Normandie : Hervé Morin se plaint du traitement météo de sa région

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct
Partagez sur :

Hervé Morin, président de la région Normandie, demande aux services météo de ne plus prendre Cherbourg comme ville référence car elle donnerait une mauvaise image de la région.

L’info média qui fait la une ce matin, c'est TF1 qui ne parlera plus de Cherbourg dans ses bulletins météo. Cette décision d’Évelyne Dhéliat, chef du service météo de la Une, fait suite à une plainte du président de la région Normandie, l’ancien ministre Hervé Morin.

Hervé Morin qui a donc pris sa plume pour dénoncer le traitement qui est fait de sa région dans les bulletins météo.

Oui, cette affaire très sérieuse remonte à l’été dernier. Le président de la région Normandie est interpellé par une association chargée de promouvoir le tourisme dans la région. Cette association estime que les relevés météo de Cherbourg ne sont pas les plus représentatifs du climat normand.

L’idée fait son chemin dans la tête d’Hervé Morin, et mi-septembre, il écrit à plusieurs chaînes de télévision au groupe TF1, à France Télévisions, à Canal+ et à BFM TV. Il demande à ce que les bulletins ne fassent plus référence à Cherbourg, mais à une autre ville de la région, comme Caen, Granville ou encore Avranches, qui seraient preuves à l'appui plus conformes au temps qu'il fait dans la région.

Son argumentaire est très détaillé. Pour lui, la situation géographique spécifique de Cherbourg, à la pointe du Cotentin, battu par les vents et soumis aux précipitations, ne reflète pas la réalité du climat sur la totalité de la région normande. Il relève qu’entre 2013 et 2015, il a plu en moyenne 878 millimètres d’eau par an à Cherbourg, contre 707 millimètres à Caen. Il évoque aussi des différentiels de températures significatifs.

Et Hervé Morin a obtenu gain de cause.

Oui, auprès de TF1. Dans une réponse adressée mi-octobre au Président de la région, Évelyne Dhéliat en personne, indique qu’elle ne voit pas de problème à remplacer Cherbourg par Caen dans ses prévisions. Elle indique que la mise en place de ce changement technique sera effectif dans les plus brefs délais.

Elle conclue sa réponse avec une petite pointe d’humour, en espérant "ne pas trahir la douceur normande".

Une décision dont Hervé Morin se félicite. Selon lui, il en va de "l’attractivité et de l’image" de son territoire. Non seulement, le choix de Cherbourg comme "ville repère" dans les bulletins n'est pas pertinent, mais surtout il véhicule dans la croyance collective qu'il fait toujours froid et humide dans sa région, ce qui découragerait le tourisme.

En revanche, les autres chaînes sollicitées n’ont pas encore donné suite. Peut-être ont-elles d’autres préoccupations. Ce matin, une source à BFM TV nous indiquait que la requête d’Hervé Morin avait un intérêt très relatif.

Surtout que la prise de position d’Hervé Morin ressemble un peu à une petite guerre d'élus locaux.

Oui, une querelle de clochers, même...

En Normandie, si le président de la région réclame qu'on arrête de parler de Cherbourg dans les prévisions météo, tout le monde n'est pas de son avis.

Au premier rang, évidemment, on trouve le maire de Cherbourg. Il s’appelle Benoit Arrivé et mardi soir, il a posté un message sur Twitter, réclamant à TF1 de ne pas donner raison à Hervé Morin. Pour lui, ne plus citer Cherbourg dans les bulletins météo équivaut à rayer purement et simplement sa ville de la carte. Il préfère encore que l’on en parle, même si c’est pour dire qu’il ne fait pas très beau, plutôt que de ne pas en parler du tout.

Même si le débat peut sembler un peu stérile, franchement anecdotique, pour lui, il est l’expression d’un favoritisme d’Hervé Morin pour mettre en avant Caen, siège du Conseil régional, au détriment des autres agglomérations.

Ce matin, sur Europe 1, on ne veut froisser personne : à l’heure où nous parlons, il fait neuf degrés à Cherbourg et à Avranches, huit degrés à Caen et 11 degrés à Granville.

En revanche, les averses sont partout !