Pologne : une vidéo de lapins pour inciter à faire… des enfants

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Hondelatte raconte
Partagez sur :

Le ministère de la Santé polonais a publié une courte vidéo avec des lapins pour lutter contre la baisse de la natalité dans le pays. 

Et notre première destination est la Pologne, où le ministère de la Santé a mis en ligne une courte vidéo qui a eu son petit succès !

C’est un clip de 30 secondes qui fait l’éloge des lapins ! C’est filmé à hauteur de Bugs Bunny : imaginez un monde bucolique et coloré, avec de gros champignons, des petites carottes tendres, un chou, une pomme et tout plein de lapins, donc, qui batifolent dans une herbe bien verte. Et en voix off, le chef de clan nous donne le secret de cette grande et belle famille. Je vous résume ce que nous dit la voix off : le secret des grandes familles, c’est de faire de l’exercice, de manger sainement et d’éviter trop de stress, nous dit un lapin blanc affublé de lunettes de soleil, entre deux bâillements.

C’est donc un clip officiel, qui loue la "grande famille Lapin" : je crains de comprendre où ils veulent en venir…

C’est limpide, cette vidéo dit aux Polonais : reproduisez-vous, comme les lapins ! D’ailleurs juste avant la fin du clip, c’est comme une image subliminale : pendant 2 secondes on aperçoit un couple (des humains, un homme une femme…) qui pique-niquent au milieu des lapins. Ils se tiennent les mains, sont les yeux dans les yeux… Histoire de dire, peut-être, qu’il ne suffit pas de croquer des carottes pour devenir parents. Le fond de l’affaire, c’est que la Pologne affiche un déficit démographique inquiétant, le taux de fécondité des Polonaises est l’un des pires d’Europe : à peine 1,3 enfant par femme. Vous savez que le taux de renouvellement de la population dans un pays est fixé à 2,1 enfants par femme.

La question qu’on se pose : est-ce que c’est de l’humour assumé !?

Je ne crois pas qu’ils aient fait exprès d’être drôles. C’est un gouvernement très conservateur dans une Pologne toujours très catholique et le ministre de la Santé a expliqué sérieusement qu’il s’agissait d’encourager ceux qui sont en âge de procréer, les 18-45 ans, à adopter une vie saine qui favoriserait leur fertilité (Une vie saine, comme une vie de lapin) et qu’il avait souhaité le faire d’une manière qui ne soit pas offensante ni vulgaire. C’est vrai qu’on ne voit jamais les lapins en pleine action, juste le résultat de leurs ébats : une bien belle famille.

La vidéo :  

Changement d’ambiance radicale, pour notre deuxième sujet, nous allons au Japon. Parce qu'une affaire criminelle retentissante vient d'être jugée : celle que les médias japonais ont appelé "la Veuve noire" a été condamnée à mort.

C’est l’histoire d’une empoisonneuse en série mais son procès pose la question du recours à la peine de mort au Japon. On en parle avec Bernard Delattre, à Tokyo… D’abord, racontez-nous : c’est quoi cette affaire de "Veuve noire" ? 

Bonsoir à tous ! Son nom, c’est Chisako Kahehi, une femme de 70 ans reconnue coupable d'empoisonnement au cyanure de quatre de ses anciens maris ou amants, afin de faire main basse sur leur fortune. Problème : selon une expertise, elle souffre de démence sénile. Et, pendant son procès, elle a fait des aveux, oui, mais, à l'audience du lendemain, elle ne s'en est plus souvenue. Donc, visiblement, elle n'a plus toute sa tête. Il n'empêche, elle a été jugée responsable de ses actes et donc condamnée à la mort par pendaison. En mars, déjà, la peine capitale avait été prononcée pour un quintuple meurtrier déficient mental léger.

Et c'est fréquent au Japon, les condamnations à mort?

Oui, et les exécutions aussi. Depuis que Shinzo ABE est Premier ministre – fin 2012 –, il a donné son feu vert à 19 exécutions. Jamais, dans toute l'histoire du Japon (par temps de paix), un chef de gouvernement n'a envoyé autant de condamnés à mort à la potence. Aujourd'hui, 124 personnes sont dans le couloir de la mort. Le droit japonais ne fixe aucun délai entre la sentence et son application. Et, quand une personne va être exécutée, elle n'est prévenue qu'une heure ou deux avant la pendaison. Donc, chaque matin, tous ces détenus se lèvent en se disant qu'ils sont peut-être en train de vivre leur dernier jour. Et ce supplice quotidien peut durer très longtemps : certains sont dans le couloir de la mort depuis les années 90...

Et tout cela ne suscite pas de débat, au Japon ?

Pas spécialement, non. Selon les sondages – et cela ne date pas d'hier – , 7 Japonais sur 10 sont pour la peine capitale.  Pourtant, les erreurs judiciaires ne sont pas rares, dans ce pays. A cause de procès parfois bâclés, de preuves fabriquées ou d’aveux extorqués de force, par la police, pendant la garde à vue. Au Japon, elle peut durer jusqu'à 3 semaines. Et  le suspect a à peine accès au dossier ou à un avocat. Il est arrivé plusieurs fois par le passé que des condamnés à mort soient remis en liberté provisoire puis rejugés, et, au final, totalement innocentés !

Merci Bernard Delattre, vous nous parliez depuis Tokyo

En bref, avant de refermer ce journal du monde. Barack Obama a répondu hier à la convocation d’un tribunal de Chicago.

Oui c’est sa ville, Chicago. L’ancien président (et ancien prof de droit) y allait comme simple citoyen américain. Convoqué pour la sélection de jurés, son nom avait été tiré au sort ! Obama a attendu, comme les autres, avant d’être finalement écarté de manière aléatoire. S’il avait siégé dans un jury, il aurait été payé 17 dollars 20 par jour.

Le Qatar a annoncé jeudi avoir nommé des femmes au sein de l'un de ses principaux organes consultatifs.

Le Conseil de la Choura comportera désormais 4 femmes. Ce conseil discute des projets de loi, de la politique du gouvernement et du budget. C’est une première :  4 sur 45 membres, ce n’est pas beaucoup, mais c’est un premier pas.