Nouveau scandale de pollution en Chine

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Hondelatte raconte
Partagez sur :

Pas moins de 300 tonnes de carcasses pourries de cochons ont été sorties de terre dans l'est du pays.

Direction la Chine avec un nouveau gros scandale de pollution révélé dans l’est du pays. Il s’agit de la mise à jour de fosses communes de cochons malades…

Beaucoup de cochons malades, des milliers, répartis sur trois sites dans une région montagneuse. Alertés par un habitant, les autorités locales avaient envoyé des pelleteuses il y a deux semaines et ils viennent de sortir de terre environ 300 tonnes de carcasses pourries ! La presse chinoise rapporte que l’odeur était tellement forte que plusieurs ouvriers ont fait des malaises. La police met en cause une entreprise de traitement des déchets industriels et médicaux de la ville d’Huzhou. Une entreprise qui doit normalement incinérer les bêtes non comestibles. Mais l’enquête montre qu’à six reprises en 2013 et 2014, ses frigos de 50 tonnes étaient pleins, elle est donc allée enterrer en douce les carcasses de porcs dans la montagne.

Ça peut provoquer des maladies pour la population ?

Les premières analyses ne montrent aucune trace de maladie transmissible à l'homme. Mais les sols sont évidemment pollués. Le temps montrera dans quelle proportion, il faut notamment tester les cours d’eau car les nappes phréatiques sont sans doute touchées. En Chine on parle beaucoup de la pollution de l’air, qui ferait un million de morts par an. Mais l’eau et les sols sont aussi victimes du développement express du pays. Il y a quelques années un officiel chinois avait dit que 20% des rivières chinoises étaient absolument toxiques.

Est-ce qu’il y a une prise de conscience de la gravité de ces situations ?

Absolument, c’est le côté très positif, qu’il faut souligner aujourd’hui. Le pouvoir central, à Pékin, a déclaré la guerre à toutes ces pollutions locales et aux politiques régionaux qui, très souvent, les couvrent. Et depuis un an surtout, ils s’en donnent les moyens. De grandes vagues d’inspections ont été lancées sur le terrain, dans les 31 provinces. Les inspecteurs ont déjà étudié 33.000 cas, distribué des amendes, mis des gens en prison… Leurs rapports sont pris très au sérieux. En cas de problème, les gouvernements locaux ont 30 jours pour rectifier le tir. Et c’est d’ailleurs la visite d’inspecteurs, au mois d’août, qui a mené à l’exhumation des 300 tonnes de carcasses de cochons.

Deuxième destination, nous voilà à Louxor pas très loin des magnifiques tombes des reines et rois d’Egypte. Des archéologues égyptiens ont découvert une nouvelle tombe vieille de 3.500 ans. A l’intérieur : des momies, toutes sortes de trésors. Et c’est Ariane Lavrilleux qui nous en parle depuis le Caire. Bonsoir Ariane, est-ce qu’on sait à qui appartenait cette tombe ?

Oui, elle appartient à l’origine à un orfèvre et à sa femme qui sont enterrés côte à côte. Ce qui est assez extraordinaire, c’est que leurs sarcophages sont très bien conservés. Les visages sculptés sont intactes. On peut déchiffrer les hiéroglyphes, les couleurs jaunes, vertes, rouges sont éclatantes. Et il y a plein de statuettes, de poterie qui ont été déblayées, des vases qui servent pour les rites funéraires. Grâce à une peinture, on sait qu’ils ont eu des fils. A l’origine, il n’y avait que les cercueils de ce couple mais quelques siècles après leur mort, d’autres familles sont venues squatter leur tombe ! Et donc dans ce caveau, il y a plein d’autres momies qui remontent elles à seulement 3.000 ans !

Mais alors, Louxor ça n’est pas seulement la vallée des rois, où l’on enterrait les pharaons ?

Non. En fait, juste à côté de la vallée des rois, il y a la vallée des nobles. Et jusqu’à maintenant, on croyait qu’il y avait surtout des notables très importants qui avaient le droit à des tombeaux décorés. Mais là, on découvre qu’un artisan y a aussi a sa place. Ça va beaucoup nous aider à en savoir plus sur la vie quotidienne de l’époque. Ce que l’Egyptien moyen mangeait, quelles maladies il avait…

On a l’impression que cette année est particulièrement riche en découvertes archéologiques…

C’est tout à fait vrai, 2017 est une année très riche. D’abord parce que plusieurs chantiers de fouilles qui s’étaient arrêtés après la révolution ont repris ces dernières années et révèlent leurs trésors. Ce qui est nouveau aussi, c’est que le ministère des Antiquités communique sur tout ce que déblaient les archéologues parce que l’idée c’est de relancer le tourisme qui a chuté depuis la révolution.

On termine ce journal du monde avec deux infos en bref.

Il y a quelques mois, dans le nord de Londres, une équipe de la BBC qui tournait un reportage sur la drogue avait assisté, impuissante, à l’agression d’un homme par son bull terrier. Le chien avait écrasé le larynx de son maître dans sa gueule. Les analyses montrent aujourd’hui de très forts taux de morphine et de cocaïne dans les urines du chien. Il avait sans doute mangé la drogue. Le chien a tué son maître parce qu’il était camé.

C’était hier soir. Un extrait de Rigoletto, de Verdi, au théâtre de Pise.

A l’affiche, Andrea Bocelli. Et pour diriger l’orchestre symphonique : YuMi ! C’est la première fois qu’il dirige en fait car YuMi est un robot suisse. Il a fallu 17 heures de travail pour lui apprendre à mimer six minutes de direction musicale en copiant les gestes d’un "vrai" chef d’orchestre. C’est une première. Bilan : pas mal pour la gestuelle, mais côté émotion et sensibilité, c’est zéro.