l’affaire Merah, et ce n’est pas un hasard.

Quelle va être la tonalité de ce premier discours après-attentat de Nicolas Sarkozy ?

D’abord sur la forme, il sera très solennel. A tel point que Nicolas Sarkozy a décidé de manière symbolique de ne pas mettre le sigle Les Républicains a côté de son nom sur son pupitre pour montrer qu’il ne veut pas s’adresser à son seul parti.
Sur le fond, il appellera à un examen de conscience collectif sur tout ce qui n’a pas été fait pour prévenir ces attentats y compris à droite. Il affirmera aussi que la République ne doit pas céder à la tentation de la seule réponse sécuritaire et expliquera que la réponse doit être globale. Une manière de tacler François Hollande et son intervention devant le Congrès.

Pourquoi revenir à cette posture très présidentielle ?

Tout simplement parce que Nicolas Sarkozy s’est aperçu qu’en ces temps dramatiques, c’est bien ce costume présidentiel qui pouvait lui donner l’avantage sur ses rivaux de la primaire. D’ailleurs, au sein de sa famille politique, un sondage montre qu’il repasse en tête des bonnes opinions. Il a donc décidé de reprendre de la hauteur et c’est bien en tant qu’ancien président de la République qu’il sera présent vendredi à la cérémonie d’hommage national.


Axel de Tarlé, expert économique

La Chine va construire une usine géante de clonage animal.
Cette usine sera notamment capable de produire un million de vaches pour l'alimentation humaine.

L'annonce de la construction de cette usine de clonage animal démontre à quel point les Chinois nagent en pleine science fiction.
L'usine, située dans le sud de pékin à Tianjin, promet de cloner des vaches, des chevaux de course mais aussi des chiens policier.

Quel est l'intérêt du clonage animal ?

L'intérêt du clonage est de créer des bêtes d'élites comme des vaches parfaites pour l'alimentation avec de grosses cuisses, des chiens avec un odorat surdéveloppé pour détecter des explosifs ou de la drogue.
La Chine a décidé de faire les choses en grand avec notamment plus de 100.000 embryons bovins produits chaque année.

Le clonage animal est-il interdit ou autorisé en Europe ?

Le Parlement Européen a théoriquement voté une interdiction totale du clonage à visée alimentaire bien que cela existe quand même en Angleterre.
Le Parlement Européen a notamment mis en avant le manque de recul sur les risques associés au clonage mais aussi la souffrance animale. Il faut savoir que le clonage ne réussit qu'une fois sur 10 et que par conséquent beaucoup d'animaux naissent avec des malformations, ce qui pourrait être considéré comme de la "torture animale".
"Ce n'est pas parce qu'une techno existe, qu'il faut l'utiliser".

Le problème, c'est que cette technologie est utilisée partout ailleurs comme aux États-Unis, au Brésil, en Argentine ou en Nouvelle-Zélande. La Chine, pour sa part, avance très vite dans ce domaine.

Il est facile de comprendre les reticences européennes.
Avec cette interdiction totale, on peut aussi se demander si les Européens ne sont pas en train de fermer la porte à ce qui sera peut-etre la grande révolution scientifique du 21eme siècle.
C'est un débat...


Anne Le Gall, experte innovation

L'innovation c'est un robot vigneron, qui fonctionne a l’énergie solaire.

Un robot qui ne paie pas vraiment de mine, au niveau du look puisque c'est un cube jaune sur roulettes qui mesure moins d'un metre de long et 30 centimètres de haut seulement.
Mais ses capacités sont véritablement étonnantes car VITI- ROVER, c'est son nom, peut être lâché dans les vignes pendant plusieurs semaines.
Grâce a son système GPS et ses panneaux solaires, il chouchoute les pieds de vigne de façon totalement autonome.
( Vous trouverez la photo sur twitter avec le #e1matin)

Que fait exactement ce robot dans les vignoble ?

Il se promène à vitesse très lente et peut dresser un dossier médical pour chaque pied de vigne avec des informations sur l'humidité, la croissance, la photo de l'etat des feuilles et des grappe.
Ce robot peut donc reperer une maladie ou un parasite très tôt et donc éviter les contaminations.

Il peut également compter le nombre de grains de raisins pour faire une prévision de récolte ou encore compter les insecte présents dans des pièges.
Et surtout, ce robot permet de supprimer l'usage d'herbicide chimiques.

Comment est-ce possible ?

Parce ce robot est aussi une tondeuse high-tech qui repère et coupe les mauvaises herbes à deux cm du pied de vigne mais sans l'abimer.
Il n'y a donc plus besoin de produits chimique.
Ce robot français, unique au monde, est l'une des stars du salon international de la vigne qui se tient actuellement a Montpellier ( SITEVI).
Il coûte 10.000 euros et vient d'enregistrer ses premières commandes. On estime que 200 robots de ce type devraient déjà se retrouver dans les vignobles du monde entier l'année prochaine.