La Colombie envoie au Venezuela 50 tonnes de… jambon

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

Pour aider son voisin, en proie à de graves pénuries, la Colombie a envoyé une importante cargaison de jambon pour les fêtes. 

Et c’est le retour du "journal du monde", version 2018. Une fenêtre sur "la vie des autres", que nous ouvre Sophie Larmoyer bonsoir ! Et ce soir, vous avez plusieurs petites histoires du monde à nous raconter toutes liées au 1er janvier.

Oui car partout dans le monde finalement, le 1er janvier est l’occasion de l’entrée en vigueur de nouvelles lois, de pages qui se tournent. On va donc en évoquer plusieurs ce soir, en commençant par la page Weinstein. Ou plutôt ce que l’affaire du producteur hollywoodien accusé d’agressions sexuelles a déclenché. Après l’énorme déballage sur les réseaux sociaux, derrière le hashtag "me too", un nouveau projet vient de voir le jour aux Etats-Unis. Il s’appelle "Time’s up" ce qu’on peut traduire par "c’est fini" !

"Finies" les agressions sexuelles, on imagine. Mais une fois qu’on a dit ça, en quoi consiste ce projet !?

Finis le silence, l’attente, la tolérance de la discrimination, le harcèlement ou les abus sexuels. C’est ce que disent 300 femmes fondatrices de "Time’s up" dans une lettre qu’elles publient hier sur le site du même nom. Ces femmes travaillent essentiellement dans le cinéma, la télé ou le théâtre. Ce sont par exemple Cate Blanchett et Meryl Streep, la présidente de Universal Pictures Donna Langley, ou encore l'écrivaine féministe Gloria Steinem. Mais c’est à toutes les femmes qu’elles s’adressent, et en particulier celles qui sont victimes d’abus dans des milieux moins glamour qu’Hollywood. Par exemple l’employée agricole ou la serveuse, qui bien souvent n’ont pas les moyens de se défendre. Time’s up récolte de l’argent pour aider ces femmes à aller en justice. Un fond a été créé, qui a déjà amassé plus de 13 millions de dollars.

Voilà pour cette nouvelle première page qui s’écrira en 2018. Dans la même veine, l’Islande démarre sur un nouveau pied également.

Oui un pied d’égalité ! Une loi est entrée en vigueur hier, dans ce pays souvent précurseur en matière d’égalité hommes-femmes. Cette fois l’Islande est le 1er pays au monde à formaliser l’égalité salariale. Depuis plusieurs décennies évidemment, la législation disait déjà qu’il fallait tendre vers ce rééquilibrage. Mais ça ne marchait pas toujours, désormais toute entreprise de plus de 25 salarié doit prouver qu’il paye équitablement ses salariés femmes et hommes. Et celles qui n’arrivent pas à obtenir le fameux certificat officiel devront payer une amende. L’Islande vise l’équilibre pour 2020. C’est-à-dire quasi après-demain.

Et puis dans un tout autre genre : la Californie est devenue hier le plus gros marché mondial de cannabis !

Nouvelle loi là encore entrée en vigueur au 1er janvier, l’usage du cannabis récréatif, comme on dit, est désormais autorisé aux personnes de 21 ans et plus. Quelques conditions tout de même : pas plus de 28,3 grammes par personne, ou six plants maximum. On ne peut pas consommer en public, ni au volant, ni à moins de 300 mètres d'une école ou d'un établissement pour enfants. La Californie était déjà pionnière de la marijuana médicale depuis 1996. Mais cette fois l’herbe devient un produit qui va beaucoup rapporter à l’état le plus peuplé des Etats-Unis : il est taxé à hauteur de 17 à 25% du produit de la vente. La Californie devient le 8e état américain à avoir légalisé le cannabis récréatif. Le 8e et donc le plus gros !

Autre changement, entré en vigueur également hier mais en Allemagne, où l’on retrouve Hélène Kohl, bonsoir Hélène ! Pour en finir avec les commentaires haineux sur internet, une nouvelle loi fait courir de gros risques à Facebook, Twitter et compagnie, s'ils laissent faire leurs utilisateurs !

Oui et surtout, et c’est là que l’Allemagne est pionnière : des amendes extrêmement dissuasives, jusqu'à 50 millions d'euros !!!!

