Les pays émergents prennent du poids au FMI

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal de l'éco est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

Il y a un mois, l'OCDE faisait adopter une grande harmonisation fiscale qui va obliger les multinationales, comme Apple ou Google, à payer des impôts, et vendredi une réforme fondamentale a enfin donné leur place aux puissances émergentes, comme la Chine.

La Bourse  a été stable aujourd’hui :Des petits hauts et bas à cause du pétrole et de wall street mais à la fin de la journée une stabilité-0,05% à 4623 points Le chiffre du jour : l’OPA mania Les rachats d’entreprises ont battu un record en 2015. 4 600 milliards de dollars, c’est plus qu’avant la crise précédent record en 2007Les plus grosses acquisitions la pharmacie : Pfizer et allerganLa bière AB inBEV et SABMiller et leRoyal Dutch Shell and BG GroupLe fait du jour : une réforme au FMI. Les Etats Unis sont d’accord pour donner plus de place à la Chine Tout ne va pas si mal dans l’ordre mondial. Il y a un mois l’OCDE faisait adopter une grande harmonisation fiscale qui va obliger les grandes multinationales à payer des impôts. Puis est venue la COP21, 195 pays qui s’entendent sur le climatEt vendredi une réforme fondamentale du FMI qui donne enfin leur place aux puissances émergentes, à commencer par la Chine. Le club fermé des pays riches s’ouvre, le FMI obtient un capital doublé et en son sein une répartition des pouvoirs qui correspond à la nouvelle géographie économique. Le Fmi s’en trouve relégitimé, comme le grand contrôleur et sauveteur de l’ensemble de l’économie et pas  seulement l’arme dans les mains de l’amérique et l’Europe C’est le Congrès américain qui bloquait depuis 2010 La part de la chine passe de 3,8 à 6%, celle de l’europe diminue, celle de l’amérique reste presque égale mais pourtant Washington bloquait. Né après guerre quand les Etats Unis ont été le grand vainqueur indiscutable et le leader mondial, cette grande institution et sa soeur la Banque mondiale devait rester en clair des choses américaines,  la pas américain devait rester Mais les critiques sont montées de toutes part, à commencer par la Russie et la Chine. Puis un long travail de conviction , mené d’abord par Christine Lagarde pour convaincre les républicains qu’ils ont intérêt à conserver les Chinois à bord du FMI plutôt que le les voir créer leurs propres organisations internationalesDonc c’est fait.Il n’ y aura pas plusieurs FMI, mais un seul, renforcé. Pas de conflit mais une coopération. C’est bon pour la gouvernance mondiale.