M6 : des résultats record pour l'année 2016

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Nicolas de Tavernost et Thomas Valentin, dirigeants du groupe M6, ont été reconduits dans leurs fonctions suite aux bons résultats obtenus en 2016.

Hier, le groupe M6 dévoilait ses résultats pour l’année 2016 et on a le sourire du côté de "la petite chaîne qui monte".

Quelques jours après TF1, c’était au tour de Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6, d’annoncer les résultats de son groupe pour l’année écoulée. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’entre TF1 et M6, c’est deux salles, deux ambiances. Alors que la Une annonçait qu’elle allait devoir se serrer la ceinture, M6 affiche quant à elle une réussite insolente.

Elle est plus rentable que jamais. En 2016, elle a enregistré une augmentation de 33% de son bénéfice net, avec un profit de 153 millions d'euros. C’est trois fois plus que TF1 pour la même période. Cette rentabilité exceptionnelle, elle s’explique par une grande maîtrise des coûts, certains parleront de "radinerie" mais aussi par la très bonne santé des recettes publicitaire. Sur un marché qui stagne, le chiffre d’affaires du groupe M6 a progressé de 5%.

Des résultats liés bien évidemment aux bonnes audiences : après un été historique, porté par l’Euro de football, M6 et ses petites sœurs, W9 et 6Ter, ont rassemblé 14,1 % du public global en 2016. Surtout, elles ont performé comme jamais sur "la" cible prioritaire sur les fameuses "femmes de moins de 50 ans responsables des achats", celles qu’on appelait autrefois les ménagères.

Des résultats qui récompensent une stratégie "transversale", cette synergie entre les différentes antennes. Pas étonnant que TF1 veuille s’en inspirer pour retrouver des couleurs.

Dans ce contexte, ce n'est pas non plus étonnant.

Oui, le conseil de surveillance du groupe a annoncé hier qu'il prolongeait de trois ans le mandat de Nicolas de Tavernost à la tête du directoire de M6. Même chose pour son fidèle second, Thomas Valentin, et pour les principaux dirigeants du groupe qui seront aux manettes du groupe jusqu’en 2020. Un gage de stabilité pour rassurer le marché et pour pérenniser une stratégie qui porte déjà ses fruits.

Car M6 ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Pour les téléspectateurs que nous sommes, ça se verra au niveau des programmes. En continuant d’abord sa stratégie en access, porté par Chasseurs d’appart ou les Reines du shopping.

En enfonçant le clou sur la fiction française, aussi. Ou en s’attaquant à des tranches horaires jusqu’ici laissées en "jachère", des créneaux sur lesquels elle a encore une marge de progression. On pense par exemple à la mi-journée. Le 13 mars, M6 lancera un nouveau jeu culinaire, diffusé juste avant le 12.45. Ça s’appellera Ma mère cuisine mieux que la tienne, un concours de recettes animé par Jérôme Anthony et Stéphanie Le Quellec, grande gagnante de Top Chef en 2011. Un peu plus tard, c’est un talk-show culinaire présenté par Norbert Tarayre qui devrait prendre la suite sur cette même case. De quoi booster encore un peu plus les audiences de la chaîne.

Alors que M6 se prépare à célébrer son 30e anniversaire, "la petite chaîne qui monte" n’a pas fini de faire parler d’elle.