Moins de docteurs, plus de kilos

  • A
  • A
L'info santé du jour est une chronique de l'émission Allô Europe 1
Partagez sur :

Les déserts médicaux souffriraient d'une plus grande prévalence de l'obésité, illustrant une nouvelle fois les liens entre précarité et surpoids.

Au sommaire de ce journal 

-les déserts médicaux de plus en plus peuplés de gens en surpoids 

-la radiation de l’ordre des médecins du Professeur Joyeux 

-les vacances c’est fait pour se déconnecter, si, si… 

Mais on commence par cette nouvelle historique : les personnes homosexuelles pourront donner leur sang mais sous certaines conditions… 

On rappelle qu’elles ne pouvaient pas le faire depuis 1983. Depuis hier, c’est désormais à nouveau possible, même si ce don reste toutefois limité. Le questionnaire médical que chaque volontaire doit remplir avant de faire un don a été modifié : il ne concerne désormais plus l'orientation sexuelle de la personne, mais les risques liés aux pratiques sexuelles. Jusqu’alors, le simple fait de déclarer avoir eu des relations homosexuelles étaient un motif d’exclusion. Aujourd’hui, si ces relations sexuelles sont plus anciennes que 12 mois, le candidat pourra donner. Un pas en avant, petit, certes, mais un pas en avant quand même, qui ouvrirait la possibilité de donner à environ 500 000 personnes en France.     

Le professeur Joyeux radié de l’ordre des Médecins.

Une décision qui prendra effet le premier décembre prochain. Il y a un an, ce cancérologue de Montpellier avait fait l’objet d’une plainte du Conseil de l’ordre. En cause : une pétition controversée sur les dangers des vaccins pour les nourrissons pétition lancée sur Internet adressée à la Ministre de la Santé, Marisol Touraine, et qui, à ce jour  a recueilli plus d’un million de signatures. L’ordre des Médecins lui reproche de ne se fonder sur aucune preuve scientifique et l’accuse même d’aligner "des contre-vérités dangereuses pour la population"     

"Déserts médicaux" riment souvent avec "obésité et surpoids". 

C’est ce qu’une étude révèle. Les départements où l’accès aux soins est compliqué sont aussi ceux où les personnes en surpoids (et qui ont donc besoin de ces médecins) sont nombreuses. En Seine et-Marne par exemple, il faut attendre 9 jours pour voir un médecin contre 6 en moyenne ailleurs. La proportion de personnes en surpoids est de 51% soit 6 points de plus que la moyenne nationale. Le constat est le même en Saône-et-Loire où l’hypertension touche 28% de la population (contre 20% en moyenne). Si les liens de cause à effet entre précarité et obésité sont avérés, le rôle du généraliste est capital dans la prévention des kilos en trop. La question du poids suppose d’avoir du temps pour discuter, aborder la notion de plaisir, l’organisation de la vie quotidienne, identifier les patients à risque….Un temps qu’un médecin à l’agenda surchargé ne peut malheureusement pas toujours prendre.     

Le temps des vacances pour décompresser et déconnecter.

J’oublie tout : la grisaille, le métro, le chef tyrannique, la montagne de mails à trier. Les vacances, c’est aussi un temps pour se mettre en vacances des autres mais aussi de soi.

Thomas, vous qui rentrez de vacances et nous narguez de manière éhontée avec cette mine superbe, est-ce que vous avez-vous réussi à lâcher le smartphone ? Non ? Pas facile en effet de décrocher, après une année dense passée les yeux rivés sur ses mails et ses notifications. Alors comment profiter de l’été pour se déconnecter ?  Les conseils de Céline Kalmann pour Europe 1. 

On termine avec le chiffre du jour  Une, comme une bière par jour et pas plus ! 

C’est ce que recommandent plus de 150 études réalisées sur les effets de la consommation de bière sur la santé. Autant dire qu’après un mois de régime sec bière/pizza devant la TV, l’heure est donc certes, à la gueule de bois ce matin mais aussi au sevrage pour les grands buveurs de bière. Alors pour éviter tout risque d’arythmie cardiaque, de maladie du foie ou du pancréas, un seul verre par jour pour les femmes et deux verres pour les hommes. A bon entendeur...