Primaire de la droite : Jean-Frédéric Poisson quitte le plateau de France 3

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Dénonçant "un traitement indigne" de sa candidature à la primaire de la droite, Jean-Frédéric Poisson a quitté le plateau du Grand Soir 3 en plein direct.

L’info média qui fait la une ce matin, c'est le coup d'éclat de Jean-Frédéric Poisson. Hier soir, le candidat à la primaire de la droite et du centre était invité sur France 3, dans l’émission d’info Le Grand Soir 3. Et, en plein direct, en plein interview, il a quitté le plateau pour dénoncer le traitement indigne que lui réservent les chaînes de France Télévisions depuis le début de la campagne.

Hier soir, on a assisté à une passe d'armes assez rocambolesque.

Oui, à moins de 24 heures du troisième et dernier débat de la primaire, le journaliste Francis Letellier recevait le député des Yvelines et président du Parti chrétien démocrate. Mais en effet, dès le début de cet entretien, on comprend que rien ne se passera comme prévu.

Cette déclaration a le mérite de la clarté, mais elle désarçonne Francis Letellier. Jean-Frédéric Poisson va tout de même s’expliquer sur les raisons de son refus.

Jean-Frédéric Poisson se considère sous-exposé par rapport à ses concurrents. Il estime qu’il y a un déséquilibre entre ses apparitions sur France Télévisions et celles de ses adversaires. Il fait notamment allusion à L’Émission politique de France 2, mais aussi à Dimanche en politique sur France 3, animé justement par Francis Letellier. Deux programmes qui ont invité Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Bruno Le Maire et François Fillon, mais pas les autres candidats.

Il y a quelques semaines, Nathalie Kosciusko-Morizet s’était plainte de cette forme de "mépris médiatique" à l’égard des "petits candidats". Cette fois, c’est au tour de Jean-Frédéric Poisson de l’exprimer. Mais il le fait en direct, dans une émission qui lui donnait pourtant la parole.

Francis Letellier va tout de même tenter de sauver son interview.

Oui, et il lance l’épineux sujet des sondages. Ils créditent Jean-Frédéric Poisson de 1 à 2% d’intention de votes pour le scrutin de dimanche prochain. On peut imaginer que ça n’intéresse pas particulièrement le candidat. Il voudrait pouvoir parler d’emploi, d’agriculture et des territoires d’Outremer, des sujets sur lesquels on ne l’interroge jamais.

L’entretien tourne au vinaigre, Jean-Frédéric Poisson quitte le plateau et ça inspire ce commentaire du journaliste qui voit dans ce coup d’éclat une tentative d’attirer un peu plus la lumière sur lui.

Et visiblement, c’est réussi.

Eh oui, puisqu’on en parle ce matin. C’est vrai que si Jean-Frédéric Poisson n’avait pas l’intention de répondre aux questions qui lui seraient posées, pourquoi s’est-il rendu sur le plateau de France 3 ? Il aurait pu tout simplement décliner l’invitation. Mais non, au lieu de ça, il a tenu à faire le déplacement. On peut penser que le coup était un peu prémédité.

D’autant que celui qui est un peu l'illustre inconnu de cette primaire en a profité pour faire buzzer cette séquence. Tout juste sorti du plateau de France 3, il a posté un message sur son propre compte Twitter avec le mot-clé "clash-Poisson".

En tout cas, entre le candidat et France Télévisions, il y a de la friture sur la ligne.