Mercato télé : quels sont les principaux changements annoncés pour la rentrée ?

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Alors que le mercato touche à sa fin, on a appris ce week-end que Laurent Ruquier allait présenter les Enfants de la télé à la rentrée.

Ce lundi, on s’intéresse au mercato télé. Le grand jeu de chaises musicales n’est pas encore tout à fait terminé, mais on commence à y voir un peu plus clair. Et cette année, c’est surtout sur France Télévisions que ça s’est passé.

Clairement, ce sont les chaînes publiques qui ont été les grandes animatrices de ce marché des transferts. Et tout particulièrement France 2, la chaîne est toujours en chantier, notamment sur ses après-midi qui seront réaménagées de fond en comble, une énième fois, à la rentrée.

Pour ce créneau, on note donc deux arrivées : Faustine Bollaert, piquée à M6, et Daphné Burki qui officiait sur C8. Elles auront la lourde tâche de redresser des cases en péril. Une mission qui incombera aussi à une animatrice maison : samedi, Le Parisien faisait le point et annonçait que Sophie Davant ferait partie de cette grande opération de reconquête. Après le refus de Stéphane Bern, c’est elle qui animera une émission autour de la brocante.

Autre mouvement en interne au sein de France Télé, l’arrivée de Laurent Bignolas aux commandes de Télématin pour remplacer William Leymergie. Le journaliste laissait une place vacante sur FranceInfo où il animait le créneau 6h30-9h30. C’est Samuel Etienne, notre collègue du petit matin, qui en héritera à la rentrée prochaine.

Enfin, un coup d’œil sur les dimanches de France 2. Ils devraient changer considérablement de visage l’année prochaine : on savait déjà que Laurent Delahousse aurait en charge une tranche d’info de deux heures, entre 19 et 21 heures. Avant lui, on devrait retrouver Laurent Ruquier et Stéphane Bern. Le premier officiera aux manettes des Enfants de la télé, le second devrait avoir la charge d’une émission humoristique hebdomadaire produite par Catherine Barma.

Les chaînes info ont, elles aussi, animé particulièrement ce mercato.

Oui, elles pèsent de plus en plus lourd dans les audiences. Résultat, on les retrouve aussi particulièrement actives sur ce marché des transferts. Leurs animateurs aiguisent les appétits.

LCI a enregistré le départ surprise d’Yves Calvi, arrivé l’an dernier sur un créneau qu’il connait bien, les fins d’après-midi. Après une saison seulement, il tente un nouveau challenge. Et quel challenge : il prendra les commandes d’une émission d’access sur Canal+, un talk-show d’actualité dans lequel on retrouvera aussi la journaliste, Emilie Besse, qui officiait jusqu’ici à La Nouvelle Édition sur C8. En revanche, ce 18-20 de LCI, il reste toujours à prendre. C’est une des dernières cases stratégiques qui reste à attribuer cette saison.

Au rang des arrivées, la chaîne info du groupe TF1 peut se targuer d’avoir convaincu Roselyne Bachelot, qui devient coanimatrice du 10 heures-midi avec Julien Arnaud.

BFM TV a aussi perdu quelques plumes en cette fin de saison : d’abord Pascale de la Tour du Pin, puis Fanny Agostini. La première passe à la concurrence directe pour prendre en charge la matinale de LCI. La seconde ira quant à elle sur France 3, palier le départ de Georges Pernoud de Thalassa.

À l’opposé, certaines chaînes sont restées plutôt atones dans cette période : c’est le cas de TF1. C’est aussi celui de M6, qui s’est contentée de remplacer Faustine Bollaert par Julia Vignali pour assurer la présentation du Meilleur pâtissier. Elle est seulement allée chercher un talent musical, la chanteuse Shy’m, pour animer la relance de son télé-crochet Nouvelle Star qui reviendra à la rentrée.

On le voit, en fin de saison, les chaînes adoptent donc des stratégies différentes. Selon le principe qui veut qu’on ne change pas une équipe qui gagne, certaines misent sur la continuité. D’autres recrutent tous azimuts pour tenter de sauver les meubles. Qui a raison ? Qui a tort ? Réponse dans les prochains mois ?