La vie "amoureuse" de Jean-Paul II et Laurent Fabius : les Experts d'Europe 1 vous informent

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Anne Le Gall, Alex Taylor et Antonin André font le point sur l'actualité du jour.

Alex Taylor, expert international

Révélations étonnantes concernant le pape Jean Paul II
 
L’émission d’actualité la plus sérieuse de la BBC, Panorama diffuse ce soir une enquête de 30 minutes qui risque de faire du bruit sur les relations entre l’ancien pape Jean-Paul II et Anna Teresa Tymieniecka, une intellectuelle américaine d’origine polonaise, une aristocrate bonne vivante selon le biographe du pape. La BBC aurait trouvé des centaines de lettres inédites qui datent de l’époque où Jean Paul II était évêque de Cracovie. Elle travaillait avec lui à l’époque sur la traduction en anglais de son livre Personne et Acte.
 
Qu'y a-t-il dans les lettres ?
 
Personne n’a vu l’émission, sur son site la BBC promet quelques pépites dans la journée avant la diffusion ce soir. Cela déjà fuité hier que leur contenu est parfois si intense que des chercheurs ont conclu que la foi de l’ancien évêque était mise à rude épreuve. "Comme s’il se mettait un défi pour se prouver à lui-même sa foi en l’Église". Le Vatican dément, en parlant de plus de fumée que de feu. Madame Tymieniecka a démenti aussi avant sa mort en 2014. Comment serais-je tombée amoureuse d’un prêtre déjà d’un certain âge ? J’étais ébahie, dit-elle, en Lisant son livre Amour et Responsabilité où il ne sait manifestement pas de quoi il parle. Est-ce une parfaite illustration de la citation de Shakespeare ? Il semble que la dame proteste trop. On en saura un peu plus ce soir. En tout cas cela va exploser la tweetosphère.


Antonin André, expert politique

Laurent Fabius, futur président du conseil constitutionnel veut continuer à présider la COP21. Il a également demandé à conserver un bureau au Quai d’Orsay. .
La question : est-ce que l’Élysée laissera faire ?
"François Hollande président de la République ? On rêve !" Déclaration de Laurent Fabius en avril 2011. Aujourd’hui en écho l’Élysée lui répond "Laurent Fabius président du Conseil Constitutionnel et de la COP21 ? On rêve ! ". L’Elysée n’a aucune intention d’accéder à sa demande. Pour vous donner l’état d’esprit, on estime au Palais que Laurent Fabius "ras-le-bol" comme disait Martine Aubry à propos de Macron.
Non seulement il a fait courir le bruit depuis de longues semaines qu’il avait l’autorisation de l’Élysée pour cumuler Conseil Constitutionnel et COP21, mais le jour de sa sortie mercredi dernier, il petit déjeune avec des journalistes pour annoncer lui-même sa nomination quelques heures avant le communiqué officiel du Président de la République. Une façon d'agir très inélégante et pas du tout appréciée.

En même temps, Laurent Fabius a mené un rôle moteur sur l’accord de Paris. La présidence dure jusqu’en novembre, on aurait donc pu imaginer une dérogation.

C’est exactement ce que s’est dit Laurent Fabius. Il se voyait déjà à New-York au siège de l’ONU en avril prochain pour la grande cérémonie de signatures de la COP 21, sa grande heure, sa pierre apportée au sauvetage de l’humanité…
A la place, il regardera dans son bureau à la télé, Ségolène Royal accueillir les Grands de ce monde. C'est cruel pourtant Laurent Fabius y a cru et il avait raison d’y croire parce que la République exemplaire à laquelle François Hollande est tellement attaché vient d’être définitivement enterrée par le dernier remaniement.
Le non cumul ! Le président l’a fait voter, et il en avait fait une règle pour les ministres enfin sauf pour son ami Jean-Yves Le Drian qui cumule le ministère de la Défense et la Présidence de la région Bretagne. Pas de problème sauf aussi pour les ministres écologistes, Ministres et conseillers régionaux. Pas de problème, Laurent Fabius pensait être éligible au cumul au nom des services rendus. Il ne le sera pas, pour l’exemple…


Anne Le Gall, experte innovation

Innovation : des chercheurs allemands viennent de démontrer que les endives pouvaient avoir une deuxième vie
Notre assiette ne serait donc pas leur unique destin ?

Les bouteilles en plastique ou les collants en nylon à base d’endive, c’est pour bientôt !
Des chercheurs de l'université d'Hohenheim en Allemagne ont cherché à valoriser la partie non comestible de l’endive. La longue racine marron qui se trouve sous les feuilles, qui représente un tiers de la plante, on ne sait pas trop quoi en faire.
Ces racines servent parfois à fabriquer du biogaz mais pas toujours.
Au total, ces racines d’endives génèrent, chaque année en Europe, 800.000 tonnes de déchets végétaux, l’équivalent de 32.000 semi-remorques.

Faut-il "cuisiner" ces déchets d’endive de façon très spéciale pour en faire du plastique ?

C’est une recette secrète mais ça démarre par une cuisson en milieu acide à 200 degrés. Cela conduit à une décomposition des racines et à l’apparition, après plusieurs étapes, d’un ingrédient du plastique qui s'appelle le HMF ( hydroxy-méthyl- furfural). C’est un précurseur du Nylon, du polyester et de 12 sortes de plastiques différents.

Est-ce que ça donne du plastique de même qualité que celui qui est issu du pétrole ?

De meilleure qualité même car on peut l’étirer un peu plus et donc fabriquer par exemple des bouteilles plus fine plus légères. Bien sûr, on ne cultivera jamais assez d'endives pour que ce bioplastique remplace tous ceux qui sont dérivés du pétrole mais ça pourrait devenir une filière parmi d’autres.
Si on arrive à industrialiser ce recyclage, les producteurs y trouveront aussi un intérêt économique car ça rapporte à priori 200 fois plus de valoriser les déchets d'endives sous forme de plastique plutôt que de biogaz.


Axel De tarlé, expert économie

On peut désormais parler d'une véritable inquiétude autour de l'avenir de la zone euro. La crise financière est en train de distiller son venin dans l'économie réelle.
Le pire est que l'on ne comprend pas très bien l'origine de cette crise financière.

Les investisseurs ont une peur panique de se retrouver comme en 2008 avec une faillite bancaire (Comme Lehman Brother), cette fois-ci pas à cause des subprimes mais du pétrole.
Les banques sont trop engagées dans secteur pétrolier qui va très mal actuellement.
Si une banque fait faillite, ce seront des faillites en cascade.

Cette peur est quelque peu irrationnelle notamment pour la Deuschbank, qui est la première banque allemande.
Wolfgang Schauble, ministre allemand des Finances, est un peu désemparé et est obligé de voler au secours de la Banque.

Mais, alors, ce n'est pas inquiétant, si cette crise est irrationnelle, tout va finir par rentrer dans l'ordre ?

Le réflexe lors d'une crise est "tous aux abris". Tous les placements risqués font peur aux investisseurs.
- Il y a des conséquences sur la dette espagnole, sur la dette portugaise mais aussi sur la dette grecque avec un taux de 11 % en Grèce et de près de 4 % au Portugal.
- Les banques sont plus frileuses ce qui a des conséquences également sur les entrepreneurs qui ont beaucoup de mal à obtenir un prêt.

C'est anecdotique mais révélateur des conséquences bien réelles : A Londres, la vente aux enchères d'art contemporain, Sotheby's Christie's, a vu les montants des ventes chuter de moitié car les acheteurs ont déserté.