À Téhéran, des Iraniens vendent leurs reins

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du monde est une chronique de l'émission Hondelatte raconte
Partagez sur :

Des petites annonces avec numéro de téléphone et groupe sanguin pour vendre un rein sont affichées aux abords des hôpitaux de Téhéran, en Iran.

Virginie Salmen remplace Sophie Larmoyer du 23 au 27 octobre 2017.

Ce soir on parle de "Rein à vendre" : c'est ce qu'on peut lire sur de petites affichettes, des petites annonces, que l'on voit dans les rues de Téhéran, en Iran.

Oui des Iraniens vendent leurs reins. Il y a comme ça, chaque jour, de nouvelles petites annonces autour des hôpitaux de Téhéran avec numéro de téléphone et groupe sanguin. Derrière chacune de ces annonces, il y a une histoire de chômage, de dettes... Par exemple, celle d'Ali Rezaei, un homme de 42 ans, installateur de climatisation en faillite qui témoigne dans le Los Angeles Times : "Si je pouvais vendre mon rein, je pourrais me désendetter. D'ailleurs, je vendrais bien mon foie." Parce que ça ne se fait pas, en Iran, d'aller régler ses histoires de dettes devant un tribunal. D'ailleurs, cette transaction n'est pas présentée comme de la vente, ce serait indécent. On félicite les donneurs pour la beauté de leur geste devant Dieu.

Et ça se vend combien un rein en Iran ?

Très exactement 4.000 euros. En France, ça équivaudrait à 20.000 euros, si on tient compte de la différence de niveau de vie. Alors c'est très réglementé. L'Iran est le seul pays au monde où il est légal de vendre ses reins. L'État paie un quart de la somme, le reste est à la charge d'une fondation pour les malades et le patient contribue, en fonction de ses revenus. Et en échange, pour celui qui donne son rein, c'est un suivi médical gratuit à vie.

Et donc tout le monde fait ça pour l'argent ?

Non. Là je vous ai parlé des Iraniens les plus nécessiteux qui cherchent à tout prix à vendre vite leur rein par le biais de petites annonces. Mais les riches qui décident de donner leur rein sont eux aussi payés 4.000 euros. Ce n'est pas comme en France où tout tissu humain est forcément gratuit. On ne peut rien vendre de son corps. En Iran, au contraire, il n'y a pas de simples donneurs. Et d'ailleurs, le résultat de cette politique, c'est qu'il n'y a pas, comme en France, une longue liste de malades qui attendent un rein. Là-bas, la liste a été purgée.

Alors ce n'est pas si immoral que ça que vendre un rein ?

C'est exactement ce que dit le célèbre économiste Jean Tirole qui connaît l'exemple iranien. Est-ce qu'il vaut mieux condamner les malades à attendre un rein en souffrant ou "booster" les dons d'organes en proposant quelques milliers d'euros ?

Deux infos en bref. D'abord, s'il manque une petite ligne à votre CV, pourquoi ne pas tenter le diplôme de ninja ?

Les ninjas, vous savez ce sont ces espions-mercenaires qui manient à la perfection les arts martiaux. Au Japon, les étudiants peuvent obtenir un certificat d'aptitude de ninja. C'est un test de 30 minutes avec 50 questions sur la connaissance de cette discipline ancestrale. Il n'y a pas de démonstration physique de compétences de guerrier des ombres mais s'habiller en tenue de ninja peut rapporter des points. Du coup, dans la salle d'examen, tous les étudiants sont habillés en ninja des pieds à la tête.

Et puis la chanteuse Katy Perry qui ne savait pas quoi faire après un concert, s'est invitée à un mariage, à Saint-Louis dans le Missouri...

Oui un mariage assez chic qui avait lieu à l'hôtel Four Seasons. Les mariés, Blonie et Harley, n'en ont pas cru leurs yeux quand ils ont vu débarquer la super star et son entourage. Elle leur a quand même demandé si elle pouvait venir faire la fête avec eux. Katy Perry est restée une quinzaine de minutes, elle a dansé, fait des selfies avec les invités et s'est éclipsée. Mais elle a reparlé de ce mariage à son concert suivant. Visiblement elle s'est bien amusée.