En Chine, le gouvernement veut marier les célibataires

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde dans votre radio est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

Conséquence de la politique de l'enfant unique, plus de 15 millions d'hommes sont toujours célibataires en Chine. Pour remédier au "problème du mariage", le gouvernement joue les entremetteurs et les Ligues de jeunes communistes organisent des grands rassemblements de célibataires. Mieux que n'importe quel site de rencontre ou agence matrimoniale. 

Direction la Chine et ses marieuses. Là-bas, les hommes célibataires sont légion. C'est la conséquence de la politique de l'enfant unique. 

Exactement, cette politique de limitation des naissances, qui était en place depuis 1979, sous Deng Xiaoping. Il fallait éviter l’explosion des populations rurales qui risquaient d’envahir les villes côtières de l’Est de la Chine et de menacer le développement économique du pays. Et dans le même temps, les Chinois considéraient qu’il valait mieux avoir un garçon qu’une fille. Surtout à la campagne, pour la main d’œuvre. Et puis, je simplifie évidemment, mais une fille il fallait la caser alors qu’un garçon allait prendre soin de ses vieux parents. Et donc, pendant des décennies en Chine, il y a eu des pratiques terribles : des stérilisations forcées ou encore des avortements sélectifs. Il existait même des échographes ambulants qui passaient dans les villages, pour voir si les grossesses annonçaient un garçon ou une fille, et donc si elles étaient menées à terme.

Résultat : ce déficit de femmes, aujourd’hui en Chine !

D’après les estimations officielles, en 2020 ces messieurs seront 15 millions (entre 35 et 59 ans) toujours sur le carreau, célibataires. Et la Chine estime que c’est source d’instabilité. Donc, le parti unique au pouvoir a décidé de s’attaquer au "problème du mariage". Et depuis l’an dernier il joue les entremetteurs, mais alors à très grande échelle évidemment ! Ce sont souvent les Ligues de jeunes communistes qui se chargent d’organiser des rassemblements. Mieux que n’importe quelle agence patrimoniale ou site de rencontre : le Parti communiste peut atteindre facilement ses dizaines de millions de membres et avec l’assurance, pour ces messieurs, de ne pas dépenser d’argent inutilement.

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’il FAUT se marier...

Oui, il y a une pression de la société, des familles, sur les jeunes Chinois, et paradoxalement sur les femmes en particulier. Se trouver un mari et avoir un ou deux enfants (puisque depuis 2 ans en Chine, on a le droit d’avoir un deuxième enfant), ça n’est pas une option ! Et là encore, l’État s’en mêle : depuis dix ans, les femmes qui privilégient leurs études sur le mariage sont stigmatisées. Un nouveau terme a été créé pour les désigner : ce sont les sheng nu, ce qui signifie les "laissées pour compte", quasi "périmées". Et selon la Fédération des femmes, qui est un organe officiel bien-sûr, on commence à être Sheng nu à 27 ans ! Après, on a un "problème d’âge".

L'obsolescence programmée commence donc tôt en Chine ! Direction maintenant la Grande-Bretagne avec les tribulations sentimentales du nouveau patron du parti d'extrême-droite UKIP. Souvenez-vous, c'est ce parti anti-immigration et anti-européen qui a milité des années pour la sortie de la Grande-Bretagne de l’union européenne. Et bien à l’image du Brexit, qui bat de l’aile, le parti subit crise après crise depuis le référendum. UKIP prend l’eau et son énième leader, désigné en septembre, est aujourd’hui sur la sellette à cause de sa petite copine, en gros ! Bonsoir Anaïs Cordoba.

Oui c’est ça, Henry Bolton, qui a 54 ans, risque son poste à cause de sa nouvelle compagne. Jo Marney a 25 ans, elle se décrit comme "mannequin, actrice, journaliste musicale et brexiteer convaincue. Et c’est elle qui a mis le feu aux poudres, avec des messages racistes, révélés ces jours-ci par la presse, qui visent Mehgan Markle, la fiancée du Prince Harry. Ils vont se marier en mai prochain. Meghan Markle "va souiller notre famille royale avec sa semence", écrit carrément Jo Marney, qui ajoute "il y aura ensuite un premier ministre musulman, un roi Noir. C’est le royaume uni, pas l’Afrique ". Vous l’imaginez, ces messages ne passent pas du tout. 

Et dans un parti qui est en perte totale de popularité et qui cherche à se réinventer, ces propos ont fait l’effet d’une bombe, Anaïs ?

Oui, Jo Marney a été immédiatement suspendue du parti. Déjà, sa liaison avec le leader de UKIP, était sous le coup d’une enquête du parti: pour ses beaux yeux Henry Bolton a délaissée son épouse et ses deux enfants pendant les fêtes de Noël. Ça avait fait la une des tabloïds quelques semaines plus tôt. Les autres dirigeants du parti se sont donc saisis du scandale de ces messages racistes pour réclamer la démission d’Henry Bolton. La polémique a enflé tout le weekend, mais pour l’instant, le leader résiste. Et visiblement il tient à son poste plus qu’à son nouvel amour puisqu’il a annoncé ce matin, à la télé anglaise, qu’il quittait sa jeune compagne, jugeant ses propos "indéfendables".