Le journal des sports - Pas de surprise pour le Ballon d'Or

  • A
  • A
Le journal des sports est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

L’essentiel de l’actualité sportive présenté par Jérôme Lacroix.

A la Une ce matin : la couleur des sentiments.

"Grizou" entre chien et loup, partagé entre fierté et déception. La star des Bleus est officiellement le troisième meilleur footballeur du monde après avoir terminé troisième du classement du Ballon d'Or. Au terme d'une saison lors de laquelle il aura, par deux fois, manqué une dernière marche : battu en finale de la Ligue des champions avec l'Atletico de Madrid puis battu en finale de l'Euro, avec l'équipe de France. Mais à seulement 25 ans, Antoine Griezmann n'a qu'un mot à l'esprit : "avenir". 

Sans suspense, Cristiano Ronaldo a été sacré. C'est le quatirème Ballon d'Or pour le Portugais. Il devance cette année Lionel Messi. L'Argentin est toujours recordman des Ballons d'Or avec 5 récompenses.

Le mot "sport" du jour...

"Bilan". Fin d'année, fin de saison sportive, aussi. Et pour certaines disciplines, il était temps que ça se termine. C'est le cas de la natation. Après le flop des derniers Jeux de Rio - mauvais résultats sur fond de tensions chez les Bleus - se tenaient la semaine dernière le premier grand rendez-vous post-olympique : les Mondiaux en petit bassin. Bilan : 2 médailles pour la délégation française. C'est faible, pour une équipe, il faut le dire, en reconstruction, après les départ de ses principaux leaders, comme Coralie Balmy. 

Les Bleues du handball, la tête au dernier carré, à l'Euro féminin en Suède. Elles sont pratiquement en demi-finales après une victoire hier sur les Suédoises 21-19. Un nul leur suffira demain face aux Serbes pour se qualifier.

Et puis le point sur le Vendée Globe. Jour 36. Et Armel Le Cléac'h accélère en tête dans le Pacifique. Presque 175 milles d'avance maintenant sur le Britannique Alex Thomson.

L'histoire du jour...

Il y a l'esprit, il y a la règle. De l'application bête et méchante d'un règlement. Le club brésilien de Chapecoense, dont la quasi-totalité des membres, a trouvé la mort dans un tragique crash d'avion, vient d'être sanctionné par la confédération brésilienne... pour ne pas avoir pu disputer le dernier match de la saison. L'arbitre a indiqué que l'équipe ne s'était pas présenté. Selon plusieurs médias locaux, une amende de 28.000 euros a même été infligée au club meurtri.