Zone interdite : les images d'un kamikaze se faisant exploser examinées par le CSA

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Dimanche dernier, le magazine Zone interdite diffusait un reportage contenant les images d'un kamikaze se faisant exploser. Après les vives réactions des téléspectateurs, le CSA s'est emparé de l'affaire.

Le fait média du jour, c’est le CSA qui a été saisi après un reportage diffusé sur M6. Un reportage consacré aux attentats du mois de novembre dont certains extraits ont choqué les téléspectateurs.

Ces images, elles ont été diffusées dans l’émission Zone Interdite.

Cinq mois après les attentats du 13 novembre à Paris et au Stade de France, le magazine présenté par Wendy Bouchard revenait sur cette nuit d’horreur, minute par minute. Des témoignages, des reconstitutions et des images inédites. Parmi ces images qu’on a pu voir dimanche sur M6, une séquence particulièrement bouleversante. Il s’agit d’un extrait capté par les caméras de vidéo-surveillance de l’établissement Le comptoir Voltaire. Le 13 novembre, ce bar du 11e arrondissement de Paris est pris pour cible par un des terroristes. Sur ces images, on voit le terroriste entrer dans le bar, se rapprocher du comptoir, passer entre les tables où sont installés les clients. On le voit ensuite déclencher sa ceinture d’explosifs. Tout vole en éclat autour de lui, c’est le chaos dans l’établissement.

 Une séquence qui a choqué les téléspectateurs.

Ils ont été nombreux à se manifester sur les réseaux sociaux, dès la diffusion de ce reportage dimanche soir. Traumatisant, bouleversant, indigne. Certains internautes étaient sous le choc en découvrant ces images inédites. Parmi les téléspectateurs, quelques-uns se sont adressés au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. Selon nos informations, une vingtaine de requêtes ont été reçues à ce jour par le CSA qui a indiqué qu’il allait examiner cette séquence en groupe de travail avant de prononcer une éventuelle sanction contre M6 en assemblée plénière. La mission du gendarme de l’audiovisuel sera de déterminer si oui ou non la chaîne est allée à l’encontre de ses obligations contractuelles, notamment à celle qui lui impose le respect de la dignité humaine.

Quelle est la réponse de M6 ?

La chaîne assure ce matin avoir pris toutes les précautions pour que cette séquence s’inscrive dans les respects de ses obligations. M6 précise que l’avertissement "déconseillé aux moins de 10 ans" était présent à l’écran tout au long de la séquence et insiste surtout sur la façon dont les images de vidéo surveillance ont été exploitées.

Les journalistes de Zone Interdite disposaient de la séquence vidéo dans son entier, ils auraient pu la diffuser telle quelle, mais ils ont fait le choix de mettre seulement à l’antenne une succession d’images arrêtés, des captures d’écrans, six au total, une reconstitution image par image en quelques sorte. L’objectif était de rendre compte de la scène, mais pas de choquer en la montrant dans son intégralité, dans la continuité.
Enfin, sur la nécessité de diffuser une telle séquence, la chaîne s’appuie sur sa valeur informative. Il s’agissait de faire état de la détermination du terroriste dans l’accomplissement de son geste. Il y a seulement quelques secondes entre le moment où il pénètre dans l’établissement et celui auquel il déclenche sa ceinture d’explosif. Concernant une éventuelle sanction, M6 est sereine, elle estime ne pas être en faute avec la diffusion de cette séquence.

On notera que la chaîne était une des rares à ne pas avoir été rappelée à l’ordre par le CSA après les attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et à l’HyperCacher de la Porte de Vincennes.