Maladie de Lyme : 70 malades préparent une action en justice

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'info santé du jour est une chronique de l'émission Allô Europe 1
Partagez sur :

70 personnes atteintes de la maladie de Lyme souhaitent attaquer l'Etat et le laboratoire Bio-Mérieux estimant que s'ils avaient été diagnostiqués plus tôt, ils auraient pu guérir.

Au sommaire aujourd'hui :

- Une affaire de trafic de papiers pour des malades étrangers à la Pitié
- Halte au gaspillage alimentaire
- La Bretagne en tête des régions où les cas de mélanomes se multiplient.
- Sans oublier le chiffre du jour

 
On commence par cette information Europe 1 : 70 français préparent une action devant la justice.

IIs ont un point commun, ils sont atteints de la maladie de Lyme, cette maladie transmise par les piqûres de tique qui peut avoir de graves conséquences si elle n'est pas soignée, comme des douleurs chroniques allant même parfois, jusqu’à la paralysie.
70 malades qui estiment donc que s'ils avaient été diagnostiqués plus tôt, dès le 1er mois, ils auraient guéri. Sauf que la France ne reconnait pas Lyme comme maladie et les soins ne sont pas entièrement remboursés.
Pour tout arranger le test n'est pas fiable en France, alors qu'il l'est en Allemagne.
Ces malades vont donc attaquer, à la fois l’État et le labo Bio-Mérieux .

De vrais papiers pour de faux malades.

C’est le Parisien qui révèle cette affaire ce matin, plusieurs ressortissants égyptiens sont soupçonnés d’être parvenus à détourner un dispositif d’aide aux malades étrangers pour permettre à leurs compatriotes sans papiers, de rester en France.
Avec la complicité d’une secrétaire de l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris, des analyses de personnes malades étaient détournées au profit de demandeurs de titre de séjour.
Six suspects ont été placés en garde à vue la semaine dernière et cinq d’entre eux, placés en détention provisoire.

 
Le français a les yeux plus gros que le ventre.

Vous vous dites, que ce n’est qu’un fond de yaourt ou un trognon de pomme mais ajoutés les uns aux autres, ils forment une gigantesque poubelle. Chaque année, ce sont 10 millions de tonnes de produits alimentaires qui sont gaspillés. Le tout pour une valeur de 16 milliards d’euros.
Des volumes qui représentent 3% des émissions de gaz à effet de serre et cinq fois plus que les émissions dues aux avions effectuant des vols intérieurs. C’est l’Adème qui tire la sonnette d’alarme, l’Agence de l’ environnement et de la maîtrise de l’énergie qui rappelle qu’à chaque étape de la chaîne alimentaire, on constate des pertes et du gaspillage.
Une campagne nationale de sensibilisation est lancée et trouve d’ailleurs un soutien aujourd’hui avec la fête des Voisins. L’organisation recommande d’apporter son "gourmet bag" à votre fête de voisinage pour pouvoir emporter les restes plutôt que de les jeter.

 
On a trouvé le responsable de 500.000 morts du cancer dans le monde.

Ce n’est ni un pesticide ou perturbateur endocrinien, encore moins un aliment ou un produit toxique.
Un demi-million de personnes sont décédées d’un cancer des suites de la crise économique de 2008, c’est du moins ce que révèle une étude publiée dans une revue scientifique.
C’est  donc le chômage massif et les coupes drastiques dans les dépenses de santé qui seraient à l'origine de cette surmortalité par cancer. Les patients auraient été dans l'incapacité de suivre un traitement faute d'argent et donc d'accès au soin.

Le mélanome, là où on ne l’attendait pas !

Le mélanome, c’est ce cancer de la peau, causé par l’exposition répétée aux rayons UV. Un cancer essentiellement d’origine solaire donc. Du coup,  il est tentant de prendre le raccourci, et de se dire que les régions méridionales sont considérées comme les plus "à risque".
Et bien pas du tout, rien de tout ça. Contre toute attente, c’est en Bretagne que ce genre de tumeurs sévit le plus.
Mais le plus surprenant, c’est l’écart qui existe entre les régions de France. Par exemple, dans la région des Alpes-Maritime et du Var, on note autour de 14 cas pour 100.000 habitants. Un taux qui fait un véritable bond, en Bretagne, puisqu’il frôle les 20 cas sur 100.000 personnes.
En cause : Le soleil de Bretagne qui ne serait pas plus féroce que celui de la côte d’Azur mais qui serait plus discret, ce qui endormirait la vigilance.

Par ailleurs, les Bretons descendent des Celtes, qui leur ont légué leurs phénotypes 1 et 2, soit une carnation, des yeux et des cheveux clairs alors que les méridionaux, eux, ont une peau mate moins sensible aux coups de soleil.

 

On termine avec le chiffre du jour

44% des femmes seraient prêtes à accoucher sans péridurale.
Même pas peur donc pour ces 1.300 femmes interrogées par Wemoms, ce qui démontre qu’elles sont de plus en plus nombreuses à souhaiter mettre au monde dans les conditions le plus naturelles possibles.