Un projet de micro-Etats… construits sur l’eau !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

Des entrepreneurs de la Silicon Valley veulent réaliser un projet fou basé sur des idées politiques libertaires, où chaque micro-état déciderait lui-même de son mode de gouvernance, notamment fiscal. 

Ce soir on commence par vous raconter l’histoire d’un pays qui n’existe même pas encore : un projet de micro-Etats construits sur l’eau. 

C’est un projet que beaucoup ont rêvé, et qui semble prendre forme. A l’origine, en 2008, des entrepreneurs de la Silicon Valley créent un "institut", du nom de Seasteating. Ils sont soutenus financièrement dès le début par le milliardaire Peter Thiel, le cofondateur du système de paiement en ligne Paypal, qui était aussi aux débuts de Facebook. Ils imaginent un prototype de ville sur l’eau, pour la baie de San Fransisco et puis rien ne se concrétise, ça devient un peu une blague, cette histoire d’îles flottantes. Et pourtant : en janvier dernier un protocole d’"intentions réciproques" a été signé avec le gouvernement de Polynésie française et le projet pilote d’île flottante avance désormais à grand pas.

Ça ressemblerait à quoi ?

Une douzaine de plateformes, d’environ 50 mètres de large, des plateformes à 5 côtés pour pouvoir s’agencer différemment et dessus, des éco constructions : habitations, bureaux, restaurants conçus avec des matériaux locaux, maximum 3 étages, des toits végétalisés. Tout ça sur un lagon bleu turquoise, je vous laisse imaginer leurs petits films promotionnels en images de synthèse qui font rêver. Cette île flottante pourrait accueillir 2 à 300 personnes très bientôt : les concepteurs parlent de 2020 !

Mais elles auront quel statut, ces nouvelles "villes flottantes" ?

C’est la vraie question. On comprend bien les motivations de la Polynésie française : l’archipel est menacé par la montée des océans, à cause du réchauffement climatique. C’est pourquoi elle a concédé à Seasteading une quarantaine d’hectares au large de Tahiti pour que ce projet voie le jour et que la technologie existe.

Mais l’entreprise californienne est en train d’obtenir que soit créée pour ça une "zone économique spéciale", dans les eaux pacifiques concernées : une sorte de zone franche, si vous voulez, où seraient appliquées des règles spécifiques, décidées pour cette île, comme une gouvernance locale.

C’est-à-dire qu’il y a une idée politique derrière ce projet…

Absolument, et les fondateurs ne s’en cachent pas. A commencer par Peter Thiel, "monsieur Paypal", un gourou de la Silicon Valley connu pour ses positions libertaires assumées. L’idée, ici, c’est de se libérer des politiciens et de leurs lois qui freinent l’innovation. Chaque île (parce qu’il y en aurait beaucoup à terme, dans leur idée…), chaque île déciderait de ses règles, de sa fiscalité, de sa gouvernance. Voilà qui nous éloigne d’un coup de l’utopie de sauver les peuples en péril. Pour acheter une seule plateforme de la 1ère île flottante, par exemple, il faudra débourser 15 millions de dollars.

Pour notre deuxième sujet, nous allons au Japon. Parce que figurez-vous que dans ce pays, en matière de délinquance et de criminalité, ce ne sont pas les jeunes qui posent problème... mais les personnes âgées !

Voilà… c'est ce que montrent les statistiques annuelles qui viennent de sortir. Et le fait que 28% des Japonais aient plus de 65 ans (record mondial), n’explique pas tout, loin de là. On retrouve Bernard Delattre, qui est à Tokyo. Bonsoir Bernard ! Comment explique-t-on cette "délinquance du 3e âge" qui nous semble si étrange ? 

Bonsoir à tous ! Oui, c’est vrai que ces 20 dernières années, le nombre de crimes et de délits commis par des seniors a quadruplé ! Alors que le niveau général de délinquance est historiquement bas. Il y a plusieurs facteurs à ça. D’abord, les seniors sont responsables du quart des accidents de la route mortels. Par ailleurs, de plus en plus de personnes très âgées sont à la charge de leurs proches. C'est souvent lourd à gérer. On note une envolée du nombre de meurtres intrafamiliaux. Typiquement, c'est l'octogénaire qui n'en peut plus de s'occuper chaque jour de sa maman plus que centenaire et qui, épuisé physiquement ou moralement, finit par la tuer.

Et il y a un autre type de délinquance où les seniors sont plus représentés que les autres... et c’est surprenant : ce sont les vols à l’étalage !?...

Oui, et spécialement à l'approche de l'hiver. Et là c’est à cause de la précarisation des seniors. 19% sont sous le seuil de pauvreté. C'est un record de tous les pays industrialisés. Et ces vieux dans la misère, ils préfèrent passer l’hiver en prison, au chaud. Donc ils multiplient les petits délits (les chapardages, par exemple) pour se faire arrêter et emprisonner quelques semaines. Parce que, en cas de récidive aggravée, le Code pénal japonais punit de peines d'emprisonnement y compris pour un vol dans une épicerie. Aujourd'hui, les détenus âgés ou très âgés sont 2 fois plus nombreux qu'il y a 10 ans.

Et ça doit poser des problèmes dans les prisons !?

Ah oui ! Des établissements commencent à ressembler à des hospices pour vieillards dépendants. Remplis de prisonniers incapables de se déplacer, de s'alimenter, de s'habiller ou de se laver tous seuls. Donc l'Etat embauche de plus en plus du personnel pénitentiaire infirmier. Pour bien faire, il faudrait aménager des prisons en maisons de repos médicalisées, au risque de se voir reprocher de rendre les prisons trop "confortables". Merci Bernard Delattre, vous nous parliez depuis Tokyo

En bref aux Etats-Unis, une photo trouvée dans une brocante pourrait valoir des millions !

C’est un ferrotype, c’est-à-dire une très vieille photo sur une fine plaque de tôle qu’un avocat a acheté sur une brocante. L’image représente 5 hommes avec des chapeaux de cow-boy : 10 dollars, pas cher. Sympa. Il l’a accroché dans son appart loué par AirBnB. Et puis quelques années après, il entend parler de cette photo sépia vendue 5 millions de dollars parce qu’elle représentait Billy the Kid.

Et il y regarde de plus près, l’avocat car l’un des gars, sur sa photo, ressemblerait bien, lui-aussi, au célèbre hors la loi qui avait sévi, fin XIXe, dans le grand Ouest américain. En le montrant à des spécialistes, ils repèrent qu’en plus, le type de droite pourrait bien être Pat Garrett, l’homme qui a finalement tué le Kid quand il est devenu shérif. Pas mal, pour une photo à 10 dollars ! En attendant l’expertise, l’avocat l’a décrochée et l’a mise au coffre.

Depuis aujourd’hui, les bus londoniens carburent au café !

En quelques sortes, oui puisqu’une stat-up britannique a trouvé un procédé pour transformer le marc de café en biocarburant. Il faut encore de l’essence mais certains bus roulent donc à 20% grâce à cette huile faite avec le marc de café recyclé ! C’est beaucoup 20% !