Qui sont les Français les mieux payés du showbiz ?

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Le magazine Capital dévoile le classement des artistes français les mieux payés de 2016 avec notamment Nagui et Cyril Hanouna pour la télévision.

Une grande enquête du magazine Capital dévoile les noms des artistes qui ont touché le jackpot en 2016.

Dans "show-business", il y a "business". Dans son dernier numéro, Capital lève un tabou bien français en publiant les revenus empochés par les artistes français en 2016. Ou, pour être plus précis, des estimations, puisque le magazine mélange salaires, cachets ou chiffres d’affaires de sociétés, secteur par secteur.

Commençons par le cinéma, c’est Marion Cotillard qui vire en tête en 2016 avec quatre millions d’euros amassés grâce notamment aux films Assassin’s Creed ou Alliés dans lesquels elle tenait les premiers rôles. Elle devance Omar Sy, qui pointe à 3,4 millions d'euros l’année dernière, grâce au succès de Demain tout commence. À la troisième place, on retrouve Franck Dubosc. La star de Camping 3 a empoché 2,3 millions d'euros.

Dans la chanson, 2016 aura particulièrement profité à David Guetta qui a gagné 26 millions d’euros. Ça en fait l’artiste français le mieux payé de l’année. Derrière lui, Johnny Hallyday se classe deuxième avec "seulement" 16 millions d’euros. Viennent ensuite les Insus, le nouveau nom des anciens Téléphone dont la tournée a généré 12 millions d’euros. Renaud se classe quatrième de ce classement. Son album et sa tournée lui ont permis d’empocher 6,5 millions d’euros. C’est deux millions de mieux que M. Pokora et ses reprises de Claude François.

Les stars de l’humour aussi ont leur place parmi les personnalités les mieux payés.

Oui et un duo, "le" duo de l’année : j’ai nommé Gad Elmaleh et Kev Adams. Leur spectacle Tout est possible aurait généré 12 millions d’euros de recettes. Une somme à laquelle il faut ajouter les droits de retransmission du show sur M6, fin novembre. En 2e place, on trouve un autre duo : Les Chevaliers du fiel. Les Toulousains qui font les beaux jours de C8 ont réalisé huit millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016, via leur société de production. Ils devancent Laurent Gerra qui a gagné quatre millions d’euros avec son spectacle.

Toujours dans le registre de l’humour, on notera l’arrivée fracassante d’une nouvelle génération, d’une nouvelle catégorie d’artistes : les Youtubeurs, ces stars d’Internet qui cartonnent auprès du jeune public. Parmi eux, Squeezie est le grand vainqueur. Ses vidéos, visionnées chaque jour par des centaines de milliers d’internautes lui ont permis d’amasser plus de 800.000 euros en 2016.

Côté télé, les chiffres sont confortables.

Capital, recense les plus gros cachets de la télévision française, par émission. À en croire le magazine, la palme revient à Jean-Pierre Foucault qui a touché 35.000 euros pour animer la soirée de Miss France, c’était sur TF1 mi-décembre. Une somme que le "présentateur vedette" de la Une n’a pas gardé pour lui tout seul, puisqu’elle lui a permis rémunérer une poignée de collaborateurs.

Derrière, on retrouve un autre animateur de TF1, c’est Nikos Aliagas qui empocherait 27.000 euros pour chaque prime de The Voice. Pour les services de Laurence Boccolini, TF1 débourserait 9.000 euros pour chaque numéro de Money Drop. Une somme payée en "facture". Le salaire de l’animatrice serait plus proche des 5.000 euros par émission. Suivent ensuite Stéphane Bern et Benjamin Castaldi qui toucheraient respectivement 11.000 et 9.000 euros pour animer des primes sur leurs chaines respectives.

Mais en télé, selon les estimations de Capital, les vrais gagnants de 2016, ce sont les "animateurs-producteurs", qui cumulent la présentation et la création de formats. En tête de ce top 5, on retrouve Cyril Hanouna. Sa société, H2O, qui produit entre autres Touche pas à mon poste, empoche 50 millions d’euros par an. Derrière lui, Nagui, patron d’Air Productions dont le chiffre d’affaires est estimé à 32 millions d’euros. Vient ensuite Yann Barthès, producteur de Quotidien et de Stupéfiant avec sa société Bangumi, 27 millions d’euros au compteur, quasiment le double des recettes générées par Satisfaction, la société d’Arthur.

Des chiffres étourdissants qui ne tiennent pas compte d’une chose : toutes ces sociétés emploient aussi des dizaines de salariés.