L'interview "déambulation" d'Emmanuel Macron par Laurent Delahousse

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du village est une chronique de l'émission Village médias
Partagez sur :

Chaque matin, Soizic Boisard fait le bilan des différentes audiences télé de la veille et revient sur l'actualité médiatique.

L’événement médias de la soirée, l’interview d’Emmanuel Macron par Laurent Delahousse sur France 2.

Interview enregistrée mardi dernier, diffusée hier soir et largement commentée sur Twitter comme dans la presse ce matin pour sa mise en scène. Les deux hommes debout, la déambulation dans l’Elysée et l’atmosphère "conversation au coin du feu" sur un ton détendu. Par exemple, quand Laurent Delahousse interroge le président sur le chômage avec ces mots : "Ça va mieux, ça va pas mieux, pourquoi ça baisse pas ?”

En même temps l’exercice est inédit à la télévision française.

Certes, même si on se souvient de l’entretien Yves Mourousi/François Mitterrand, le journaliste à moitié assis sur le bureau présidentiel. Mais là, hier soir, ce qui a pu paraître totalement nouveau est en fait directement inspiré - une fois encore - de Barack Obama. C’est notre confrère François Clemenceau, ancien correspondant d’Europe 1 aux Etats Unis, qui l’a relevé : "Juin 2009, première grande interview d’Obama. Le président américain fait visiter la Maison-Blanche à Brian Williams et converse avec lui, debout, des affaires du monde."

Ça c’est pour la forme, sur le fond, un dossier a retenu notre attention, celui de la crise à France Télévisions…

Pour Emmanuel Macron, l’audiovisuel public ne répond pas totalement à ses missions. Pourquoi ? Parce qu’il est "structuré sur le monde d’avant". Et on le rappelle, les patrons de l’audiovisuel public ont rendez-vous dans trois jours avec leur ministre de tutelle. Ils doivent lui remettre "une liste de propositions communes".

Une nouvelle chaîne d’info démarre cette semaine, RT France.

Lancement avant Noël l’assure Xenia Fedorova sa présidente. RT pour Russia Today, version française de la chaîne d’information russe financée par le Kremlin. En France, elle sera visible sur internet et sur la Freebox qui diffuse déjà RT en anglais et en arabe. SFR et Orange disent être en discussion.