Alain Juppé en Algérie et un pont rond en Uruguay : les Experts d'Europe 1 vous informent

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Anne Le Gall, Alex Taylor et Antonin André font le point sur l'actualité du jour.

Alex Taylor, expert international

La traduction de "Big Brother" en danois ce matin
 
Storebror. Le gouvernement danois veut désormais savoir qui clique sur quelle page internet. C’est du jamais vu dans l’Union Européenne. Ils ont déjà attiré les foudres de la Cour européenne de justice l’année dernière en proposant cette mainmise, maintenant la nouvelle coalition de droite remet tout sur le tapis. Il faut savoir qu’entre 2007 et 2014, le gouvernement danois avait déjà obligé les télécoms à effectuer des contrôles arbitraires sur chaque 500ième connexion donc les internautes avaient déjà légèrement l’impression d’être surveillés, mais là ce sera systématique. Il faut dire que les danois ne plaisantent pas en la matière. Leurs services secrets réclamaient l’année dernière le droit d’espionner d’office chaque danois vivant à l’étranger – ce que même la NSA américaine ne fait pas.
 
C’est la lutte anti-terroriste après les attentats de Copenhague de février dernier ?
 
Cela en fait partie. Pour le défendre, le gouvernement a déjà le droit de savoir à qui on téléphone et où - mais seulement s’il s’agit d’un coup de fil normal, pas sur internet, donc pas logique. Mais c’est plutôt un coup de com ; c’est l’anti Borgen, cette série sur la vie politique danoise, où tout était consensus mou un peu hygge, douillet. Visiblement ils ont besoin de prouver que le Danemark n’est pas une cible facile et surtout coincé entre les politiques très généreuses de l’Allemagne et de la Suède sur les migrants, d’émettre une sorte de grognement primal contre l’Union Européenne.


Antonin André, expert politique

Alain Juppé est en Algérie à Oran, ville jumelée à Bordeaux, avant de partir pour Alger. Le candidat à la primaire peaufine sa stature présidentielle.

Exactement. L’Algérie c’est l’étape incontournable sur le chemin de l’Elysée. François Hollande s’y était rendu en décembre 2010, Nicolas Sarkozy en novembre 2006.
La visite en Algérie, c’est le mantra des candidats à l’élection présidentielle. Il s’y passe toujours quelque chose. François Hollande y a pour la première fois formulé le concept de "Président normal" qu’il a décliné pendant toute la campagne présidentielle avec succès. Jacques Chirac en 2003, lui était président, y avait reçu un accueil triomphal.
L’Algérie c’est un lien charnel avec la France et un enjeu électoral : plus de 20.000 français sont recensés au consulat de France à Alger mais surtout en France on compte plus d’1,5 million de bi-nationaux Franco Algériens.

C’est un enjeu majeur dans la course à la présidentielle et donc un enjeu dans la primaire qui oppose Alain Juppé à Nicolas Sarkozy.

Alain Juppé reste trois jours en Algérie. Il est arrivé hier à Oran et il est aujourd’hui à Alger. Il rencontrera Abdelaziz Bouteflika et tiendra ce soir une réunion publique devant la communauté française.
Alain Juppé soigne d’autant plus la communauté algérienne que son concurrent Nicolas Sarkozy est lui en délicatesse avec l’Algérie. Le 20 juillet dernier à Tunis, l’ancien président lance : "La Tunisie est située entre l’Algérie et la Libye, vous n’avez pas choisi votre emplacement". Cette allusion alors que la Tunisie vient de subir des attaques terroristes résonne encore très négativement à Alger. Et aucune visite de Nicolas Sarkozy n’est programmée en Algérie dans les prochains mois.
Derrière ce bras de fer diplomatique se profile un des enjeux la prochaine élection présidentielle : l’immigration. Un enjeu qui mobilise l’électorat de droite.
Alain Juppé et Nicolas Sarkozy sont très proches sur l’économie, sur le social. L’immigration et les questions qui en découlent constituent la ligne de fracture, le juge de pax de leur affrontement.


Axel De Tarlé, expert économie

Renault inaugure ce matin sa première usine en Chine à Wuhan.

Est-ce que Renault n'arrive pas après la bataille à un moment où le marché chinois ralentit nettement ?

PSA est arrivé en Chine, il y a plus de 20 ans. C'était alors son premier marché.
On a longtemps accusé Carlos Ghosn d'avoir privilégié Nissan qui fait un carton en Chine tandis que Renault était privé de la Chine.

L'avantage de l'arrivée de Renault en Chine c'est de pouvoir profiter de l'expertise de Nissan et notamment de ses fournisseurs, de ses contacts politiques.
Les salariés de Nissan sont mobilisés et l'usine Renault sera un copié collé de celle de Nissan.
Renault produire 150.000 Kadjar par an, ce sont des 4x4 qui fonctionnent très bien en Chine. Mais à partir de l'année prochaine pour palier aux problèmes de pollution, l'entreprise française produira la voiture électrique, Fluence.

Même si Renault arrive un peu tard, la Chine reste un marché fantastique.
- C'est le premier marché du monde avec 25 millions de voitures soit le double du marché européen.
- Le taux d'équipement très faible avec100 voitures pour 1.000 habitants contre 600 chez nous.

Il y a donc encore pas de visibilité car si Renault venait à occuper 3 % du marché chinois cela correspondrait à 600.000 voitures soit autant que ce que l'entreprise vend en France.


Anne Le Gall, experte innovation

Innovation : un pont d'un nouveau genre vient d'être inauguré en Uruguay.

Après la passerelle en verre en Chine, voici, tout aussi étonnant, le pont circulaire en Uruguay.

C’est quoi un pont circulaire ?

Au lieu d'être une ligne droite entre deux rives, il s'agit d'un pont rond ou plutôt deux demi cercles. Donc, quand vous traversez dans un sens vous empruntez un demi-cercle par le droite alors qu'au retour, vous êtes de l'autre côté.
Ce pont a été construit au-dessus d'un bras de mer à Laguna Garzon dans le sud-est de l’Uruguay. Il a demandé trois ans de travaux et vient d'être inauguré. Il est déjà visible sur certaines cartes, si vous tapez Lagune Garzon sur Google maps par exemple, vous avez l'impression qu'il y a un énorme rond-point dans la mer.
En fait, c'est un pont perché sur des piliers de 25 mètres de haut soit la hauteur d'un immeuble de six étages.

Ça sert à quoi un pont rond ?

A part à dépenser de l'argent, car évidemment ce pont coûte plus cher qu'un ligne droite, ce pont a en fait une utilité écologique. Il vise à créer une circulation fluide mais lente des voitures au-dessus de la lagune pour limiter le bruit et la pollution au maximum.
Car Laguna Garzon est un site naturel protégé, c’est une mer intérieure autour de laquelle vivent énormément d'oiseaux notamment.
Donc le pari de l'architecte, Rafael Vinoly, un Uruguayen vivant à New-York, c'est de se dire qu'avec une route courbe au-dessus de la mer, les automobilistes rouleront au pas à la fois par prudence et pour profiter du paysage.
Sur chaque moitié de l'anneau, on se retrouve avec la mer à 360 degrés autour de la voiture.
Il est prévu qu'un millier de véhicules l'empruntent chaque jour.