Jagmeet Singh, nouvelle personnalité dans le paysage politique canadien

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde dans votre radio est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

Jagmeet Singh, nouveau chef du NPD, est devenu la première personne de couleur à diriger l'un des partis de la scène politique fédérale canadienne.

La première histoire de journal du monde, c’est l’émergence d’une personnalité nouvelle dans le paysage politique canadien, qui vient de prendre les rennes de l’un des quatre principaux partis canadiens au niveau fédéral.

Le nouveau chef du NPD, le Nouveau Parti Démocratique, ne passe pas inaperçu. D’abord par son allure. Jagmeet Singh est d’origine indienne, ses parents sont venus du Punjab. Il est sikh et porte donc un turban, souvent très coloré. Dimanche, jour de sa victoire, il était rose fuchsia. Il est toujours très chic, souvent en costume trois pièces, et on aperçoit une lanière en cuir qui lui barre le torse. C’est l’étui de son kirpan, une sorte de poignard de cérémonial, porté par les sikhs pour rappeler le besoin de lutter contre l'oppression et l'injustice. Singh parle français, anglais et punjabi. Il devient la première personne de couleur à diriger l’un des partis de la scène politique fédérale. Le NPD est un parti de gauche, la troisièmre force politique après les Libéraux de Justin Trudeau (au pouvoir) et les Conservateurs.

Personne ne le connaissait jusqu’à il y a peu…

Non personne. C’est un avocat criminaliste au départ. Le nouveau chef néo-démocrate est député de la province de l’Ontario, mais il n’est pas élu au Parlement fédéral. Pourtant il a été choisi franchement, à près de 54% des voix, dès le premier tour. Pendant sa campagne, en interne, il a fait adhérer des milliers de nouveaux militants. Une bouffée d’oxygène pour ce parti qui s’était écroulé aux dernières législatives il y a deux ans, laissant un boulevard à Justin Trudeau. Et maintenant, il a deux ans jusqu’aux prochaines élections, pour se faire connaitre de l’ensemble des Canadiens puisqu’il est bien là, son objectif affiché : devenir Premier ministre.

En tous cas il y a du renouvellement dans l’air, dans la classe politique canadienne…

Et du rajeunissement ! Jagmeet Singh a 38 ans seulement ! Au printemps, les Conservateurs s’étaient eux aussi choisi un nouveau chef de 38 ans, Andrew Scheer. Finalement, le Premier ministre en fonction, Justin Trudeau, est le plus vieux, avec ses 46 ans.

Deuxième destination, on part en Thaïlande. C'est l'histoire d'une soirée arrosée qui tourne mal et d'un crime resté impuni. Au cœur de cette affaire : l’héritier de la Famille Red Bull, la boisson énergisante (oui c’est un produit thaïlandais à l'origine). C’est l’une des familles les plus riches du pays… À Bangkok, on retrouve Carol Isoux pour nous raconter cette histoire. Qu’est ce qui s’est passé à l’issue de cette soirée alcoolisée ?

Ce matin-là, Boss -c’est le surnom de ce jeune homme- est au volant de sa Ferrari, bien éméché, et il percute un policier à moto. Est-ce qu’il panique ou est-ce qu’il ne s’en rend même pas compte, en tous cas, il le traîne sur 200 mètres avant de rentrer chez lui. Il ne se rend pas immédiatement à la police, non, il envoie le jardinier de la famille s’accuser du crime à sa place ! La brillante opération échoue, tous les indices remontent à lui, et il est finalement libéré sous caution en attente de son procès.

Sauf que ce procès n’arrive jamais...

Non, les faits se sont produits il y a cinq ans déjà, et depuis, Boss a systématiquement évité les entretiens chez le procureur. Il est "souffrant"’, il est "en déplacement professionnel". En fait, un simple coup d’œil à sa page Facebook montre qu’il mène la grande vie entre Londres, Bangkok et Singapour, entre voitures de luxe et soirées branchées. Personne ne veut prendre la responsabilité de l’arrêter. Et donc, depuis quelques jours, il ne peut même plus être poursuivi pour conduite en état d’ivresse, ni pour s’être enfui de la scène, il y a prescription sur ces délits. En revanche, la justice a encore dix ans pour le juger pour l’homicide involontaire.

Ce qui intéressant dans cette histoire, c’est qu’elle est symptomatique d’un fléau en Thaïlande : la justice à deux vitesses.

Oui, d’ailleurs si cette histoire fait la une, c’est parce que la victime était policier dans l’un des commissariats les plus puissants de Bangkok. Sinon, on n’en aurait même pas entendu parler. Les affaires d’accidents de voiture impliquant des fils et filles de bonne famille qui ne reçoivent aucune sanction sont légion. Et c’est quelque chose de très douloureux pour les Thaïlandais. Lorsqu’ils disent que leur pays n’est pas démocratique, c’est à ce genre de choses qu’ils font référence, avant tout.

Deux infos en bref pour boucler ce journal du monde et d’abord, on n’en finit pas de découvrir les conséquences du Tsunami de 2011…

Les scientifiques évoquent "la plus longue migration maritime jamais enregistrée". En s’arrimant aux tonnes de débris partis à l’eau au moment du tsunami, environ un million de créatures auraient fait la traversée du Pacifique (plus de 7.700 kilomètres tout de même) pour se retrouver sur les côtes ouest américaines. Poissons, mollusques, anémones de mer, crabes... Quelque 300 espèces ont été transportées malgré elles. Selon la revue Science, les eaux américaines se retrouvent avec un bon échantillon de la faune japonaise.

Et puis une histoire de foot ! Ça se passe au Brésil…

Connaissez-vous l’Ibis Sport Club ? C’est une équipe du petit championnat de l’État du Pernambuco, dans le Nordeste. Et sa fierté, c’est d’être "la pire équipe du monde". Elle se vante même d’être entrée dans le Guinness Book quand, dans les années 80, elle n’a remporté aucun match pendant trois ans et onze mois. Un record, donc ! Mais voilà, l’Ibis Sport Club venait de gagner trois matches de suite ! Les supporters s’en sont plaints sur les réseaux sociaux, menaçant même de brûler leurs maillots. Et ouf, ce week-end, match nul. Les fans avaient demandé la tête de la direction en cas de nouveau succès.