Les candidats à la présidentielle s'affronteront lors de deux débats

  • A
  • A
Le fait médias du jour est une chronique de l'émission Le grand direct des médias
Partagez sur :

Les candidats à la présidentielle devraient s'affronter lors de deux débats avant le premier tour même si les détails ne sont pas encore réglés.

On s’intéresse à TF1 et à France 2 qui veulent organiser, chacune de leur côté, un débat entre les principaux candidats à la présidentielle avant le premier tour.

Grisées par le succès des débats des primaires, de droite et de gauche, TF1 et France 2 ont l’intention de remettre le couvert. Et ce avant le 23 avril, avant le premier tour de l’élection présidentielle. Ce serait tout simplement une première dans l’histoire des débats politiques à la télé.

C’est ce qu’annonçait hier L’Opinion. Les deux chaînes auraient l’intention d’organiser chacune leur débat. TF1 le 20 mars. France 2, trois jours plus tard, le 23.

Sur le plateau, les candidats à la présidentielle, mais pas tous. Les principaux seulement, ceux qui seraient crédités des meilleures intentions de vote. L’objectif en limitant le nombre de participants, on le comprend, c’est que ces débats restent audibles. Pour l’heure, sur cette liste, figurent Marine Le Pen, François Fillon, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Il reste encore une incertitude autour de François Bayrou, qui laisse toujours planer le doute sur sa présence sur la ligne de départ.

Depuis plusieurs semaines, des tractations sont menées entre les états-majors des candidats et les rédactions pour dessiner les contours de ces confrontations télévisées. Tout le monde semble d’accord sur le principe. Tout le monde ou presque. Un candidat se fait désirer : c’est Emmanuel Macron. Selon L’Express, il n'a pas l'intention de participer à un débat qui serait organisé exclusivement pour le show. Condition sine qua non pour lui : pouvoir parler du fond et notamment avoir des garanties de temps de parole pour contrer Marine Le Pen sur son programme.

Une autre option est à l’étude.

Oui, et elle émane de France 2. Deux débats, aussi rapprochés dans le temps, à seulement trois jours d’intervalle, pourraient se cannibaliser l’un l’autre. C’est ce que se dit la chaîne publique qui semble s’être réveillée un peu tard sur ce coup, alors que TF1 planche depuis la rentrée de septembre sur l’organisation de ce débat.

Pour éviter d’arriver après la bataille, France 2 envisagerait donc désormais un seul débat, organisé et diffusé simultanément sur TF1 et France 2. Une proposition de la chaîne publique a été formulée dans ce sens. Catherine Nayl, patronne de l’info de TF1, devrait donner sa réponse à Michel Field, son homologue à France Télé, d’ici vendredi pour valider ou non cette option.

Pas sûr qu’elle en accepte le principe. Cette proposition arrive un peu tard pour TF1 qui en a pris connaissance seulement hier, par voie de presse, alors que le principe d’une co-diffusion n’a jamais été évoqué auparavant.

Quoiqu’il en soit, que les débats de TF1 et France 2 soient regroupés sur une seule date ou non, il devrait y avoir quelques mécontents : on pense à BFM TV. Lors du débat de l’entre-deux-tours de la primaire de droite, la chaîne info avait dénoncé une "confiscation" par TF1 et France 2, une forme de veto opéré par les deux grandes chaînes. Ce matin, Hervé Béroud le directeur général de la chaîne, se refuse à tout commentaire, mais nul doute qu’il aurait sans doute voulu lui aussi être de la partie.

Il faut dire que l’appétit du public pour les confrontations politiques est grand. Pour mémoire, 22 millions de téléspectateurs cumulés avaient suivi les débats de la primaire de droite. Ils étaient 14 millions pour la primaire de gauche.

En cette période de pré-campagne, la politique, c’est du débat d’idées, c’est la preuve de la vivacité de notre démocratie, mais c’est aussi et surtout un gage d’audience.