Presse à scandales : Sheila s'énerve après un article d'Ici Paris

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Sheila a poussé un énorme coup de gueule contre la presse à scandales et particulièrement contre Ici Paris, qui a annoncé l'hospitalisation en urgence de la chanteuse.

On s’intéresse à Sheila qui est très remontée contre la presse people et contre un magazine en particulier.

Oui l’interprète des Rois Mages en a gros sur le cœur et elle tient à le faire savoir. Dans un message posté hier sur son compte Facebook, elle s’en prend à un hebdomadaire dont elle ne cite jamais le nom, qu’elle se contente de qualifier de "torchon".

Alors, un petit tour chez le kiosquier suffit pour trouver qui est visé par son coup de gueule : il s’agit d’Ici Paris, qui appartient, comme Europe 1, au groupe Lagardère. La raison de la colère de Sheila, c’est ce gros titre en Une du dernier numéro du magazine sorti hier. Il annonce que la chanteuse a été "hospitalisée d'urgence". Dans les pages intérieures, on apprend qu’elle a été victime en fin de semaine dernière d’un "mal mystérieux", qui l’a contrainte à annuler une date de la tournée Age tendre et tête de bois. Elle était aphone, un problème de santé assez bénin, mais le magazine ne se veut pas rassurant pour autant : il indique que les médecins ont eu les plus grandes difficultés à diagnostiquer sa maladie.

Une mise en scène de l’information qui a fortement déplu à Sheila, qui l’a "scandalisée" même, si on en croit le message envoyé hier sur les réseaux sociaux. Elle invite les responsables du magazine à fermer leur clapet. Des journalistes qui "ont vite fait de placer les gens en réanimation ou de leur trouver un mal incurable" alors qu’un chanteur peut aussi tout simplement avoir une grippe ou une sinusite. Elle n’exclut pas la possibilité d’attaquer la publication. Surtout, elle en profite pour rassurer ses fans : contrairement à ce que sous-entendait Ici Paris, elle montera bien sur la scène du Forest National de Bruxelles, demain, pour la dernière date de la fameuse Tournée des idoles.

Les artistes sont de plus en plus nombreux à entrer en rébellion contre la presse people.

Ils le faisaient bien souvent par avocats interposés. On ne compte plus les procès engagés par des personnalités médiatiques contre les journaux à sensation qui diffusent des informations erronées à leur propos, souvent il faut bien le dire, pour attirer le lecteur dans ses filets. C’est le cas de Sylvie Vartan qui a obtenu gain de cause récemment après un article d’Ici Paris qui la disait à l’article de la mort.

Mais désormais, ils médiatisent eux-mêmes leurs coups de gueule par le biais des réseaux sociaux. Sheila, même quand elle est aphone, n’est pas la seule à donner de la voix contre une presse qui a tendance à l’exagération, à jouer sur des petites phrases énigmatiques ou ambigües. Avant elle, Arthur ou Michel Cymes ont utilisé Twitter pour dénoncer certains titres racoleurs. En juillet dernier, c’est sur Facebook que Sophie Marceau s’en prenait à la presse people. "Il n’y a rien à cacher, donc il n’y a rien à voir" expliquait la comédienne, dénonçant les "photos moches" et les "commentaires crétins" publiés sur sa relation avec Cyril Lignac.

Quand ce n'est pas le traitement éditorial, ce sont les méthodes de la presse à scandales qui agacent les stars. En juin 2015, Benjamin Biolay commentait dans le Figaro Magazine, l’acharnement de la presse people dont il s’estime victime et qu’il qualifiait "d’infamie", qu’il comparait même à une forme de "traque".

Une traque que connaît bien la chanteuse Jenifer, qui s’est retrouvée encore récemment au centre d’une altercation avec un paparazzi qui la suivait d’un peu trop près. Ça lui a valu d’ailleurs un petit tour au commissariat…

Mais que les stars se rassurent. À chaque fois qu’ils se lancent dans une croisade contre la presse people, leurs communautés de fans se serrent les coudes et les soutiennent plus chaleureusement encore.

Ce matin, ceux de Sheila n’ont qu’un mot à dire aux médias qui s’acharnent contre elle : "Lâchez-là !"