Journal des Jeux Olympiques - Dimitri Bascou et les handballeuses françaises sont à l'honneur

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal des sports est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Tous les jours à 8h40, retrouvez le journal des Jeux Olympiques : Jérôme Lacroix fait le point sur la compétition et les coulisses.

Le sommaire du jour ?

- Dimitri Bascou l'héritier
- Les filles du hand et du basket déchaînées
- L'histoire de la médaille de la ténacité

Une archive qui nous ramène le 28 juillet 1976 à Montréal, le Français Guy Drut, devient le premier Français champion olympique du 110 mètres haies. 40 ans après, Dimitri Bascou, 29 ans, apporte à la France, une nouvelle médaille sur la distance. Le Martiniquais a remporté le bronze, cette nuit, après son titre de champion d’Europe il y a un mois tout juste. Ses dernières saisons ont toutefois été difficiles. C’est donc un retour dans le bon tempo qu'il doit en grande partie à un homme, Samba Koundy, son entraîneur, qui comme Bascou, a fait lors de cette soirée brésilienne, le plein d'émotions.
Le second français de cette finale, Pascal Martinot-Lagarde, termine quatrième. Le champion olympique est Jamaïcain ce matin, Oscar Mc Leod, qui était le favori.

On n'a seulement pas pleuré de joie en l'athlétisme.

Les sifflets d'une partie du public brésilien lors de la remise des médailles, ont touché Renaud Lavillenie aux larmes. Réaction au plus haut sommet de la hiérarchie olympique, le président du Comité international, Thomas Bach, qualifie ces huées d'"inacceptables". Il dénonce un "comportement choquant".

Autre type d'ambiance, beaucoup plus joyeuse celle-ci, du côté du basket.

Il y avait une ambiance surchauffée à l'Arena Carioca 1 pour un France - Canada féminin. Dans un "money time" ultra tendu, les Bleues, s'imposent 68-63. Celles que l'on surnomme les Braqueuses, pour leur tendance à jouer avec les nerfs de leurs supporters, n'ont pas dérogé à leurs habitudes. Gaelle Skrela savoure une nouvelle fois, un parcours sous les anneaux, après la médaille d'argent de 2012.
En demi-finale, elles retrouveront les omnipotentes américaines, quintuples championnes olympiques en titre, qui ont toujours été sacrées depuis Atlanta 96.

D'autres filles qui chantent du côté du handball.

Elles sont en demi-finales et ont communié avec leurs supporters. Un "clapping" à l'image de ce que l'on voyait notamment durant le dernier Euro de football avec les Islandais, et il y avait de quoi faire la fête. Une ebourriffante "remontada", comme disent les Espagnols et justement, ce sont les Espagnoles qui ont été victimes du formidable retour de ces Françaises, menées durant toute la rencontre. Elles ont arraché la prolongation pour finalement l'emporter 27 à 26. Ces handballeuses seront à nouveau en piste dès demain contre les Pays Bas à 20h30 pour décrocher une place en finale et donc, une médaille assurée.

Des médailles, justement, la boxe pourrait bien être le sport qui en apportera le plus à la France lors de ces Jeux Olympiques.

Six médailles assurées et la dernière en date cette nuit, était pour Sofiane Oumiha, 21 ans, qui remporte l’argent, en moins de 60 kilos. En larmes à la fin de sa finale perdue cette nuit, déçu de ne pas avoir accroché l'or mais il regardait tout dans le rétroviseur, avec fierté.
Un peu plus tôt, Mathieu Bauderlique avait obtenu le bronze en moins de 81 kilos. Tony Yoka et Sarah Ourahmoune se sont, eux, qualifiés pour les demi-finales synonyme au moins de médaille de bronze.

Au total, ce sont cinq nouvelles récompenses pour les Bleus.

A l'argent d'Oumiha, et le bronze de Bascou et Bauderlique dont on vient de parler, il faut ajouter l'argent, également, de Mélina Robert-Michon, au lancer de disque. Cela faisait 68 ans que la France attendait une médaille dans cette discipline.
Le nageur Marc-Antoine Olivier, en bronze sur le 10 kilomètres en eaux libres, après la déception chez les dames d'Aurélie Muller, seconde puis disqualifiée. A ce propos, les responsables Français ont saisi il y a quelques heures, le TAS, le tribunal arbitral du sport après le rejet lundi soir d'un appel devant la Fédération internationale de natation.

L’histoire à présent d'un athlète qui mériterait, sans doute, la médaille de la ténacité.

Il s'appelle Billy Besson et rêvait, avec sa partenaire en catamaran, de l'or olympique. Ils pouvaient y croire, tant leur domination sur la discipline ces derniers mois était prégnante. Mais seulement voilà, tout s'est évaporé ou presque, à l'aube du concours. De violentes douleurs au dos le martyrisent et Charles Carrasco nous raconte nous ce destin contrarié, qui a finalement vu Billy Besson terminer sixième.


Au programme aujourd’hui :

Mahiedinne Mekkissi en finale du 3.000 m steeple à partir de 16h55.

Et puis deux quarts de finale. En handball contre le Brésil à 15h et un savoureux Espagne - France en basket à 19h30.