Michel Polnareff : un retour qui fait polémique

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Après son interview au micro de Thomas Sotto ce mardi, Michel Polnareff sera l'invité de Laurent Ruquier samedi soir dans On n'est pas couché.

Le fait média du jour, c’est le retour de Michel Polnareff. Un retour sur scène et un retour médiatique qui est d’ores et déjà marqué par plusieurs polémiques.

Un come-back qui s’annonce compliqué pour le chanteur de 71 ans.

50 ans après La poupée qui fait non, 26 ans après son dernier album, neuf ans après sa dernière tournée en France, Michel Polnareff remonte sur scène.
Cette tournée, elle débute à Epernay, ce samedi. Elle se poursuivra ensuite avec quatre dates parisiennes à l’Accorhotels Arena avant de passer par une dizaine de villes en France, puis une série de festivals cet été.
Une série de concerts qui reprendra au mois de novembre.
Au total, une quarantaine de dates à travers le pays pour renouer le lien avec un public qui se sent parfois un peu abandonné pas son idole, exilée à Palm Springs depuis 22 ans.
Ce retour sur scène, forcément, il s’accompagne d’une grosse présence médiatique. Sur Europe 1, il était l’invité de Nikos Aliagas samedi dernier dans Sortez du cadre, il était également l’invité de l’interview de 7h45 de Thomas Sotto, ce matin.
Un plan média aux petits oignons qui passe bien sûr par la télé. On a vu le chanteur sur TF1, dans 50 minutes inside il y a une dizaine de jours. On a appris ce matin que Michel Polnareff sera l’invité de Laurent Ruquier sur le plateau d’On n’est pas couché, samedi prochain.
Mais que les fans se rassurent, l’émission sera enregistrée jeudi, et le chanteur sera bel et bien, au même moment sur scène, à Epernay, pour donner le coup d’envoi de sa tournée.

Une tournée qui peine à faire recette pour l’instant.

D’après Le Parisien, seulement 140.000 billets ont été écoulés.
Pire, sur ce chiffre, 50.000 concerneraient des festivals, ce qui signifie qu’ils ont été achetés pour Polnareff, mais aussi pour d’autres artistes, présents sur scène les mêmes soirs.
Dès le mois de février, le Figaro pointait déjà du doigt les difficultés du producteur, Gilbert Coullier, à remplir les salles. Le quotidien parlait même de la tournée de Polnareff comme de "l’accident industriel de l’année".
Résultat, des billets mis en vente avec 60 % de réduction, histoire de garnir les rangées des salles de concerts.
Un manque d’attrait du public qui peut trouver une explication : attendu depuis des mois, voire des années, le nouvel album de Michel Polnareff n’est toujours pas sorti, il n’est toujours pas prêt. Ce qui n’incite pas forcément les fans à accompagner ce retour sur scène.

Un retour qui se fait aussi sur fond de polémiques.

Dans sa biographie sortie le mois dernier, intitulée Sperme, Michel Polnareff sortait la sulfateuse. Il réglait ses comptes à tout-va, notamment avec son père.
Le tout sur un ton qu’il utilise régulièrement pour s’attaquer à d’autres artistes, sur les réseaux sociaux. On se souvient des nombreuses passes d’armes avec des fans de Pascal Obispo. Il tacle aussi régulièrement Renaud, qui fait, lui aussi, son grand retour en ce moment.

Michel Polnareff en a d’ailleurs remis une couche, pas plus tard que ce matin, face à Thomas Sotto, sur Europe 1.