Journal des Jeux Olympiques - Une huitième médaille d'or pour les Français

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal des sports est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Tous les jours à 8h40, retrouvez le journal des Jeux Olympiques : Jérôme Lacroix fait le point sur la compétition et les coulisses.

Au sommaire ce matin :

- Tapis rouge pour les cavaliers français
- Tapis vert pour Mahiédine Mekhissi
- Et tapis, tout court, pour Tony Parker

Une huitième Marseillaise a retentit à Rio de Janeiro grâce à la formidable histoire des cavaliers français, une nouvelle fois sacrés par équipe, après le concours complet. C'est en saut d'obstacles que les Bleus ont décroché la médaille d'or olympique et contre toute attente.

Il s'est passé de belles choses sur les pistes d'athlétisme cette nuit.

Avec un Christophe Lemaître, que l'on n'avait plus entendu aussi joyeux depuis longtemps. 20,01 secondes, c'est le chrono grâce auquel le sprinteur français s'est qualifié cette nuit pour la finale du 200 mètres en arrivant deuxième de sa série. Cela faisait plus de quatre ans qu'il n'avait plus couru aussi vite. Celui qui avait émerveillé l'athlétisme mondial en 2010, devenant le premier homme blanc à dévaler un 100 mètres en moins de 10 secondes a vécu vu une quasi-renaissance sur la piste carioca.
La finale de ce 200 mètres aura lieu la nuit prochaine à 3h30 du matin. Christophe Lemaître a obtenu le quatrième temps des demi-finales, le podium est donc tout proche.

Pour la médaille d'or, sauf séisme, il ne devrait pas y avoir de suspens.

On voit mal comment la victoire pourrait échapper à la mega star Usain Bolt, facilement qualifié, toujours avec le sourire et évidemment premier de sa série. Rappelons qu'il est en quête du triplé, comme aux JO de Pékin et de Londres avec le 100 mètres, le 200 mètres et le relai 4x100 mètres. A noter que Justin Gatlin, vice-champion olympique du 100 mètres, a été éliminé en demi-finales, c'est une véritable surprise. Voilà qui devrait alléger le climat autour de l'Américain, tombé dans le passé pour dopage.

Justement, à propos de dopage, un Français, hier, y est allé de sa petite pique sur les Kényans.

C'est Mahiédine Mekhissi, le spécialiste du 3.000 mètres steeple. Dans sa discipline, il faut remonter aux Jeux 1980 à Moscou, pour trouver un champion d'une autre nationalité. 36 ans de domination ininterrompue et encore une fois hier, lors de la finale. Ce pays, plus que jamais dans le viseur des autorités mondiales pour des soupçons de dopage de masse. Mahiédine Mekhissi s'est s'indigné des contrôles selon lui, bien trop léger.

C'est d'ailleurs contre un Kényan que Mekhissi a déposé une réclamation après la finale. Initialement quatrième, le Français a vu Ezequiel Kemboi effectuer une foulée hors de la piste pendant la course, ce qui constitue une faute. La requête a été acceptée par les autorités. Mekhissi a donc été reclassé troisième obtenant ainsi la médaille de bronze. Le voilà donc le premier athlète Français, à décrocher trois médailles en trois JO, après l'argent de Pékin et Londres.

Faisons les comptes, combien de médailles pour les Bleus ce matin ?

31 dont huit en or. La dernière en date dans le métal le plus précieux a été décochée hier au centre olympique d'équitation par quatre montures montés successivement par Pénélope Leprévost, Kevin Staut, Roger-Yves Bost et Philippe Rozier, dont le papa, Marcel, avait été sacré champion olympique en 76 à Montréal. Les quatre magistraux apportent aujourd'hui l'or en saut d'obstacles par équipe, il s'agit de la troisième médaille pour l'équitation française dans ces Jeux après l'or par équipe au concours complet, et l'argent en individuel d'Astier Nicolas.

Une nouvelle page s'ouvre pour l'équitation, une autre se referme pour le basket.

Et c'est un adieu bien douloureux pour le meilleur basketteur français de l'Histoire, Tony Parker, qui a passé 16 ans en Bleu avec 181 sélections et le premier titre international pour la France lors de l'Euro 2013. Tony Parker prend sa retraite internationale sur une claque infligée par les Espagnols, 92-67 hier en quarts de finale. La star a tenu à vite sécher ses larmes à la fin du match, il s'est montré peu prolixe sur son émotion mais son ami Florent Pietrus, qui le côtoie en sélection depuis 15 ans et qui quitte lui aussi les Bleus, tient à rappeler que Parker et lui, notamment, ont offert au basket français, ses plus belles heures.
Tony Parker qui poursuivra sa carrière de basketteur, mais en club seulement, avec San Antonio, son club NBA aux États-Unis.

Une autre histoire franco-américaine aujourd'hui.

On attend que les filles du basket nous offrent l'un des exploits les plus retentissants de l'histoire des Jeux, éliminer les Américaines pour filer en finale. Ces joueuses des États-Unis, quintuples championnes en titre, n'ont plus perdu un match depuis les JO de 1992. Le coup d'envoi du match sera donné à minuit.