Coupe du monde 2018 : quels sont les enjeux médias ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du village est une chronique de l'émission Village médias
Partagez sur :

Chaque matin, Raphaëlle Baillot fait le bilan des différentes audiences télé de la veille et revient sur l'actualité médiatique.

On ouvre le Journal du Village avec  l’onde de choc de l’affaire Weinstein qui continue dans les médias américains

Les  téléspectateurs américains sous le choc après l’éviction d’une des stars de leur télé. Il s’appelle Matt Lauer, aux États-Unis, c’est la star de la matinale du réseau NBC, qui s’appelle Today, aujourd’hui.

Il était même le présentateur vedette de NBC !

C’est peu dire, pour vous faire une idée c’était même l’un des journalistes les mieux payés de tous les médias américains, 25 millions de dollars par an, plus deux millions de dollars par mois. Mais ça c’est fini, viré d’antenne du jour au lendemain pour "comportement sexuel inapproprié".

Il semble qu’il y ait une affaire dans l’affaire ?

Pour résumer grossièrement, Andy Lack, le patron d’NBC,  est aujourd’hui pointé du doigt pour ne pas avoir sorti l’affaire Weinstein en premier alors que sa rédaction avait amassé des preuves.

Et comme souvent, le Président Trump en a profité pour sortir un tweet anti-médias . "Quand les patrons de NBC seront-ils renvoyés pour publier autant de fausses nouvelles ? Regardez dans le passé d’Andy Lack !".

En France, il y a du nouveau dans l’affaire Eric Monnier.

L’actuel directeur de la rédaction de la chaîne LCI  est visé par la plainte pour harcèlement moral et sexuel. Des faits qui se seraient déroulés lorsqu’il dirigeait la rédaction de France 2, contre une journaliste Anne Saurat Dubois. Le syndicat SNJ CGT a décidé de porter : plainte aussi, en solidarité avec elle, et "appelle les journalistes des rédactions de France Télévisions et de TF1 à apporter leur témoignage".

Ce vendredi, ce sera une grosse journée sport dans les médias.

Pourquoi ? parce que ce sera le tirage au sort du calendrier de la coupe du monde de foot à 15h50.

Alors sur le plan sportif, tout l’enjeu est de ne pas tomber contre l’Espagne dans la même poule, mais qu’en est-il pour les enjeux médias ?

Quelles seront les forces en présence ?

D’abord l’option payante pour le téléspectateur c’est BeIn Sport qui a l’intégralité des droits de cette Coupe du Monde, soit 64 matchs. Demain, la chaîne casse son antenne pour des éditions spéciales tirage au sort dès 13h30.

Et quand on est pas abonné ?

Il y a le groupe TF1. Fidèle à sa stratégie multi chaine, le groupe va faire monter la sauce toute la journée et sur toutes ses antennes. Bixente Lizarazu chez Jean Pierre Pernaut dès 13 heures, il y aura ensuite le tirage au sort en direct sur TMC, puis téléfoot spécial, duplex de Moscou avec la première réaction officielle de Didier Deschamps. Et pendant ce temps, LCI dégainera une spéciale mondial 2018  dès 15h10.

Pour TF1, la coupe du monde ce sera l’événement de 2018, un enjeu énorme. TF1 a décroché les droits de diffusion des 28 plus belles affiches. Et il y a un truc difficile à comprendre : c’est que l’événement, comme le dernier mondial en 2014, ne sera pas rentable pour le groupe. En gros ; les matches auraient couté entre 50 et 65 millions selon les analystes et la pub générée sera comme d’habitude de l’ordre de 40 millions.

L’intérêt c’est l’image ?

C’est d’être sur l’événement, c’est de faire de l’audience. En 2014, l’audience moyenne des matches de coupe du monde c’était neuf millions de téléspectateurs, des parts d’audiences à plus de 40%.

On termine par un nouveau programme bientôt sur le groupe Canal+.

Une info pour les grandes personnes, à partir du 21 décembre, une émission disons libertine débarque en crypté à 22h15 sur Canal+ Décalé. Ce sera présenté par Monsieur Poulpe , qui promet des "discussions débridées, reportages décadents et magnétos sulfureux".