Le journal des sports - Clément Turpin, l'arbitre français sélectionné pour le mondial en Russie

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal des sports est une chronique de l'émission Debout les copains !
Partagez sur :

Le journal des sports présenté par Jérôme Lacroix.

L'homme du jour s'appelle Clément Turpin !

C'est l'homme à tout bien faire de l'arbitrage tricolore, celui qui signe le retour de la France dans l'élite mondiale. Il officiera en juin et juillet prochain à la Coupe du monde de foot en Russie alors qu'aucun arbitre français n'avait été choisi pour le dernier Mondial brésilien. Il a été choisi par la FIFA avec 35 confrères. 35, c'est aussi l'âge de Clément Turpin, il sera l'un des plus jeunes. Ses talents au sifflet ont été scrutés par la Fédération internationale ces trois dernières années et demi, il faut cela pour être choisi. Ce matin, c'est consécration et émotion, aussi, à l'heure de regarder dans le rétroviseur.
Clément Turpin sera l'arbitre central, il ira au Mondial avec ses deux assistants Nicolas Danos et Cyril Gringore. Ils devront composer en Russie avec une grande nouveauté : l'assistance vidéo. Avant cela, Clément Turpin officiera dès demain à Bordeaux pour la finale de la Coupe de la Ligue PSG-Monaco.
Avant le coup d'envoi de cette rencontre, minute de silence ou d'applaudissements en mémoire d'Arnaud Beltrame, annonce de la Ligue. Hommage prévus également avant tous les matches de Ligue 1 et Ligue 2 de ce soir à dimanche soir.

Le mot "sport" du jour ?

"Ovale". L'Europe sera ovale ce week-end, comme un ballon de rugby, avec les quarts de finale de la Coupe d'Europe. Quatre équipes françaises en lice. Dès aujourd'hui 18h30 : les rafraîchissants rochellais chez les Gallois de Llanelli. Demain, Toulon en Irlande au Munster. Dimanche, Clermont - Racing 92.


L'histoire du jour ?

Le mea culpa de Tony Yoka. Le boxeur français champion olympique des lourds. "Oui j'ai été négligent" a-t-il dit hier sur Canal + la chaîne qui diffuse ses combats. Il est sous le coup d'une longue suspension ferme parce que par trois fois, ces derniers mois, les autorités anti-dopages n'ont pu le localiser pour procéder à des contrôles inopinés. Et Yoka d'ajouter : "Qu'on puisse m'associer à du dopage et faire l'amalgame, ça me fait mal..."