Un dissident chinois assure être capable de faire trembler les dirigeants de Pékin

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Hondelatte raconte
Partagez sur :

Guo Wengui menace d'inonder Twitter de révélations sur "la petite bande de mafieux qui dirige la Chine".

On démarre avec ce trublion, un exilé chinois, milliardaire, capable depuis son luxueux appartement avec vue sur Central Park, à New York, de faire trembler les dirigeants de Pékin.

Oui, et pile le jour de l'ouverture du Congrès du parti communiste, ce dissident d'un genre inédit, Guo Wengui, a parfaitement choisi son moment pour menacer tous les hauts dignitaires chinois. Lui, c'est un magnat de l'immobilier arrivé aux Etats-Unis il y a deux ans, après avoir fait fortune en Chine. Costume blanc clinquant, lunettes de soleil "m'as-tu-vu", il joue le dissident dans son appartement payé 68 millions de dollars. Et il menace d'inonder Twitter de révélations sur "la petite bande de mafieux qui dirige la Chine". Pendant ce Congrès, moment très solennel avec ses 89 millions de membres, qui a lieu tous les cinq ans et qui ne tolère aucun trouble à l'ordre public à l'intérieur du pays.

Mais quelle est son influence, puisque Twitter et YouTube sont interdits en Chine ?

Eh bien c'est le Khodorkovski chinois, du nom de l'homme d'affaires russe. Il représente le même danger. Il ternit l'image du régime auprès des milieux d'affaires et politiques américains. C'est un client régulier du Mar-a-Lago, le club très sélect de Donald Trump en Floride. Et il est assez téméraire puisqu'il vise le numéro deux du régime, le très influent Wang Qishan. Il a une dent contre lui, il l'accuse de diriger en secret l'un des plus gros groupes chinois d'aviation, de tourisme, et de finance et de s'en mettre plein les poches au passage. Il dit détenir des preuves matérielles et il compte même réaliser une vidéo en direct depuis New York, d'après le New York Times.

C'est la première fois qu'on voit un personnage comme ça qui joue le dissident. D'habitude ce sont des militants des droits de l'Homme pas vraiment fortunés.

C'est vrai, il n'y a plus d'opposants de poids à Pékin. Le prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo, est mort en prison, le blogueur prodige Han Han, qui a aujourd'hui 35 ans, a été réduit au silence par la censure. Donc Guo Wengui incarne le pire cauchemar de Pékin. Il connaît toutes les ficelles des milieux autorisés chinois. Il est, peut-être, plus dissident par intérêt, pour régler ses comptes, que par idéal, selon les observateurs américains. Mais qu'importe, même si le personnage est trouble, Guo Wengui est la meilleure arme à disposition des dissidents chinois, puisqu'il est informé et très suivi sur Twitter et YouTube.

Deux infos en bref pour terminer ce journal du monde.

D'abord, le numéro de portable d'un président publié par erreur. Oui, une grosse bourde. Le numéro du président du Brésil, Michel Temer, mis en ligne sur le site de la Chambre des députés. Alors il y a un journaliste du quotidien O Globo qui a tenté sa chance. Il a demandé, pour être sûr : "Je parle bien au président ?" A l'autre bout du fil, Michel Temer a répondu : "Parfaitement !" Et avant de lui donner le numéro de sa collaboratrice, il a répondu de bonne grâce à quelques questions pour le journal.

Le numéro a ensuite dû être désactivé par ses services. Il faut préciser qu'il avait été mis en ligne au milieu d'une montagne de documents en lien avec sa mise en accusation dans une affaire de pots de vin de plusieurs millions d'euros.

Et puis Ivanka Trump, la fille du président des Etats-Unis,  confie qu'elle a été "punk" et qu'elle a eu les cheveux bleus...

Elle a eu une "phase punk", c'est ce qu'elle écrit dans un passage du livre de sa mère, Ivana Trump, sorti il y a quelques jours. Ce sont des journalistes du New York Magazine qui l'ont repéré. Et Ivanka, qui est aujourd'hui conseillère de Donald Trump, quasi First Lady diront certains, raconte même qu'elle a "pleuré une journée entière" à l'annonce de la mort du chanteur Kurt Cobain. Sauf que, pour les puristes, Cobain c'était du "grunge" pas du "punk". Et pour l'instant, sur les réseaux sociaux, personne n'a trouvé de photos d'elle en punk à cet âge-là.