France-Allemagne, le rachat de l'aéroport de Nice et Juppé héritier de Rocard... les experts d'Europe 1 vous informent !

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

François Clauss, Antonin André et Axel de Tarlé font le point sur l'actualité du jour.

Axel de Tarlé, expert économique

L'aéroport de Nice va-t-il être racheté par les Turcs ?

C'est aujourd'hui que les candidats au rachat des aéroports de Nice et Lyon doivent déposer leur offre. Un groupe de BTP turc tiendrait la corde pour l'aéroport de Nice, ce qui fait grincer quelques dents. Une dizaine de candidats sont sur les rangs pour racheter les aéroports de Nice et Lyon, respectivement deuxième et troisième plateformes aéroportuaires en France.  Il y a des candidats 100 % français comme ADP ou Vinci, et d'autres étrangers : Beneton, groupe de BTP espagnol, et le turc Limak qui tiendrait la corde pour reprendre l'aéroport de Nice avec la meilleur offre financière 1,8 Milliard.

Immédiatement, le maire de Nice, Christian Estrosi, a réagit. Il ne veut pas de Turcs dans son aéroport. "Alors que nous sommes en état d'urgence, c'est inadmissible de permettre à une puissance étrangère de s'emparer d'un outil stratégique de la côte d'Azur."

Oui, mais on ne peut pas exclure un candidat au seul motif qu'il soit turc!

Non, mais il faut reconnaitre que c'est embêtant. Un actionnaire lointain est un actionnaire sur lequel vous n'avez pas de prise. Un aéroport porte des enjeux d’aménagement du territoire. Nice dessert toute la région et Monaco.

Et puis, il y a le précédent de Toulouse, racheté l'an dernier par un mystérieux actionnaire chinois, en train de siphonner la trésorerie de l’aéroport.

Mais, alors, il ne faut pas privatiser ces aéroports si c'est un outil stratégique !

Le gouvernement a besoin d'argent et espère récolter 2 milliards avec Nice et Lyon. S'il privatise, la première chose, c'est de s'assurer que le repreneur est un professionnel de la gestion des grands aéroports internationaux, ce qui n'est pas le cas à Toulouse.

Cette fois la mention est stipulée dans l'appel d'offre. Et donc, l’État pourrait retoquer cet actionnaire turc au motif que jusqu'ici, il n'a pas assez d'expérience dans la gestion des grands aéroports internationaux, puisqu'il ne gèrait jusqu'à peu que l'aéroport de Pristina au Kosovo... Mais, c'est compliqué, car il vient de s'être vu confier la gestion du nouvel aéroport d’Istanbul !

Casse-tête !

Les autorités veulent aller vite. Le nom du repreneur doit être connu à la fin du mois.


Antonin André, expert politique

Michel Rocard et ses héritiers

Après la disparition de Michel Rocard, on découvre les très nombreux héritiers revendiqués : Manuel Valls, Emmanuel Macron en tête, mais aussi Benoît Hamon, Anne Hidalgo. De nombreux hommages à droite aussi. Et justement Antonin André, si héritier il y a aujourd’hui de Michel Rocard, c’est à droite qu’il faudrait donc le chercher ?

Alain Juppé, adoubé par Michel Rocard dans un récent entretien au Point. Alain Juppé ferait-il un bon président ?  Réponse : "C’est un homme sage, responsable et compétent, tout cela est déjà beaucoup". Ce qui est frappant c’est que dans la même interview, Michel Rocard évoquait "le Pauvre Macron, ignorant de l’histoire et de la culture du socialisme" et il reprochait à Manuel Valls, son autre héritier revendiqué, d’avoir voulu changé le nom du PS.

Alors comment expliquer ce quasi adoubement d’Alain Juppé ?

