La Cour des comptes épingle la France sur le problème de l'alcool et ce que vaut réellement Zlatan sur le terrain : les experts d'Europe 1 vous informent

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

François Clauss, Antonin André et Axel de Tarlé font le point sur l'actualité du jour.

Antonin André, expert politique

La politique, c’est l’alcool qui gâche la fête de l’Euro. Le ministre de l’Intérieur veut interdire la vente d’alcool dans les centres villes les jours de matches. Le gouvernement se montre ferme, au moins pour l’euro, or la Cour des comptes est sur le point de rendre rapport accablant contre l’État, accusé de sous-estimer le problème de l’alcool.
Carton rouge contre l’État Français. Ce rapport, rendu public mercredi, va faire du bruit. Après plusieurs mois d’enquêtes et d’expertise la Cour des comptes accuse l’État Français de "complicité" dans la mort de 49.000 personnes par an du fait de l’alcool. De "complicité" oui…
Vous savez ce qu’on dit : Trois verres d’alcool pour les femmes et quatre pour les hommes, serait la dose acceptable. Et bien, cette norme est remise en cause par la Cour des comptes, de nombreux cancers sont favorisés dès le premier verre d’alcool, ce blanc-seing du "à consommer avec modération" est criminel. De façon générale, l’État ne mène aucune recherche médicale sur les effets de l’alcool relève la Cour. Les États-Unis par exemple y consacrent dix fois plus de moyens financiers.
Autre faille : les contrôles routiers, vous sortez de chez vous en voiture vous risquez trois ou quatre contrôles de radar sur la vitesse mais aucun sur votre consommation d’alcool, trop lourds à mettre en place, avec des prises de sang à partir d’un certain taux et des procédures juridiques lourdes. L’État ferme les yeux c’est la conclusion très grave de la Cour des comptes.

En même temps c’est culturel. La France est le pays du vin, c’est un secteur économique clef pour la France. On ne va pas prôner le 0 alcool, ce serait aussi excessif.

Voilà l’enjeu économique. La France est le premier exportateur de vin au monde.755.000 hectares en France sont consacrées à la vigne soit l’équivalent d’un million de stade de foot. LVMH, géant du luxe Moët Hennesy c’est le MH le champagne, c’est aussi Krug, Ruinart, la Vodka Belvedere… Et que dire de Pernod Ricard deuxième groupe mondial des vins et spiritueux ? Donc oui, on le sait les enjeux économiques sont tellement considérables que l’État ferme les yeux.
L’hypocrisie est bien connue mais il y a un risque juridique encore inédit soulevée par la Cour des comptes : la possibilité qu’un jour une ou plusieurs victimes de l’alcool attaque l’État en justice pour sa passivité à dénoncer les dangers de l’alcool. Un peu à l’image des procès intentés contre les géants du tabac par des victimes de cancers du poumon. Le gouvernement avec le paquet neutre est parti en guerre contre la cigarette et a montré qu’il est capable d’affronter les lobbys du tabac, les buralistes aussi. Mais contre le secteur de l’alcool, il se couche, c’est la conclusion du rapport de la Cour des comptes…

Axel de Tarlé, expert économie

C'est une nouvelle journée de grève aujourd'hui à Air France. Chez KLM, le partenaire hollandais d'Air France, on est excédé.
Une pétition circule même contre la grève des Pilotes français.

Air France et KLM ont fusionné, c'est donc désormais le même groupe.
Effectivement, il y a une pétition chez KLM contre l'attitude des pilotes français qui a déjà recueilli quelques 4.000 signatures car cette grève est jugée incompréhensible.

Les pilotes d'Air France estiment que la direction a trop favorisé KLM au détriment d'Air France et demandent un rééquilibrage.
Ça, c'est la façon dont les pilotes Français voient les choses. En Hollande, on voit les choses totalement différemment.
Au Pays-Bas, les salariés et les pilotes ont signé des accords de compétitivité avec gel des salaires et report de l'âge de la retraite. Si bien que KLM est redevenue très compétitive et qu'elle est en expansion. Ce n'est donc pas au détriment d'Air France mais bien le fruit d'efforts accomplis par les Hollandais.

Le syndicat de pilote de KLM adresse donc ce conseil aux Français dans une longue lettre : "Faites la même chose. réduisez vos couts et vous verrez, Air France redécollera" alors que les pilotes français réclament des hausses de salaires et 27 avions en plus.
D’où cette incompréhension, un syndicaliste hollandais résume la situation : "En Hollande, nous faisons des économies et en France, ils veulent en tirer les bénéfices".

Ça va loin, les syndicats de KLM disent redouter " une colère aveugle contre les Français" qui sont accusés de fragiliser tout le groupe et donc de mettre en danger leur compagnie nationale, la Royal Dutch KLM.