Au Mexique, les morgues doivent fermées car elles sont surpeuplées

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Europe Soir
Partagez sur :

Le Mexique est gangrené par les violences des cartels de la drogue. Et l'insécurité est telle dans le pays que dans certaines régions, les morgues sont complètement débordées.

Les morgues mexicaines sont surpeuplées

8 à 10 victimes par jour. Le Mexique est gangrené par la violence des cartels de la drogue, au point qu’à certains endroits, on ferme des morgues surpeuplées ! C’est le cas dans l’Etat de Guerrero, au sud du Mexique. Le quotidien mexicain Reforma a fait les comptes, sur place : la violence est telle que les morgues de la région reçoivent entre 8 et 10 victimes par jours. Et elles sont complètement débordées. Un exemple : dans celles de Chilpancingo (Tchilpane – sinngo), la capitale de l’Etat, il y a au moins 600 corps stockés dans des espaces prévus pour 200. Résultats : ils ne sont pas tous "au frais" et c’est la puanteur des lieux qui fait fuir le personnel, ça devient impossible d’y travailler. Il n'y a plus assez de médecins légistes, non plus, pour assurer les autopsies.

La culture du pavot. Tous ces morts proviennent des règlements de compte liés au trafic de drogue. Car cet Etat de Guerrero marche sur deux jambes : le tourisme, avec les complexes balnéaires du Pacifique comme Acapulco et l’agriculture. Et surtout, la culture du pavot dont est tiré l’opium qui devient de l’héroïne. La partie montagneuse de l’arrière-pays est parmi les plus pauvres du pays et donc les habitants, qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, travaillent avec les cartels qui, eux, payent. Et dans un coin de l’Etat où pousse beaucoup de pavot, l’insécurité est devenue telle qu’une centaine d’écoles ont dû fermer. Et les bus ne circulent plus sur certaines lignes après qu’une dizaine de chauffeurs a été assassiné. Car c’est souvent comme ça, par les transports publics, que la drogue est véhiculée hors de la région.

Un problème national. Guerrero a la palme, mais la situation est nationale. L’insécurité a augmenté dans une ampleur inédite : juste pour les six premiers mois de l’année, quelque 12.000 assassinats ont été comptabilisés. C’est plus de 30% par rapport à 2016. Ajoutez-y les enlèvements, les extorsions : 2017 va être une année record depuis que les statistiques existent, depuis 20 ans ! C’est l’échec de la politique de sécurité du président Peña Nieto, qui a arrêté des chefs mais pas démantelé les clans d’où une guerre qui a redoublé, entre eux sur le terrain, pour prendre le pouvoir sur les territoires. Dans l’Etat de Guerrero par exemple, le procureur général estime qu’il y a au moins 50 groupes criminels qui opèrent.

Au Pays-Bas, le père fouettard est devenu une affaire d'Etat

Le père fouettard est noir. En Hollande, on fête la Saint Nicolas. Le 6 décembre, Saint-Nicolas apporte des cadeaux aux enfants sages. Traditionnellement, il vient avec son acolyte, le père Fouettard. Ce père Fouettard est devenu une affaire d’Etat. Dans le nord et l’est de la France où on fête la Saint-Nicolas, le père Fouettard est habillé en noir et il a un fouet pour les enfants pas sages. Mais aux Pays-Bas, il porte un habit bariolé, des grandes boucles d’oreilles. Et surtout l’acteur qui l’incarne, a toujours le visage peint en noir et les cheveux crépus. Les Néerlandais l’appellent d’ailleurs Zwarte piet, Pierre le noir, il est bête et méchant. Et cela ne passe plus dans la communauté noire aux Pays-Bas. Elle dénonce un stéréotype raciste d’un autre temps.

Des manifestations. Ce père fouettard hollandais est noir car il est censé être le serviteur esclave de Saint-Nicolas. Saint Nicolas, un évêque turc mort au 4e siècle. Chaque année au Pays-Bas, ils débarquent en grande pompe tous les deux par la mer, trois semaines avant le 6 décembre. C’est une immense fête populaire dans les villes, avec des dizaines d’acteurs et des milliers de familles qui viennent voir ça. Or à cause de la polémique, depuis deux ou trois ans, il y a des manifestations particulièrement tendues.

Un sujet politique. Et les autorités s’en mêlent. C’est devenu un sujet politique. La ministre de la Culture assure qu’il faut ouvrir les yeux sur le racisme. L’extrême droite elle veut garder la tradition. Mais ce sont surtout les maires qui prennent l’affaire en main, par peur des troubles. A Rotterdam, le grand port très cosmopolite, il y a eu des négociations longues et sérieuses entre les associations qui organisent le débarquement et les représentants des antillais. Bilan : il y aura désormais des Pierre le noir blancs, avec juste quelques traces de suie sur les joues. Un accord à la néerlandaise, précis et pragmatique. Il y a un calendrier de sortie du Zwarte piet : cette année, 50% seront blancs, 75% l’an prochain et 90% ensuite. Et on ne les appellera donc plus pierre le noir mais juste pierre !

Les Péruviens ont fêté leur qualification à la Coupe du monde de foot avec un jour férié

Mercredi, le Pérou a battu la Nouvelle-Zélande lors du match de qualification pour la Coupe du monde 2018. Les Péruviens ont gagné un jour férié pour fêter leur première qualification en 36 ans ! Jeudi le secteur public s'est arrêté de travailler et les écoles primaires et secondaires sont restées fermées. 

Au Canada, le pays est relié d’un océan à l’autre 

Une route a été inaugurée mercredi au Canada. Elle relie l’océan arctique et le continent américain. C’est simplement un remblai de 4 mètres de haut posé sur le sol gelé en permanence mais cela désenclave la population inuite de cette région désertique.