Bulgarie : la station de ski la moins chère du monde devient une menace écologique

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde dans votre radio est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

Victime de son succès, la station de ski de Bansko, en Bulgarie, a besoin de s'agrandir. Un agrandissement qui menace le parc national du Pirin, inscrit au patrimoine de l'Unesco.

On va d’abord en Bulgarie où se trouve la station de ski la moins chère d’Europe, Bansko, à deux heures de Sofia. La station est d’ailleurs victime de son succès. Le problème c’est que pour s’agrandir, il faudrait s’asseoir sur un site protégé. Et ça, ça fait polémique…

Voilà. Bansko, il y a 15 ans, c’était une petite station confidentielle de la chaîne du Pirin, dans le sud-ouest de la Bulgarie. Et puis un opérateur privé a investi et cette petite localité de moins de 10.000 habitants est devenue une des étapes possibles de la Coupe du monde de ski alpin. 28 euros la journée pour profiter des 75 kilomètres de pistes, des prix défiant toute concurrence sur place. Résultat : quelque 150.000 skieurs viennent chaque année à Bansko, beaucoup de Britanniques et de Russes. Mais comme la télécabine ne peut remonter que 2.200 personnes par heure, la station est aussi réputée pour les plus de deux heures de queue qu’il faut faire pour y monter. D’où ce projet de deuxième télécabine, d’une capacité de 3.000 skieurs par heure.

Et c’est là que le bât blesse…

Oui parce que cette remontée mécanique devrait passer dans le parc national du Pirin, qui est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco et qui est, parait-il, un bijou de biodiversité. Un refuge pour 229 espèces d’animaux, on y trouve l’un des plus vieux arbres du monde : le pin blanc de Baikushev, 1.300 ans. Alors on se dit qu’une télécabine, prévue pour faire 6 kilomètres, ne devrait faire qu’une toute petite trouée. Normalement oui, mais bizarrement, le feu vert donné fin décembre par le gouvernement rend constructible 48% de la surface du parc national, qui fait quand même 274 kilomètres carrés. Donc des associations comme le WWF sont vent debout. Début janvier des manifs ont eu lieu dans 11 villes du pays et la Fondation Leonardo Di Caprio a même demandé au Premier ministre de revenir sur la décision.

Ceux qui sont opposés au projet craignent un saccage environnemental, c’est ça ?

Exactement, beaucoup craignent que cette télécabine soit prétexte à une vaste déforestation, puis à des constructions sauvages. Bansko est déjà défigurée par des constructions démarrées et jamais terminées. A cause de la crise, oui, mais surtout à cause de la corruption endémique dans le pays. La Commission européenne, régulièrement, regrette que "rien ne change" en Bulgarie. Une loi anti-corruption a bien été passée à l’arrache le 20 décembre, juste avant que le pays ne prenne la présidence tournante de l’Union européenne, mais personne n’y croit : moins de 15% des Bulgares ont confiance dans les institutions.

Isabelle Ory, vous êtes notre correspondante à Bruxelles. Après le ski, le football. Alors la polémique vient du chanteur choisi par la Fédération belge de foot pour écrire l’hymne officiel qui accompagnera les Diables Rouges à la Coupe du Monde. Il s’agit d’un rappeur…

Oui Damso, un Bruxellois d’origine congolaise. Une étoile montante du rap francophone. Ses chansons sont des tubes en Belgique et France, il était d’ailleurs nommé aux victoires de la musique cette année. Les ados l’adorent, et les joueurs de l’équipe belge aussi. C’est la star Eden Hazard qui a annoncé ce choix il y a quelques mois. Le problème, c’est que les associations de femmes, elles, dénoncent son sexisme ! Le conseil des femmes francophones de Belgique vient d’écrire à tous les sponsors des diables, dont les patrons français de Carrefour et EDF, pour leur demander d’intervenir. Elles critiquent des "paroles de chanson crues et injurieuses, qui expriment haine, sévices et violences envers les femmes à un degré stupéfiant".

Alors, sexiste ou pas ?

Eh bien je confirme que c’est très souvent à la limite du porno. "Dans sa te-chat j’ai nagé le crawl",  je ne vais pas expliciter. Et c’est loin d’être la phrase la pire… Bien souvent, les femmes sont réduites à des objets sexuels.

Et la fédération est sensible à ces arguments ?

Pas pour l’instant. Hier soir, elle a confirmé son choix. Elle met en avant que Damso est "le fier papa d’une petite fille", que c’est un exemple d’intégration. Elle affirme aussi que sa chanson, qu’elle est pour l’instant la seule à avoir entendue, charmera par son coté rassembleur. Le chanteur, de son coté, répond que ses critiques ne comprennent rien aux codes du rap. Mais les sponsors pourraient trancher le débat, par souci pour leur image. On vient ce soir d’apprendre que la patronne d’une des entreprises partenaires ne voulait plus du rappeur.

En bref, quelques infos tendance "8 mars" ! La première concerne une Belge justement.

Catherine de Bolle, qui est à la tête de la police fédérale belge, vient d’être nommée "premier flic d’Europe". Première fliquette d’Europe ? Je ne sais pas comment on va dire car c’est la première fois qu’une femme accède à ce poste : patronne d’Europol, l'agence européenne spécialisée dans la lutte contre la criminalité.

Et le hashtag MeToo pas du tout apprécié à la Douma, le Parlement russe…

Cette semaine, une journaliste de la BBC est devenue la troisième à accuser le chef du Comité des affaires étrangères de la Douma de harcèlement sexuel. Que pensez-vous que fit le président du Parlement ? Il a conseillé aux journalistes qui se sentent en danger à la Douma de changer de job !