Mise au point du CSA sur les titres d'émissions en anglais

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Les spectateurs seraient de plus en plus nombreux à se plaindre d'un usage abusif de l'anglais dans les titres d'émissions.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel demande aux chaînes de télé de parler français. Les sages veulent rencontrer les patrons de chaînes pour leur rappeler leurs obligations, notamment dans les titres de leurs émissions.

Des auditions avec les patrons de chaînes d'ici la fin de l'année ? Cette mise au point, ce sont les téléspectateurs qui la réclament. Ils sont de plus en plus nombreux à se manifester pour se plaindre d’une utilisation beaucoup trop fréquente de l’anglais. Des plaintes qui s’empilent sur le bureau de Patrice Gélinet, le conseiller chargé du respect de la langue française auprès du CSA. C’est lui qui mène la fronde. Il a demandé à ses collègues d’examiner cette proposition dans les prochaines semaines. Son objectif, organiser d’ici la fin de l’année des auditions avec l’ensemble des patrons de chaînes pour leur tirer les oreilles.

Le CSA est plutôt actif sur le sujet. Le 14 mars dernier, il organisait pour la deuxième fois, une "journée de la langue française dans les médias audiovisuels",  avec des parrains comme le chanteur Vianney, ou le comédien Guillaume Galienne. Mais visiblement, il estime qu’une petite piqûre de rappel ne serait pas superflue…

Des règles et des obligations claires. Les chaînes ont pourtant des obligations en matière d’usage de la langue française. Une recommandation émise en 2005 précise que les titres d’émissions en langue étrangère doivent faire l’objet d’une traduction en français aussi lisible, audible et intelligible que la présentation originelle. C’est ce qui explique par exemple que le titre complet de The Voice, sur TF1, soit The Voice, la plus belle voix.

De plus, dans les conventions qu’il signe avec les chaînes, le CSA inscrit systématiquement un article intitulé "Défense et illustration de la langue française". l'institution leur demande notamment de nommer en interne "un conseiller à la langue française".

Même chose pour le service public. France Télévisions doit veiller à être "une référence dans l’usage de la langue française" et de contribuer à sa promotion et à son illustration. C’est valable dans les titres des émissions, mais aussi dans leur contenu.

Pourquoi des titres d'émissions en anglais ? Malgré ces règles, les titres en anglais continuent de fleurir dans les grilles de programmes.  Cet été on a pu se divertir devant Guess my age ou Still Standing sur D8. En cette rentrée, on peut suivre Secret Story sur NT1, ou Actuality sur France 2. On s’apprête à découvrir bientôt Punchline sur C8 ou à suivre très prochainement le retour de Money Drop sur TF1. Cette tendance, si elle n’est pas nouvelle, est justifiée par les chaînes avec plusieurs arguments. Il y a d’abord une question d’image : l’anglais, ça fait plus branché, plus jeune, dans l’air du temps.

Mais la véritable raison, comme bien souvent, elle est économique. De nombreux programmes qui débarquent en France sont des licences internationales. Des jeux bien souvent développés par des sociétés de production étrangères qui vendent leurs concepts dans plusieurs pays. Les téléspectateurs ont entendu parler d’un programme à l’étranger et ils gardent ces repères lorsqu'ils allument leur écran.