Mexique : l'Acoupa, le poisson le plus bruyant du monde

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde dans votre radio est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

Chaque année au printemps l'Acoupa du Golfe de Californie remonte le delta de la rivière Colorado pour se reproduire en émettant un son similaire à celui d'une mitraillette. 

Chaque soir, quelques histoires du monde. Et la première histoire ce soir nous emmène vers le Golfe de Californie, près des côtes nord-ouest du Mexique, pour découvrir un poisson dont on ne voudrait pas comme voisin !

Vous allez vite comprendre pourquoi. Je vous présente l’Acoupa du Golfe. C’est une espèce endémique de ce Golfe de Californie. L’Acoupa du Golfe est argenté, il fait moins d’un mètre mais il est tellement bruyant que deux chercheurs de l’Université de Californie, à San Diego, sont allés les étudier. En fait, les mâles ont des muscles vibrants sur le côté, qu’ils font claquer sur leurs abdomens, ce qui provoque un bruit qui ressemble à celui d’une mitraillette. Et quand ils se rassemblent, ces poissons deviennent tout simplement les plus bruyants du monde marin. Un seul peut être plus bruyant qu’une baleine. Les deux scientifiques comparent le son qu’ils ont enregistré à celui d’une foule dans un stade. Écoutez. 

Et pourquoi se rassemblent-ils, comme ça en chœur, pour faire du bruit ?

L’amour ! Chaque année au printemps, des millions d’Acoupa du Golfe remontent vers le delta de la rivière Colorado. Et là en plus, c’est à qui fera plus de boucan que son voisin, c’est la période de reproduction et la technique de séduction n’est pas des plus subtiles. Le niveau sonore a été mesuré 21 fois plus élevé que celui de l’environnement ambiant. Les chercheurs les entendaient depuis le bateau, et cela peut durer des heures.

Et tout ce boucan a deux conséquences fâcheuses. 

La première, c’est de casser les oreilles aux mammifères marins qui traînent dans le coin : les lions de mer, les dauphins, qui cherchent à manger. Le niveau sonore est tel qu’il risque de leur faire perdre de l’audition, voire même les rendre sourds ! Et puis seconde conséquence : ils signalent très distinctement aux pêcheurs où venir les trouver. Résultat : un seul bateau de pêche, avec un seul filet, peut capturer deux tonnes d'Acoupa du golfe en quelques minutes seulement. Et ils ne se privent pas, d’où la surpêche et l’espèce est aujourd’hui classée comme "vulnérable" par l’Union internationale pour la Conservation de la Nature.

Moralité : l’amour rend sourd… et vulnérable ! Autre histoire, qui nous emmène au Japon. Dans ce pays, des associations de parents d'élèves partent en guerre contre les écoles trop sévères.

Des écoles qui, par exemple, obligent leurs élèves qui ont les cheveux châtains à se les teindre en noir ! Bonsoir Bernard Delattre, vous êtes à Tokyo. Expliquez-nous : cela paraît un peu étrange, ce genre de règlement scolaire.

Bonsoir à tous ! C’est vrai que c’est étrange, et pourtant c'est arrivé à une lycéenne de la ville d'Osaka. Son école – comme souvent au Japon – défend aux élèves d'avoir les cheveux colorés. Elle trouve que ça fait mauvais genre, ne veut pas passer pour un établissement mal fréquenté. Mais, cette jeune fille avait des cheveux naturellement châtains. Ce n'était pas du tout dû à une coloration. Il n'empêche, son école l'a forcée à se teindre en noir, chaque semaine. Elle a fini par avoir des problèmes capillaires, donc elle a porté plainte contre l'établissement.  Et elle ne veut plus y être scolarisée, car elle se sent niée dans sa différence. Son cas a tant choqué le pays qu'il a poussé des parents d'élèves à se mobiliser contre ce type de règlements scolaires.

Mais c'est un cas très particulier, ou il révèle vraiment un problème de fond ?

C'est loin d'être un cas unique. Au Japon, dans beaucoup d'écoles, les élèves qui n'ont pas les cheveux noirs doivent prouver que c'est naturel, par exemple en montrant des photos d’eux tout petits.  Pareil : les élèves bouclés ou frisés, sont contraints à se lisser les cheveux. Parce que les permanentes, c'est jugé pas convenable. Des règlements scolaires obligent les garçons à avoir une coupe de cheveux ultra courte, style "militaire" : c'est mieux pour le look de l'équipe de base-ball de l'école. Quant aux filles, les règles les plus fréquentes sont : pas trop long pour les cheveux (au-dessus des épaules), et pas trop court pour les jupes (sous les genoux). Interdit de se maquiller. Même l'usage du gel coiffant n'est pas autorisé. Parfois on atteint l’absurde : des règlements scolaires vont jusqu'à fixer la couleur des sous-vêtements des élèves ! C'est blanc, et rien d'autre. Avec la possibilité donnée aux enseignants de vérifier.

Qu’est-ce que ça nous dit du Japon ?

Cela montre bien son obsession pour le conformisme. Il faut se fondre dans la masse. Ici, la normalité est considérée comme le gage de l'homogénéité de la société, d'un "vivre ensemble" harmonieux. Donc toute différence ostensible est mal vue. Même quand elle est visible sans que ce soit délibéré – comme dans le cas de cette lycéenne naturellement châtain.

Merci Bernard Delattre, depuis Tokyo. En bref, New-Delhi dégaine ce qui est présenté comme une arme décisive dans sa lutte contre la pollution : le canon à eau !

Un canon anti-brouillards toxiques, initialement conçu pour lutter contre la poussière des sites miniers de construction. Il projette l’eau en gouttelettes à très grande vitesse, jusqu’à 100 litres par minute. Son fabricant affirme que cela élimine la plupart des polluants atmosphériques qui sont dans l’air. Le canon est en test, si c’est concluant le ministre de l’environnement de Delhi est décidé à en mettre dans les rues de la mégapole. 26 000 euros pièce, tout de même. Les écologistes regrettent que personne ne s’attaque aux sources de la pollution.

La Suède s’apprête à modifier, aujourd’hui, sa loi sur le viol.

Une réforme qualifiée d’historique par le Premier ministre. Jusqu’ici, la victime d’un viol devait prouver qu'elle avait été contrainte au rapport sexuel, par la force ou par la menace. À partir du premier juillet prochain, il suffira que la victime n'ait pas exprimé son consentement de façon explicitece qui facilitera ses démarches judiciaires et accordera une plus grande légitimité à son témoignage.