Impôts : le prélèvement à la source effectif en 2018

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal de l'éco est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

Le prélèvement à la source, annoncé en juin dernier par le président de la République, sera effectif en 2018.

La Bourse en petite baisse

-0,04% à 4.471points. Grand attentisme avant l’intervention de Janet Yellen, la présidente de la FED ce soir. Tout le monde table sur le statu quo. Mais comme toujours ce sont les mots employés qui seront disséqués. Les taux américains sont situés aujourd’hui entre 0,25 % et 0,5 % depuis trois mois.

Le mariage du jour

L’accord a été trouvé pour le mariage de l’allemand Deutsche Börse  avec le britannique London Stock Exchange (LSE). Le champion européen est né avec le LSE, qui est notamment l’opérateur des Bourses de Londres et Milan tandis que Deutsche Börse possède la Bourse de Francfort, ainsi que la la chambre de compensation luxembourgeoise Clearstream et la plateforme de produits dérivés Eurex.

La réforme du jour

Le prélèvement à la source, annoncé en juin dernier par le président de la République, sera effectif en 2018 soit dans deux ans.  Le ministre des Finances, Michel Sapin, et le secrétaire d’État au Budget, Christian Eckert, ont présenté ce mercredi matin les grandes lignes de la réforme, Elle s’applique aux salariés comme aux retraités et aux indépendants pour le paiement de l’impôt sur le revenu. Les salaires, les revenus de remplacement (retraite, chômage, maternité, etc.) et les revenus fonciers seront concernés.

Le fait du jour : le parti conservateur britannique se met à relever les impôts des multinationales

La Grande-Bretagne aura cette année une croissance moins forte qu’espérée cette année, 2%  et non plus 2,4%, cela signifie des recettes fiscales en moins. Le gouvernement qui cherche de l’argent, en a trouvé dans les poches des multinationales. C’est un signe de l’air du temps. Même David Cameron le Premier ministre britannique découvre que ces multinationales profitent trop des failles des systèmes fiscaux des différents pays pour ne pas payer d’impôts ou en payer moins. Les plus voyants sont les géants américains du Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) mais ils ne sont pas les seuls.  La Grande-Bretagne va pour cela limiter les déductibilités des intérêts et les reports de déficit.

L’argent recueilli ira aux PME

Le taux de l’impôt sur les sociétés sera abaissé d’ici à  17% en avril 2020. La taxation du capital sera ramenée de 28% à 20%.
Des seuils seront relevés pour que la moitiés des 600.000 PME de Sa majesté ne paie plus d’impôts. Autant de mesures faites pour dynamiser les petites entreprises. C'est l’axe prioritaire de M.Cameron.

C’est aussi le signe des temps : on taxe les gros car on aime les PME