Du coup, les réseaux sociaux prennent la chose très au sérieux, et il n'a pas fallu attendre longtemps pour voir ici les premiers messages effacés du web. Dès la nuit du Nouvel An ! Par exemple, le tweet d'une élue du parti d'extrême droite AfD qui présentait les musulmans comme des hordes de barbares violeurs. Message raciste il tombait, sans aucun doute, sous le coup de la loi, qui cible tous les contenus appelant à la haine raciale mais aussi les insultes et les menaces.

Mais comment ça fonctionne, concrètement ?

… dès qu'un message douteux est signalé, Facebook et les autres ont 24h pour contrôler si le contenu est bel et bien illégal, et pour le supprimer le cas échéant. S'ils ne le font pas, les amendes seront automatiques ! Le ministère de la justice a mis en ligne lundi un formulaire qui permet immédiatement de déclencher une plainte contre Facebook, Instagram ou Twitter, avec envoi d'une amende !

Alors ça fait polémique… Certains dénoncent une atteinte à la liberté d'expression !?

Evidemment ! Après ce premier tweet supprimé, l'extrême droite parle de censure ! Mais globalement quand même, la loi est saluée. Même les réseaux sociaux, au début très critiques, jouent le jeu. Facebook avait ouvert, il y a deux ans déjà, son premier centre de contrôle des contenus. Au total, pour superviser ses pages en allemand, le réseau a embauché plus d'un millier de salariés à temps plein. En moyenne ces bureaux suppriment ainsi 100 000 messages par mois ! Facebook s'est aussi associé à un collectif de journalistes, qui s'occupe de débusquer les fausses informations, et de contrer les rumeurs qui circulent.

Toujours dans l'idée d'en finir avec la malveillance et les délires autour des fake news, plusieurs médias ici ne permettent plus aux internautes de laisser des commentaires en ligne. Si les lecteurs veulent réagir, ils peuvent toujours envoyer un courrier, mais plus question de déverser des pseudo analyses, ou des insultes, sous couvert d'anonymat. Et comme quoi une "bonne grosse amende" peut se révéler dissuasive et donner des résultats ! Merci Hélène Kohl, vous étiez en direct de Berlin.

En bref, avant de refermer ce journal du monde. Un Youtubeur américain crée l'indignation en filmant un cadavre.

Je précise tout de suite que la vidéo dont on parle a été supprimée. Mais effectivement, Logan Paul, suivi par plus de 15 millions de personnes, a filmé au Japon un homme pendu à un arbre. Il se promenait, en connaissance de cause, dans une forêt appelée "la forêt du suicide" car chaque année, des centaines de personnes viennent y mettre fin à leur jour. Et donc, le blogueur de 22 ans a découvert ce corps sans vie l’a filmé et diffusé en annonçant fièrement "une première sur Youtube" ! Résultat : plus de 6 millions de vues en 24h pour la vidéo mais très vite aussi, un tollé : les internautes ont dénoncé le comportement choquant de la star d'Internet. Logan Paul a expliqué vouloir "éveiller les consciences sur le suicide" et faire de la prévention… avant de reconnaitre un dérapage, tout de même !

Sur la péninsule néo-zélandaise de Coromandel, des vacanciers ont fait preuve d’imagination pour ce réveillon.

Oui car dans cette région, au moment des fêtes, figurez-vous qu’il est interdit de boire dans les lieux publics ! Alors quelques fêtards contrariés ont profité de la marée basse, juste avant le réveillon, pour construire une minuscule île au beau milieu de la rivière ! Quelques mètres carrés, juste de quoi  poser une table de pique-nique et des glacières bien remplies. Une fois l'eau remontée, la petite troupe a expliqué se trouver dans des eaux internationales et a donc bel et bien trinqué ! Les autorités ont jugé cette manœuvre "créative". "Si j'avais été mis au courant, je les aurais même probablement rejoints" a confié le chef de la police locale.

Et puis la Colombie a envoyé 50 tonnes de jambon au Venezuela.

Une sorte de cadeau de Noël. Vous savez que les pénuries sont terribles, tout maque au Venezuela y compris le jambon à l’os, très prisé pendant les fêtes. Les habitants espéraient en trouver à des prix subventionnées. Le président Maduro l’avait promis ! Et évidemment le successeur de Chavez a mis ce loupé sur le compte d'un boycott international orchestré par Washington et à un "sabotage" du Portugal, d'où cette viande est importée.