Maïtena en bisbille avec l'équipe du Grand journal

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Les tensions sont de plus en plus vives entre la présentatrice du Grand journal sur Canal+, Maïtena Biraben, et les équipes de production de l'émission.

La situation est de plus en plus difficile entre Maïtena Biraben et les équipes de production de l’émission de Canal+, le tout sur fond d’audiences en chute libre.

Aujourd’hui, selon nos informations, ces tensions seraient plus vives que jamais. Oui, des informations que vous venez de publier sur votre blog, Jean-Marc Morandini. Ces nouvelles tensions au sein du Grand Journal, elles se manifestent à l’approche du Festival de Cannes. Vous le savez, le dispositif de Canal pour couvrir l’événement a été réduit considérablement cette année. Économie oblige. Contrairement aux années précédentes, l’access de Canal+ ne descendra pas sur la Croisette. Fini le grand barnum sur la plage de l’Hôtel Martinez. La présence de Canal+ sur le Festival sera beaucoup plus modeste.

Jusqu’à présent, Canal+ envoyait près de 500 collaborateurs sur la Croisette pendant le Festival. Cette année, ce sera seulement une cinquantaine de personnes. La présence de Canal+ à Cannes, elle passera par une quotidienne, animée par Michel Denisot, en deuxième partie de soirée, pour les abonnés. Denisot qui devrait aussi présenter une pastille, une séquence courte de quelques minutes, en clair, cette fois, diffusée pendant le Grand Journal. 

Mais c’est là que ça coince. Cette séquence de Michelle Denisot, Maïtena Biraben ne veut pas en entendre parler. Selon vos informations Jean-Marc, elle aurait même engagé un bras de fer avec la production pour que cette pastille ne soit pas intégrée dans "son" Grand Journal.  Nous avons joint l’animatrice ce matin. Elle ne souhaite pas commenter ces informations. La chaîne non plus d’ailleurs, mais on sent tout de même que la crispation est de plus en plus forte au sein des équipes du Grand Journal. 

Des tensions qu’on a même pu percevoir à l’antenne il y a quelques jours.

Le 21 avril dernier, on apprenait la disparition du chanteur Prince. Une nouvelle qui était tombée alors que le Grand Journal avait déjà débuté.  Victor Robert était venu sur le plateau pour annoncer la nouvelle. Il y avait eu ensuite deux interviews téléphoniques du correspondant de Canal+ à Hollywood et de Philippe Manœuvre, le patron de Rock n Folk. C’est tout et c’était trop peu pour Maïtena Biraben qui espérait que ses équipes en coulisses seraient beaucoup plus réactives et qui s’en est même étonnée à l’antenne.

On aura seulement un très court extrait de "Purple Rain", en toute fin d’émission. Maïtena Biraben avait très mal digéré la manière dont la rédaction du Grand Journal avait ensuite traité l’événement. Ce manque de réactivité, l’animatrice ne l’a pas digéré. On sait qu’il y a eu des tensions à l’issue de cette émission. Maïtena Biraben a manifesté sa déception de manière très ferme à sa rédaction. Hasard, le lendemain, l’animatrice n’était pas en plateau, et ce pendant près d’une semaine... Elle avait un "petit pépin de santé", c’est elle-même qui le dit. 

Sauf que voilà, selon de très nombreuses rumeurs, cette absence aurait aussi un lien avec cette épisode autour de la mort de Prince. 

Des tensions qui apparaissent au moment où les audiences du Grand Journal sont au plus bas… 

Oui, c’est la pire saison de l’access de Canal+. Qui est descendu en fin de semaine dernière en dessous des 500 000 téléspectateurs.  449 000 fidèles seulement étaient devant Canal+ vendredi, distancée par l’ensemble de la concurrence. Beaucoup d’observateurs voient dans cette années 2016, l’ultime saison du Grand Journal. Un programme qui ne parvient toujours pas à trouver un nouveau souffle.