Baisse des dotations aux collectivités locales : vers un deuxième cadeau au goût électoral ?

  • A
  • A
Le journal de l'éco est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

Le gouvernement envisage de renoncer à la baisse des dotations aux collectivités locales.

La Bourse en chute

-0,18% à 4424 points. Pas beaucoup d’échanges, la bourse de Paris a suivi le recul de Wall Street d’hier, on est dans un climat d’attente.

La personnalité du jour

Andrew Grove, l’inventeur des microprocesseurs est décédé à l'âge de 79 ans.
Avec Robert Noyce et Gordon Moore, Andy Grove a fondé Intel en 1968, un succès historique sans équivalent. Les puces Intel équipent encore près de 80% des ordinateurs individuels utilisés dans le monde.

Le procès du jour

Navinder Sarao va être extradé par la Grande-Bretagne vers les États-Unis. Le trader est accusé d’avoir causé le "flash crash" à Wall Street en 2010, l’indice Dow Jones avait perdu 1.000 points en quelques secondes.

Le fait du jour : le gouvernement envisage de renoncer à la baisse des dotations aux collectivités locales. Il pourrait s'agir d'un nouveau cadeau électoral.

Après celui de la hausse de 1,2% point d’indice des cinq millions de fonctionnaires, voilà un second cadeau au goût électoral.
Les deux sont liés en fait.
Cette hausse devrait coûter plus de 180 millions d'euros aux collectivités locales dès 2016 et près de 650 millions en année pleine. Les associations d'élus se sont engouffrées dans la brèche en réclamant que l’État les compense. Les communes se plaignent d’une réduction de leurs subventions de 1,4 milliard en 2014 puis plus de 3,5 milliards en 2015 et 2016 et encore à venir de 3,67 milliards d'euros des dotations pour 2017. Les maires se disent étranglés par Bercy.

Le ministère des finances répond que les collectivités participent à la rigueur générale

L’OCDE et l’ensemble des économistes également. Le déficit français vient moins de l’État central qui a stabilisé ses dépenses, ni encore du système social, qui parvient à contenir la dégradation mais des collectivités locales car 20% des dépenses d’ensemble, qui elles n’ont pas encore vraiment compris qu’il faillait se serrer la ceinture.
L’Insee vient de le montrer hier encore avec l’examen des effectifs, les collectivités c’est deux millions de fonctionnaires et encore +1,5% en 2004. Les organismes intercommunaux (+ 3,4 % après + 5,0 %), de même que celle des communes (+ 1,5 % après + 1,8 %), les  organismes départementaux (+ 0,5 %) et dans les régions (+ 0,8 %).
Les élus locaux n’ont pas encore bien saisi le problème de la dette, ils continuent à embaucher et à réclamer de l’argent à Paris.

Bercy ne voyait pas d’autre moyen que de leur serrer la vis mais François Hollande leur cède. C’est électoral, c’est très dommage.