Avec le réchauffement climatique, des ours devenus végétariens

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Hondelatte raconte
Partagez sur :

Les ours bruns de Kodiak en Alaska mangent désormais des baies de sureau plus tôt dans l'année.

Le "journal du monde", c’est aussi l’occasion d’observer l’état de notre planète et vous avez repéré une étude scientifique qui nous dit que les ours bruns, en Alaska, sont en train de devenir végétariens !

Oui, ce sont les ours de Kodiak qui ont été étudiés. C’est la plus grande île de l’Alaska, le long de sa côte sud. Il y a là une réserve naturelle, où vit le fameux "ours Kodiak", connu pour être l’un des plus grands carnivores terrestre.

Sauf qu’année après année, il boude de plus en plus le saumon rouge, qui constituait la majeure partie de ses repas. Je vous explique pourquoi. Normalement, l’ours pêche les saumons qui remontent les cours d’eau pour aller se reproduire, et ça jusque fin août. (Il en mange beaucoup : entre 25 et 75% des poissons qui passent). Et puis, fin août, quand il y a moins de saumon, il va sur les collines dans les terres et hop : il s’attaque au baies de sureau, c’est le dessert.

Pourquoi il a changé ses habitudes, l’ours Kodiak ?

Parce que c’est un gourmand, qui a sans doute le palais sucré et que le sureau est mûr de plus en plus tôt dans la saison : parfois dès la mi-juillet, quand le printemps a été très doux. Effet du réchauffement climatique, évidemment. Et dans ce cas, l’ours (qui ne peut pas être partout en même temps) va directement dans les terres pour se gaver de sureau.

Et c’est grave ?

Il ne joue plus son rôle régulateur du flux de saumons. Ils ont une fonction écologique, les ours. Et c’est tout un équilibre qui s’écroule. Ça remet en cause les interactions entre espèces, et oui, c’est très embêtant, disent les scientifiques.

Ils alertaient déjà sur les conséquences dramatiques pour les animaux migrateurs : les caribous par exemple, qui arrivent quelque-part alors que la végétation les a devancés, les pousses sont alors moins nutritives.

Mais là, même pour une espèce sédentaire, le dérèglement des saisons a des effets inquiétants.

L’ours brun qui devient végétarien, rien ne va plus ! Deuxième destination dans ce Journal du monde : vous reprendrez bien deux minutes de vacances ? Je vous emmène en Espagne. Bonsoir Henry de Laguérie ! Sur les plages, chez vous, il y a une guéguerre qui fait rage : le conflit des serviettes et des parasols et c’est très sérieux !

Sur les plages du littoral méditerranéen, tôt le matin – parfois très tôt même, dès 5h !, les vacanciers installent dans le sable, face à la mer, serviettes, parasols, chaises pliantes et glacières.

Ils marquent leur territoire, littéralement. Ensuite, ils rentrent chez eux, vont faire des courses ou la sieste. Ils ne reviennent à la plage que vers 11h ou midi !

Les grands spécialistes sont les retraités. Dès les premiers rayons de soleil, les papys lève tôt réservent une place pour toute la famille. Du coup une bonne partie de la plage devient inaccessible. Et le ton monte parfois très vite entre vacanciers, surtout lorsqu’il fait chaud !

Des tensions qu’on observe aussi dans les complexes hôteliers : dès l’aube, les clients font parfois une heure de queue avant l’ouverture de la piscine, juste pour se réserver un transat. On a vu, notamment aux Iles Canaries, des scènes ahurissantes avec des dizaines de touristes qui se précipitent sur les chaises longues.

Et donc, Henry, les mairies espagnoles ont décidé de mettre fin à cette "guerre des serviettes" !

Oui, par exemple à Benidorm, il est désormais interdit de poser sa serviette avant 8h du matin, sous peine d’amende. Ailleurs, il est impossible de s’installer à moins de 6 mètres de l’eau. Sur une plage près d’Alicante, des agents rappellent à l’ordre ceux qui abandonnent leur serviette pendant plus d’une heure.

Et puis cet été, un groupe hôtelier a embauché des « agents de conciliations »… Des médiateurs, chargés de gérer les conflits au bord de la piscine !

Henry, c’est finalement un exemple de plus des problèmes logistique qui se posent à l’Espagne face à l’afflux massif de touristes…

Oui certaines régions, comme les Iles Baléares ou la Catalogne, sont au bord de la saturation. Au point qu’il y a eu des pénuries d’eau, cet été. Et puis la police a été obligée de bloquer l’accès à certaines plages parce qu’il y avait trop de monde. A Ibiza, j’ai vu des touristes faire la queue pour aller sur le sable !

Parmi les premières mesures sérieuses : Barcelone a gelé l’ouverture de nouveaux hôtels et les Baléares ont limité à 620.000 le nombre de lits d’hôtels. 

Merci Henry, vous nous parliez depuis Barcelone, où certains sont encore en vacances. Deux infos en bref pour boucler ce journal du monde ?

Une info foot, d’abord. Est-ce que vous connaissez Bibiana Steinhaus ? Dimanche après-midi, elle deviendra la première femme à arbitrer un match dans l’un des cinq grands championnats européens, en l’occurrence la Bundesliga, le championnat allemand. Ça fait plus de 10 ans qu’elle officie en seconde division, en foot féminin elle a tout arbitré, mais à ce niveau-là, chez les hommes, cette femme de 38 ans, fonctionnaire de police dans la vraie vie, est une pionnière.

Dans 8 jours commence l’Oktoker fest, à Munich… La célèbre fête de la bière, plus de 7 millions de visiteurs l’an dernier et presque autant de litres de bières : 6 millions 900 mille litres. Et on trinque, et on danse à Munich et on renverse souvent un peu de sa pinte. Alors des petits malins du marketing, chez Adidas, viennent de sortir une chaussure "spéciale Oktoberfest" : conçue pour résister à la bière et au vomi. C’est véridique. Pour rester (presque) chic en toutes circonstances. Il y a même écrit "Prost" dessus "tchin" !