Le Journal des Sports : Jacques-Henri Eyraud reçoit les supporters de l'OM

  • A
  • A
Le journal des sports est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

L’essentiel de l’actualité sportive présentée par Jérôme Lacroix.

Ambiance "pizzas, pan-bagnats et sodas" hier à Marseille. C'est ainsi que Jacques-Henri Eyraud, le tout nouveau président des footballeurs de l'OM, a reçu les principaux responsables des groupes de supporters. Des fans, depuis de longs mois, désespérés par les résultats décevants et qui, de fait, ont déserté le Vélodrome. Le président a d'ailleurs exhorté le public à revenir au stade et le discours d'une nouvelle ambition incarnée par l'entraîneur Rudi Garcia a globalement plu à l'auditoire.

Ce soir, deuxième sortie, après Paris, du nouvel OM. Clermont - Marseille, 21h05, pour une place en 8es de finale de la Coupe de la Ligue. Des 8es que connaîtront les Montpellierains et les Nantais. Ces derniers qualifiés, devant 32 000 spectateurs au stade, 2-1 face aux Angevins. Les deux buts nantais sont superbes. Ils rencontreront mi-décembre les Montpellierains, victorieux en Mayenne des Lavallois, Ligue 2, 2-0.

Le mot "sport" du jour. "Raclée". C'est un raclée qu'ont infligé les basketteurs de Cleveland à ceux de New York, sur les parquets américains de la NBA. C'était la reprise, cette nuit du championnat outre-Atlantique. Score final de ce match lever de rideau : 117 à 88 pour les champions en titre, Cleveland, donc. Leur star LeBron James, 19 points, a donc largement remporté son face à face avec notamment le Français Joakim Noah, arrivé il y a peu, à New York.

L'histoire du jour ? Celle, vraiment peu banale, de Reuben. Ado de 16 ans, il est Américain et le mois dernier, il subit un gros choc à la tête lors d'un match de foot. A son réveil, après trois jours de coma, surprise. L'Américain ne s'exprime plus... Qu'en Espagnol ! Il le parle couramment alors qu'il n'en connaissait que quelques bribes avant son choc. L'affaire a interloqué les médias américains, CNN notamment. Mais cette étrangeté est connue. On appelle cela le syndrome de l'accent étranger. Ou quand des connaissances basiques sont sublimées par des parties traumatisées de notre cerveau.