Journal des Jeux Olympiques - Super Tuesday pour les Bleus

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal des sports est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Tous les jours à 8h40, retrouvez le journal des Jeux Olympiques : Jérôme Lacroix fait le point sur la compétition et les coulisses.

Au sommaire, ce matin :

- Les Bleus : super Tuesday
- Michael Phelps : supersonique
- La natation et le tennis français : super bazar

Il y avait de l'ambiance hier, au Club France, le quartier général français à Rio de Janeiro. Les supporters étaient enfin comblés, les médailles qu'ils attendaient sont tombées.
Toute la journée, nous avons pu assisté à une cascade de récompenses avec cinq au total dont deux en or. On a donc eu droit à une première marseillaise !

Karim Laghouag, Thibaut Valette, Astier Nicolas et Matthieu Lemoine, voici les noms des nouveaux champions olympiques du concours complet. La consécration immédiate pour une équipe de bizuth. Ils sont restés longtemps après leur victoire sur le parcours. Ils se sont également offerts un tour d'honneur sur leurs montures respectives. Le d'ordinaire taiseux Matthieu Lemoine, 32 ans, sort quelque peu de sa réserve, tellement heureux de l'aventure.
Mathieu Lemoine, le Montois, dont le père tenait une écurie est consacré, aujourd'hui, sous les anneaux, après toute une vie passée auprès des chevaux. L'équitation, puissance deux ce matin, puisque quelques heures après le concours par équipe, Astier Nicolas a glané l'argent en individuel. Il a 27 ans et c'est le benjamin de l'équipe, bravo donc à lui et à sa monture, Piaf de B'Néville.

La seconde médaille d'or, c'est l'éloge de la patience.

Denis Gargaud a 29 ans. Toute sa carrière de céiste, il l'a passée dans l'ombre du géant du canoé, Tony Estanguet, triple champion olympique. La star retraitée, Denis Gargaud a enfin saisi sa chance. Lui, qui avait dû céder sa place à son presque encombrant prédécesseur, à Londres, en 2012 alors qu'il était champion du monde en titre. Aujourd'hui, l'histoire est belle. Celui qui a enfilé la médaille d'or autour du cou de Denis Gargaud, c'est Tony Estanguet lui-même.
Tony Estanguet a trouvé son successeur, Denis Gargaud, un homme plein de ressources qui a en parallèle de sa carrière, a monté sa société dans l'alimentaire sportif. Entre 700.000 et un million d'euros de chiffre d'affaire cette année, nous raconte ce matin le quotidien L’Équipe.

Ce matin, on salue également la première médaille féminine pour la France.

Propriété de Clarisse Agbegnenou, la judoka, elle est en argent. "Gnougnou" comme on la surnomme, a pour une fois un peu laissé tomber son habituel sourire. Un peu déçue car elle visait l'or, mais à à peine 23 ans, elle devrait retrouver les anneaux olympiques. Grâce à elle, le compteur "médaille" pour la discipline, est déverrouillée. L'entraîneur d'Agbegnenou, Larbi Benboudaoud, lui aussi médaillé d'argent à Sydney en 2000 parle de "déclic".
Aujourd'hui, on suivra notamment Gévrise Emane, en moins de 70 kilos. Teddy Riner commencera la compétition vendredi.

Pour finir, la moisson de médailles, l'escrime française sort enfin du brouillard. cela faisait huit ans que la discipline attendait une récompense et elle est venue hier soir du bout de l'épée de Gauthier Grumier, détenteur de la médaille de bronze.

On fait les comptes : hier, nous n'avions qu'une seule médaille et aujourd'hui les Bleus en sont à six !

Alors derrière tout ce faste, on a aussi vécu, hier, une journée électrique.

Des situations d'extrêmes tensions, comme avec le tennisman français Benoit Paire, prié par la direction technique nationale de quitter la délégation française, hier, dès son élimination du tournoi en simple par l'Italien Fognini.
Et côté résultats, Gilles Simon s'est qualifié pour le 3e tour, il y retrouvera Rafael Nadal. Et cette nuit, encore une grande surprise, l'élimination de Serena Williams, championne en titre par l'Ukrainienne Svitolina, 20e mondiale.

L'autre polémique du jour nous est venus de la piscine olympique.

L'équipe de France a craquelé de toutes parts, l'étincelle est venue des relayeurs du 4x200m, éliminés dès les séries. Sans le leader que l'on attendait Yannick Agnel, forfait de dernière minute, malade et fiévreux. Mais certains de ses coéquipiers ont mis en doute le diagnostic et l'ont accusé sans détour de les avoir abandonnés, ce que réfute l'intéressé. Conférence de presse dans la nuit, "Même malade, j'aurais concouru" a-t-il dit, "Mon remplacement est un choix des responsables de la Fédération".

On a tout de même nagé, cette nuit.

Clément Mignon, sur 100m nage libre a échoué aux portes de la finale tandis que Charlotte Bonnet, côté dames, a achevé la finale du 200m nage libre à la 8e et dernière place.
Un autre Américain, une nouvelle fois, au firmament olympique, c'est Michael Phelps, 20e et 21e titre sur 200 mètres papillon et avec le relais 4x200m.

On finit avec un mot de foot.

Les filles de l'équipe de France sont en quarts de finale grâce à leur victoire cette nuit trois à zéro face aux Néo-Zélandaises.
Elles retrouveront les Canadiennes, qui les avaient privées de la médaille de bronze il y a quatre ans à Londres, vendredi vers minuit.