Journal du Tour – Bardet vaincu, Froome presque assuré d'être vainqueur

  • A
  • A
Le journal du Tour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

L’essentiel de l’actualité du Tour présenté par Simon Ruben.

Simon ce matin, nous revenons sur la déception de Romain Bardet. Il a tout tenté, mais cela n’a pas suffi, le français ne gagnera pas le tour 2017. Mais quelle bataille face au maillot jaune Chris Froome !

Oui, les supporters de Bardet y auront cru jusqu’au bout. Il a essayé, il a tenté, il s’est battu, dans les derniers kilomètres de l'Izoard, à  plusieurs reprises on le voit attaquer Chris Froome. Mais à chaque fois, avec une maîtrise bouffante, le maillot jaune revient. A l’arrivée, Bardet s’écroule, reste plusieurs minutes le visage enfoui dans une serviette. Il sait qu’il ne gagnera pas ce tour de France mais pour autant, il retient une progression qui ne peut que le conduire vers les sommets

Rien à regretter, Romain Bardet, dauphin de Chris Froome ce matin, il faudra attendre le contre la montre de Marseille pour assurer la 2e place.

Froome, lui, s’annonce comme le grand champion de ce tour même s’il n’a pas gagné la moindre étape cette année ! Il était tout de même plus fort. Un seul homme a semblé par instants au-dessus de lui, il s’appelle Mikel Landa, il est espagnol et coéquipier de Froome, il avait ordre de ne pas attaquer son leader, dommage

Simon, l’autre nom ce matin sur toutes les lèvres, Romain Bardet en parlait d’ailleurs. C’est Waren Barguil !

Deux victoires d’étapes, un maillot à pois qu’il est assuré de ramener à paris pour peu qu’il franchisse la ligne d’arrivée. En trois semaines, le breton est devenu le chouchou du public. Il a aussi impressionné tous les anciens coureurs : de Virenque à Greg Lemon en passant par Bernard Thevenet, double vainqueur du tour. Barguil après des années de galère et de blessures semble donc prêt à tenir les promesses qu’il laissait entrevoir étant jeune. 

Aujourd’hui le Tour est dans le Sud. On quitte les Alpes en partant d’Embrun direction Salon de Provence. 

Oui, pas le temps de souffler, plus de 222km avec cette étape qui peut réserver des surprises. Possibilité d’une arrivée au sprint avec un final d’étape assez plat. Mais le début de parcours, vallonné, le vent aussi pourraient changer la donne. De quoi favoriser une échappée, ça promet du suspense.

Merci Simon Ruben, on vous retrouve à 8h10 pour un nouveau journal du tour !