Déchéance de nationalité : comment François Hollande va-t-il se sortir de ce piège ?

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Anne Le Gall, Alex Taylor et Antonin André font le point sur l'actualité du jour.

Alex Taylor, expert international

Brexit : David Cameron vient de décider que ses propres ministres pourront mener campagne contre lui.
 
C’est de plus en plus du "car crash politics", la politique façon "accident de voiture en direct". Une fois les négociations bouclées avec les "partenaires européens", en principe février, ses propres ministres pourront faire campagne pour le oui ou le non avant le référendum, en principe en juin. Cela veut dire quoi ? Pendant quelques mois tous ses ministres vont s’engueuler sur les plateaux de télévision. En 1975, lors du dernier référendum britannique sur le sujet, le Premier ministre Harold Wilson, de gauche, avait pris la même décision et après le vote, son parti a totalement implosé laissant la voie ouverte à Margaret Thatcher.
 
Il y a beaucoup de ministres qui sont contre ?  On ne sait pas trop. Jusque-là ils se taisaient. Le problème c’est que parmi les adversaires il y a des "big beasts", les grands fauves, celui des Affaires Etrangères n’est pas très euro-friendly, la ministre de l’Intérieur, puis le turbulent maire de Londres qui n’attend qu’une chose, remplacer son "ami" David. La grande tragédie, c’est que dans le fond, Cameron ne voulait même pas ce référendum. Il l’avait promis pour amadouer sa moitié europhobe, en pensant qu’il n’aurait pas la majorité absolue en mai dernier. Manque de pot, il l’a eue. Une chance énorme, c’est que dans l’opposition travailliste c’est pire. Trois porte-parole ont démissionné du cabinet fantôme rien que cette semaine. Car crash de chaque côté de l’autoroute direction Brexit.


Axel de Tarlé, expert économique

EDF va massivement investir dans le nucléaire.
Selon Les Echos, EDF prévoit cette année de vendre des filiales en France et à l’étranger pour récupérer ainsi quelques six milliards d'euros.
Pour plus de détails, cliquez ici.


Antonin André, expert politique

François Hollande doit désormais se sortir du piège de la déchéance de nationalité. Mais comment va-t-il faire ?
Pour plus de détails, cliquez ici.


Anne Le Gall, experte innovation

Innovation du jour : les technologies qui permettent de repérer et d'évaluer des explosions nucléaires à distance, même quand elles sont illégales et confidentielles.

Il n'y a plus vraiment de secret possible d'ailleurs car avons plusieurs centaines appareils qui auscultent la planète en continu. A terme, il y aura 321 stations de mesure et 16 laboratoires installés dans différents pays. Le système n'est pas encore officiellement opérationnel mais il fonctionne déjà à 80 %. Il est coordonné par l'OTICE , l'organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires, une structure basée à Vienne.

Ils surveillent quoi ces capteurs pour pouvoir détecter des activités nucléaires à distance ? Ils agissent comme des supers oreilles, des supers nez sur toute la planète, ils écoutent, repèrent, mesurent quatre types d'ondes ou de particules particulières à la surface du globe : les ondes sismiques, les ondes hydro acoustiques, les infrasons et les radionucléides.

Ça veut dire quoi ? Qu'ils sont capables de repérer en quelques minutes : un essai nucléaire souterrain ou sous-marin n'importe où dans le monde. Ils peuvent localiser cette explosion et mesurer sa puissance. En cas d'explosion nucléaire dans l'atmosphère, d'autres capteurs agissent comme des super oreilles, car ils surveillent les infra son. Ce sont des ondes sonore basse fréquence inaudibles pour l'homme mais qui peuvent signer une explosion atomique. Ca peut aussi signifier qu'un volcan entre en éruption ou qu'une fusée décolle, mais on fait vite ensuite la différence grâce à un quatrième type de capteur qui surveille la présence de radios nucléide, de particules radioactives qui se dégagent en cas d'explosion atomique. Les données de cette surveillance mondiale sont ensuite transmises en quelques minutes par satellite et des bulletins réguliers sont publiés à l'attention des États qui ont signé le traité d'interdiction des essais nucléaires.