Hypothèse du Brexit : la livre chute

  • A
  • A
Le journal de l'éco est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

La montée en puissance des eurosceptiques dans le camp même de David Cameron a provoqué la crainte des marchés financiers.

La Bourse augmente à +1,79% soit 4.298 points. Un peu d’optimisme concernant la Chine et les cours des matières premières, le cuivre, le nickel sont à la hausse et dans la foulée la bourse aussi : Wall Street suit.

La prévision du jour : Le prix du pétrole

L’Agence Internationale de l’Énergie estime que l’excédent de production de brut ne se résorbera pas avant l’an prochain. Il faudra ensuite absorber les stocks avant de voir les cours remonter. En clair, les prix resteront bas jusqu’à fin 2017, au moins.

Le chiffre du jour

Au quatrième trimestre 2015, quelque 8,1 millions de montres connectées se sont écoulées dans le monde, contre 7,9 millions d'unités pour les montres suisses. Pour le marché des "smartwatch" c’est un bond de 316 % qui a été enregistré en 2015, année de la sortie de l’Apple Watch.

Le fait du jour :la forte baisse de la livre après l’accord obtenu à Bruxelles par le Premier ministre David Cameron

La livre perd 2,4% par rapport au dollar, le niveau le plus faible depuis 2009. Ce qui a provoqué cette chute de la Livre sterling est l’annonce par le maire de Londres Boris Johnson de prendre le parti du Brexit, la sortie de la Grande-Bretagne de l’union européenne lors du référendum du 23 juin prochain.

Au lendemain de l’accord obtenu par le Premier Ministre David Cameron à Bruxelles cette annonce, couplée avec celle de 6 ministres qui voteront le Brexit, renforce l’hypothèse d’une sortie. L’économie britannique partirait dans une aventure risquée, selon les milieux d’affaires outre-Manche. En outre, l’agence Moodys a prévenu, aujourd’hui, qu’une sortie pourrait avoir des conséquences sur la note des actifs britanniques. Les marchés prennent leur distance et la livre baisse.

Et jusqu’où peut elle baisser ?

In c’est up, out c’est down ; si la Grande-Bretagne reste au sein de l’Europe, la livre montera, si elle en sort, elle baisse. Mais de combien ? Les marchés sont dans leurs calculs et pour l’instant, on ne connaît que le sens général. Elle baissera encore si le clan des Brexit gagne des places dans les sondages. D'ailleurs, un sondage publié dimanche par le Mail on Sunday estime que les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l’Union "Britain remain" ont une avance de 15 points sur les défenseurs du Brexit.

Pour l’heure encore rien de grave, la bourse de Londres a gagné 1,3% dans le sillage des places européennes et asiatiques et les taux d’intérêt sont remontés d’un peu, de 3 points à 1,45% pour une obligation à 10 ans. Mais la décision de Boris Johnson est une mauvaise surprise pour David Cameron et pour les milieux économiques.