Les deux hommes se connaissent bien, ils ont travaillé ensemble en 2010 sur les priorités du grand emprunt lancé par Nicolas Sarkozy, travail qu’ils ont prolongé dans un livre La politique telle qu’elle meurt de ne pas être. Et dans ce livre on s’aperçoit que les deux hommes se rejoignent sur des points clefs : Rocard jugeant par exemple absurde de fixer par la loi la durée du temps du travail et la renvoyant à la négociation entreprise par entreprise, n’en déplaise à une partie de la gauche qui aujourd’hui l’encense ! Accord aussi entre Rocard et Juppé sur la réforme de la formation, sur la relance de l’économie par l’investissement dans des secteurs clef comme le numérique et les filières écologiques.

Alain Juppé qui a d’ailleurs rendu un vibrant hommage à Michel Rocard, et qui rappelait qu’ils s’étaient vus encore récemment.

Mais ce qui devrait inquiéter Alain Juppé c’est que Michel Rocard n’a jamais atteint l’Elysée. Le point commun entre ces deux hommes c’est qu’ils s’adressent aux Français en ayant pour boussole l’exercice du pouvoir et non pas la conquête du pouvoir. Alain Juppé revendique ce positionnement qui se traduit par des discours et des prises positions nuancées, complexes, quand d’autres comme Nicolas Sarkozy parlent cash, choc et enflamment les foules….  "Un homme politique se consacre à la conquête du pouvoir, un homme d’état se prépare à gouverner, ce n’est pas la même chose" voilà ce qu’expliquent les proches d’Alain Juppé. Petit tacle glissé à Nicolas Sarkozy. Sauf que l’enseignement de Michel Rocard vous l’avez dit c’est que ce discours de vérité n’est pas porteur pour les élections. Alain Juppé le sait, va-t-il changer sa façon de faire campagne alors que sa côte est en baisse ? "Non" répond son entourage, pas question de changer de stratégie, "notre pari c’est celle de l’exercice du pouvoir pas de la conquête", même si c’est un pari risqué...


François Clauss, expert sportif

La France peut elle battre l'Allemagne ?

Oui j'ai quatre raisons qui permettent de croire que la France peut battre l'Allemagne, mais heureusement que vous n'avez pas dit "vabattre l'Allemagne", ne tombons pas dans cet excès d'optimisme ! Évitons aussi le syndrome "Allemagne bête noire" qui agit comme une malédiction ! Ni l'un ni l'autre. Objectivement la France a des arguments à faire valoir. Certes depuis le début de la compétition l'Allemagne est la Nation la plus forte. Elle a atteint son pic lors de l'Italie. Ce n'est pas pour rien qu'elle y a perdu quatre joueurs majeurs qui ne seront pas là contre la France : notamment Khedira ou Hummels. La France elle très poussive au début, voit une nette progression de match en match. Ils sont physiquement très affutés. Alors oui les courbes vont peut-être se croiser !

Deuxième raison, si on regarde le foot allemand et le foot français : le premier stagne depuis deux ans sans avoir réussi à remplacer leur capitaine et butteur emblématiques. Dans le même temps le foot français a nettement progressé : Pogma et Griezmann se sont rompus aux joutes européennes.  Ce qui nous a manqué il y a deux ans nous permettra peut-être de l'emporter cette fois-ci.

On a l'impression que la France a plus besoin que l'Allemagne de remporter ce match. On est dans un pays déprimé, on a souffert dans notre chaire. Il y avait un tel enthousiasme hier, jusqu'à deux heures du matin. Tout cela va porter l'équipe de France, même si cela ne va pas résoudre les problèmes. Va-t-elle nous apporter la parenthèse enchantée dont on a besoin ? L'équipe de France a conscience de son rôle en tout cas !

Dernière raison, totalement irrationnelle : la "Loi des 16". 84, 2000 et 2016 ! Vous souvenez-vous où l'équipe de France jouait en 84 ? A Marseille ! Où se joue la demi-finale également dans quatre jours. On espère revivre l'exploit jeudi !