Des chiens errants sèment la panique au Tibet

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde dans votre radio est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

Des milliers de mastiffs tibétains pullulent dans les régions du Tibet. Ils s'en prennent parfois au bétail et même aux habitants.

On démarre ce journal du monde en Chine, où des milliers de chiens errants posent de sérieux problèmes au Tibet. Et ce ne sont pas n’importe quels chiens !

Ce sont des mastiffs tibétains, on les appelle aussi "dogues tibétains". Vous en avez sûrement déjà vus, au moins en photo. Ce sont de gros chiens, qui pèsent jusqu’à 80-90 kilos. Ils sont noirs ou roux et ont une fourrure incroyable, on dit parfois que ce sont les chiens-lions. Ces mastiffs tibétains pullulent dans les régions du Tibet et, juste à côté, dans la province du Qinghai. Parfois les autorités ou les monastères réussissent à ouvrir des refuges mais qui sont tout de suite submergés par des milliers de chiens. Une ONG a estimé par exemple que dans une seule petite préfecture du Qinghai, il y avait 14.000 chiens errants. Parfois ils s’en prennent au bétail pour manger et parfois même aux habitants. Dans certains villages, les vieux sortent avec des bâtons et les enfants n’osent plus sortir seuls.

Pourquoi cette prolifération de cette race-là en particulier ? Il y a une raison ?

Bien-sûr. Au début des années 2000, le mastiff tibétain est devenu LE chien à la mode dans des proportions que vous n’imaginez pas ! C’était un marqueur social, un signe extérieur de richesse. En 2014 par exemple, un promoteur immobilier en a acheté deux pour 2,3 millions d'euros ! Quelques années avant, une femme, qui n’avait acheté son mastiff "que" 500.000 euros, a organisé une parade de trois véhicules pour aller l’accueillir à l’aéroport. Un marché était né. Et évidemment, des milliers de Chinois de ces deux régions plutôt pauvres se sont improvisés éleveurs. Puis la mode est retombée comme un soufflé ces dernières années et les chiens ont été abandonnés à leur sort.

Quelles sont les solutions ? Que deviennent-ils ?

Certains sont victimes d’élevages sauvages qui les gardent pour la viande et leur fourrure avec des récits d’une cruauté dont je vous passerai les détails. Et puis essentiellement, dans ces régions bouddhistes où l’euthanasie n’est pas une option, les autorités et les monastères essayent d’ouvrir des refuges. Ils font appel aux dons pour nourrir ces milliers de chiens, ce qui semble bien dérisoire face à l’ampleur du problème.

Deuxième histoire du monde, ce soir. Ça se passe en Egypte où on ne rigole pas avec les drapeaux. Ça peut même vous coûter la prison ! Des jeunes viennent d’en faire l’amère expérience. Ils avaient brandi le drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBT. Au Caire on retrouve Ariane Lavrilleux. Six de ces jeunes ont été arrêté par la police égyptienne.

Oui. Ils sont accusés "d’attentat à la pudeur" et d’"inciter la jeunesse à faire des actes immoraux" pour avoir simplement brandi ces étendards multicolores. Ça ne s’est pas passé dans la rue mais lors d’un concert géant ce week-end. 30.000 personnes étaient venues voir au Caire un groupe libanais assez connu qui s’appelle Meshrou3 Leila dont les textes parlent d’amour entre hommes. Et au milieu du public, on a vu sortir quelques drapeaux LGBT. Il y a eu des photos qui ont énormément circulé sur les réseaux sociaux. La télé égyptienne s’en est emparée et ça a déclenché un énorme scandale. Un animateur télé a dit que l’Egypte risquait de tomber dans le chaos si on autorisait ce genre de symboles en plein-air.

Mais l’homosexualité est interdite en Egypte ?

Non pas du tout ! Le délit n’existe pas ! Mais la société est conservatrice et les autorités instrumentalisent souvent la loi sur la moralité publique pour condamner des hommes. L’année dernière, plusieurs peines de prisons ont été prononcées pour cette raison. En fait, ce qui gêne, ce n’est pas que les homosexuels existent mais qu’ils soient visibles et utilisent des symboles transnationaux. Ça ne colle pas du tout à la politique du moment où les autorités essayent d’imposer à la jeunesse des symboles patriotiques comme le drapeau égyptien.

Celui-là, contrairement au drapeau arc-en-ciel, on peut le brandir, c’est même conseillé j’imagine !

Ah oui et à l’inverse, ne pas le respecter vous mènerait tout droit en prison. C’est ce que prévoit une nouvelle loi. La rentrée universitaire va commencer et cette année, les étudiants devront saluer le drapeau égyptien. Si jamais certains s’y refusent, ils risquent 1.200 euros d’amende et un an de prison ferme !

Deux infos en bref pour boucler ce journal du monde avec une grande première dans le corps de Marines américains !

88 Marines viennent d’accéder au grade d’officier, qui leur permettra de commander un peloton d’une quarantaine d’hommes au combat. Et dans la nouvelle promotion, une femme ! La toute première, donc, à achever avec succès les 13 semaines d’entrainement très physique imposé aux postulants (qui étaient 131 ce coup-ci). Ce passage obligé n’est ouvert aux femmes que depuis avril 2016. Les dernières discriminations liées au sexe avaient été levées à ce moment-là par l’administration Obama.

Une nouvelle œuvre d’art très utile en Islande, sur le sol dans la rue…

Une œuvre de street-art qui croise les préoccupations de la sécurité routière. Il s’agit d’un passage piéton entièrement peint en trois dimensions ! Illusion d’optique bien-sûr, mais c’est très réussi ! La peinture donne l’impression que les traits blancs du passage piéton font 30 centimètres d’épaisseur et flottent au-dessus du sol (on voit leurs ombres). Ça se passe dans la ville d’Ísafjörður qui a piqué l’idée à une ville indienne, qui elle-même l’avait piquée aux Chinois