Le journal des sports : le PSG reçoit Lille avec des joueurs aux performances décevantes

  • A
  • A
Le journal des sports est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

L’essentiel de l’actualité sportive présentée par Jérôme Lacroix.

Déception dans les rangs des fans des footballeurs du PSG, troisièmes du classement après 10 journées, à 6 points des leaders niçois. Ce soir, match à Lille en lever de rideau de la 11e journée. Le nouvel entraîneur, l'Espagnol Unai Emery, peine semble-t-il à résoudre une équation à plusieurs inconnues. Ces inconnues, ce sont les performances décevantes de plusieurs joueurs majeurs, de Marco Verratti surpris en train de fumer à Angel Di Maria, peu efficace devant le but. Si à Paris, ça va moyen, c'est pire à Lille. Le club est seizième. Lille - PSG, à suivre ce soir sur Europe 1 rendez-vous dès 20h.

Le tennisman Français Gaël Monfils est qualifié pour le prochain Masters, le tournoi qui chaque fin de saison, qui voit s'affronter les huit meilleurs joueurs de l'année à Londres. Formidable récompense que cette qualification, sa première à 30 ans, à l'issue de la meilleure saison de sa carrière.

Le mot "sport" du jour : "Pena". La Pena Bayonna, reprise par les milliers de supporters de l'Aviron Bayonnais, au stade Jean-Dauger. Ce sera l'un des temps forts du week-end, cette affiche de la 9ème journée du Top 14 de rugby demain. Ça va chanter à Bayonne pour la réception du Racing 92, club champion de France en titre. Mais c'est un navire qui tangue entre affaire des corticoïdes et résultats décevants : une 8ème place pour l'instant. Le titre de champion, c'est presque un fardeau trop lourd à porter, confession de l'entraîneur Laurent Travers. "Quand vous êtes champion, il faut faire plus car vous êtes attendu. 

L'histoire du jour. Ce constat, très surprenant, dévoilé ce matin par un rapport de l'Agence mondiale anti-dopage. A peine un contrôle anti-dopage sur deux a pu être mené à bien lors des Jeux olympiques de Rio l'été dernier, en raison "de problèmes logistiques". Un personnel mal formé pour la bonne marche des tests, des problèmes d'accréditation restreignant les accès des accompagnants pour les tests... Dans certains cas, les sportifs attendus au test ne se sont jamais présentés. Ils étaient tout simplement introuvables !