Stranger Things : la série désormais disponible sur Netflix

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du village est une chronique de l'émission Village médias
Partagez sur :

Chaque matin, Raphaëlle Baillot fait le bilan des différentes audiences télé de la veille et revient sur l'actualité médiatique.

Tous les matins, Raphaëlle Baillot donne les chiffres d’audiences de la veille.

Tout le monde fait de petits scores car ce sont les vacances scolaires.

Pour Anne Sophie Lapix, pas vraiment jeudi sourire avec seulement 4,576 millions de téléspectateurs et 20,5% de parts de marché pour son 20 heures. C’est l’un des scores les plus bas de la saison.

Quid de la soirée ?

TF1 est leader avec la fin de la série Contact avec 4,537 millions de  téléspectateurs et 18,9% de parts de marché.

France 3 diffusait le film L’Aile ou la cuisse qui a rassemblé 2,812 millions de téléspectateurs, un score typique de vacances avec les enfants.

M6 avec Recherche appartement ou maison a réuni 2, 441 millions de téléspectateurs pour 10,5% de parts de marché.

Un coup d’œil sur leurs scores de Faustine Bollaert.

Faustine Bollaert proposait ce jeudi une émission spéciale, à l’occasion d’octobre rose. 552.000 téléspectateurs ont vu et entendu les témoignages de trois femmes souffrant d’un cancer du sein.

En part d’audience, Faustine Bollaert est à 6.8 % ce n’est pas énorme, mais encore une fois ce sont les vacances, donc des scores inhabituels. 

En gros, Faustine Bollaert a un défi cette année, c’est faire remonter une case sinistrée qui était occupée l’année dernière par Mille et Unes Vies de Frédéric Lopez.

Michel Drucker l’a dit, cette case ne pouvait pas tomber plus bas.

Frédéric Lopez était tombé en gros à moins de 600.000 téléspectateurs et moins de 7% de part d’audience. Si on devait résumer l’objectif de Faustine Bollaert, c’est d’aller chercher les téléspectateurs un à un. Et elle y arrive doucement mais sûrement. D’une case à 7% de part d’audience, vous passez lentement à 7,5, 8, et même 9,9 % jeudi dernier, un record.

Quoi de neuf ce weekend dans le journal du Village ?

Depuis ce matin, la série Stranger Things est disponible sur Netflix. Vous allez retrouver tout l’univers qui vous a plu dans la saison 1, les références aux années 80 et aux films comme les Goonies. Bref, une bonne activité pour ce week-end.

On va parler maintenant d’une campagne virale.

Ça se passe sur Twittrer, le réseau social. Depuis hier, tous les animateurs d’LCI ont posté la même photo, celle d’un ascenceur qui ne contient que des boutons avec le numéro 26. Le but, c’est bien sûr de marteler que LCI, c’est sur ce canal de la TNT. Du coup Village médias a eu une révélation, quand David Pujadas est venu la semaine dernière dans ce studio, il en a profité pour faire la même chose, le coquinou.

On reste dans l’univers fascinant de la pub. Ce matin, Raphaëlle Baillot souhaitait évoquer une nouveauté télé : le ciblage émotionnel.

En gros, les émotions que vous ressentez devant une émission ou un film sont désormais une donnée vendue aux marques qui font de la pub à la télé. 

Il y a quelques jours, la régie de M6 a proposé à ses annonceurs une nouvelle offre qui inclut du ciblage émotionnel.

Comment ça marche ?

Commençons par le début. À moins que vous soyiez un robot totalement insensible, toutes les émissions de télé que vous regardez suscitent en vous différents sentiments.

M6 en a identifié six : la surprise, l’émotion, le rire, la joie, le frisson et la nostalgie.

Etape 2, la chaîne a trouvé comment savoir précisément  quels programmes suscitent quelle émotion.

Elle a mis au point un algorithme, un logiciel de calcul mathématique capable d’analyser le contenu émotionnel des programmes. Une méthode originale car elle se base sur les sous-titres des émissions. Écoutez David Larramendy, le directeur général de M6 publicité.

Traduction : M6 a cartographié toutes les émotions générées par sa grille de programmes.

Tout ça avec un but, augmenter l’efficacité de la pub, l’impression du message dans votre temps de cerveau disponible.

Par exemple : vous êtes patron de régie, une fois que vous savez qu’à 21h02, le Meilleur pâtissier contient un pic de nostalgie par exemple. Vous pouvez placer avantageusement juste après une coupure pub qui joue sur la même émotion, genre pour les madeleines bonne maman. 

Car plus vous êtes ému, plus vous êtes réceptifs à la pub qui jouera sur la même corde émotionnelle, c’est prouvé par différentes études de neurosciences.

Grâce à l’analyse des sous titres, la méthode de M6 n’implique aucune intrusion dans votre tête.

Sauf qu’il y a deux jours, le journal des Échos nous avertissait : TF1 et France Télévisions ont tous les deux commandé des études marketing qui utilisent "facial coding" : on vous met devant la télé, et on analyse les mouvements de votre visage face à tel ou tel programme. Ce n’est plus vous qui regardez la télé, c’est la télé qui vous regarde. 

Les extraits de la chronique
Voir toutes les chroniques