Le journal des sports - Bordeaux-PSG en ouverture de la 25e journée de Ligue 1

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal des sports est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

L’essentiel de l’actualité sportive présenté par Julien Pearce.

On commence avec l'info principale, cette polémique entre Français et Russes aux Mondiaux de Biathlon à l'issue du relais mixte qui s'est déroulé hier.

La France a terminé 2e de la course derrière l'Allemagne mais juste devant la Russie, médaille d'argent donc. Et grosse tension sur le podium entre notre champion Martin Fourcade et l'équipe Russe, dont les membres masculin ont tout simplement refusé de serrer la main du Français. Pourquoi? Parce qu'ils reprochent à Fourcade ses propos sur le dopage qu'il accuse de gangréner le biathlon. Il faut dire que parmi les athlètes russes ayant couru hier, l'un d'entre eux revient tout juste de deux ans de suspension pour avoir utilisé de l'EPO. Bref, ambiance glaciale dans les Alpes Autrichiennes. Martin Fourcade est dans l'œil de Moscou mais reste droit dans ses bottes.

On passe au football avec la 25e journée de Ligue 1. Le PSG se déplace à Bordeaux ce soir et il n’a pas le droit à l'erreur.

Les Parisiens doivent absolument l'emporter s'ils veulent suivre le rythme effréné imposé par l'AS Monaco, mais aussi pour se mettre en confiance avant le choc mardi face à Barcelone en Ligue des Champions. Les Girondins de Bordeaux, c'est l'amuse gueule idéal sur le papier pour les hommes d'Unai Emery qui les avaient étrillés quatre buts à un le mois dernier. Attention, ça ne sera pas si simple, tempère l'expérimenté Maxwell.
Le PSG qui récupère ce soir Marco Verratti, Thomas Meunier et Kévin Trapp, de retour de blessures. Le coup d'envoi sera donné à 20h45.

Le chiffre du jour.

C'est 19 comme le nombre de villes Françaises candidates pour accueillir les match de la Coupe du Monde de rugby en 2023.
Au final seules 10 seront choisies si la candidature tricolore est retenue. Dans ce dossier, la France part avec un train de retard face à ses concurrents et notamment l'Irlande qui n'a jamais organisé cette compétition. "On y croit quand même" s'enthousiasme Frédéric Michalak, l'un des ambassadeurs de la candidature tricolore, pour qui la Coupe du Monde revêt une importante toute particulière.
C'est en novembre prochain que l'on saura si la France a été retenue pour organiser cette Coupe du Monde de rugby.