Autriche : des sans-abri font visiter Vienne à leur façon

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde dans votre radio est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

A Vienne, des sans-abri se transforment en guides touristiques et font découvrir aux visiteurs les défis de leur vie quotidienne.

Prenons d'abord la direction de Vienne, avec une expérience assez singulière puisque des sans-abri autrichiens proposent de vous faire visiter la ville impériale, à leur manière.

Oui, les guides sont des sans-abri et ils vous emmènent dans leurs propres repaires, à travers les soupes populaires, les lieux où ils dorment... Ils racontent aux visiteurs tous les défis et les petits trucs de leur vie quotidienne. Par exemple, qu'ils ont accès à une librairie et certains musées grâce à un "pass culture" spécial sans-abri, qui leur permet aussi de se mettre au chaud l'hiver. L'idée de départ, c'est de répondre à une question que beaucoup de gens se posent : "Qu'est-ce que je ressens exactement quand je rencontre une personne sans-abri ?" Après la visite, les gens ont, en majorité, cassé des a priori. Ils ont moins peur du contact avec quelqu'un qui dort dans la rue. La visite dure deux heures et coûte 15 euros.

Alors comment ça a démarré cette initiative ? C'est un groupe de sans-abris qui s'est formé ?

Non, l'idée, vient d'une jeune femme d'une trentaine d'années, Perrine Schober. Elle a monté cette start-up sociale pour venir en aide aux sans-abris, leur trouver un boulot à leur portée. Ils sont rémunérés pour ces visites. Et ça permet aux touristes de vivre une expérience inhabituelle. Mais il n'y a pas que les visites de Vienne. La start-up propose aussi des ateliers cuisine pour forger l'esprit d'équipe dans l'entreprise. Ils viennent préparer à manger pour les sans-abris, dans une soupe populaire. Ça s'appelle "Shade Tours" et la fondatrice espère bien que les touristes étrangers auront envie d'implanter le concept dans leur pays, pour aider à leur tour les sans-abri.

Et est-ce que ça marche ?

A vienne, il y a déjà eu 9.000 visites en deux ans. Pour l'instant, il y a six guides dont trois ont déjà retrouvé un logement grâce à ce nouveau boulot. Sur 1.200 sans-abri recensés à Vienne, c'est un début.

Deux infos en bref. Les Vénézuéliens ont perdu 11 kilos en moyenne l’an dernier à cause des pénuries alimentaires !

Oui, c'est une étude qui vient d'être publiée : plus de 60% des Vénézuéliens interrogés ont déclaré s’être réveillés en ayant faim au cours des trois derniers mois. Près d’un quart d’entre eux mangent au mieux deux repas par jour. La situation s’aggrave puisque l'an dernier, la même étude montrait que la population avait perdu en moyenne 8 kilos. C'est naturellement une conséquence de la grave crise économique et politique que traverse le pays.

En Allemagne, encore un peu de suspense sur l'interdiction des vieux diesel en centre-ville.

La justice devait trancher cet après-midi. Finalement, les juges ont besoin de "débattre en profondeur" de cette question cruciale. Ils ont remis leur décision à mardi prochain. La décision tant attendue concerne les véhicules diesel d'avant 2015, avec une interdiction les jours de pic de pollution. C'est un très gros enjeu pour la puissante industrie automobile allemande. A Paris, ces véhicules pourraient être interdits de circuler d'ici deux ans.