Rapprochement annulé entre Pfizer et Allergan : les premiers effets du Panama Papers

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal de l'éco est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

Le mariage annoncé des géants de la pharmacie Pfizer et Allergan est abandonné suite au scandale Panama Papers et aux nouvelles règles insaturées par la Maison blanche.

La bourse en petite hausse

+ 0,77% à 4282 points

Le contrat du jour

MSC Croisières a acheté quatre paquebots géants à STX France pour un montant de quatre milliards d’euros. Leur construction va demander pas moins de 17 millions d’heures de travail.

Le chiffre du jour

Le groupe finlandais Nokia pourrait supprimer entre 10.000 et 15.000 postes sur un total de 104.000 salariés à travers le monde, selon l’agence Bloomberg
Avec Alcatel, la France est relativement épargnée, Nokia ayant confirmé lors d’un comité de groupe européen qu’il conserverait un total de 4.200 postes sur le territoire jusqu’à fin 2017 comme il s’y était engagé auprès du gouvernement français.
Environ 400 postes seront supprimés dans des fonctions centrales par l’équipementier télécoms finlandais qui prévoit dans le même temps de recruter 500 personnes sur trois ans dans le domaine de la R&D, dont 300 jeunes diplômés.

Le fait du jour : les premiers effets des Panama papers : le mariage annoncé des géants de la pharmacie Pfizer et Allergan est abandonné

Ce n’est pas exactement une conséquence des panama papers mais cela va dans le même sens. Le sens de la fermeture progressive étape par étape des trous dans la fiscalité mondiale. De quoi s’agit il ?
Le groupe américain Pfizer, roi du viagra, devait racheter le champion du Botox, le californien Allergan, pour 160 milliards de dollars, soit l’un des plus gros deal de l’histoire. Le siège d’Allergan est en Irlande. Par ce mariage, Pfizer espérait mettre une partie des profits réalisés à l’étranger en Irlande. Le groupe espérait faire échapper cette manne au fisc américain et payer des impôts en Irlande où ils sont très faibles,

Or la Maison Blanche a modifié les règles.

Voilà. Dans le combat contre les pratiques d’optimisation fiscale, Barack Obama a imposé des nouvelles règles fiscales qui font que les profits des groupes américains ne vont plus pouvoir échapper au fisc américain.
 Le deal devait faire permettre à des millions de dollars d’échapper à l’impôt, ce n’est plus le cas. Ce qui est curieux est que cela suffit à faire capoter le mariage. L’optimisation fiscale était le motif principal du rapprochement, Pfizer avait cherché d’ailleurs auparavant d’autres promises, comme le britannique astraZeneka.

Quand le capitalisme a pour but principal d’échapper à l’impôt, c’est qu’il tourne mal. Ce qui est neuf, c’est le début d’une prise de conscience des États, les plus grands, pour arrêter cette optimisation qui les prive de moyens.